Pour son ancien président, « le Réseau citoyen sort du coma mais se trompe d’objectif »

sep article
Changeons nos vieux poêles avec la Prime Air Bois Grenoble Alpes Métropole doublée à 1600 euros !

TRIBUNE LIBRE* – Michel Vernerey, président du Réseau citoyen jusqu’en 2016, s’étonne du positionnement de ce mouvement, partie composante de la majorité municipale de Grenoble, concernant le rejet par deux unions de quartier du réseau cyclable Chronovélo. Pour celui qui fut aussi un des membres fondateurs, le Réseau citoyen prend des positions publiques incompatibles avec le but qui a conduit à la création de ce courant de pensée lors des dernières municipales.

 

 

Michel Vernerey, ancien président et membre fondateur du Réseau citoyen

Michel Vernerey, président jusqu’en 2016 et membre fondateur du Réseau citoyen – DR

Dans un article daté du 3 novembre 2018 concernant un article paru dans Place Gre’net et un dans le Dauphiné libéré, le bureau du Réseau citoyen dénonce, sur son site, « la perception sélective des unions de quartier, Centre-ville et Championnet-Bonne-Condorcet-Hoche par rapport aux Chronovélo ».

 

Cette analyse très subjective dénonce le « rejet des Chronovélo au centre-ville en général ». D’où vient cette opinion qui attribue d’office un certificat de non-citoyenneté adressé à ces unions de quartier ?

 

La suite laisse autant perplexe : ce serait une réaction trop tardive à des informations qui seraient connues depuis longtemps.

 

 

Pourtant est-il vraiment nécessaire de rappeler qu’aujourd’hui encore, nous ne connaissons toujours pas le tracé précis des voies pour vélos dans son intégralité ! (cours Berriat ou pas cours Berriat ? à moins que tout soit décidé en catimini mais nous n’osons pas y penser). Donc si on demande un débat sur l’ensemble du projet, c’est bien parce qu’il n’a pas eu lieu, ne vous en déplaise.

 

 

« Le Réseau fut une création artificielle mais parfaitement assumée »

 

Pour ne pas tomber dans un débat politicien, je ne soulignerai qu’un seul autre point. Le bureau du Réseau citoyen dit que les unions de quartier font un usage délibéré du terme “autoroute” à vélo. C’est exact mais c’est la majorité municipale qui a utilisé en premier ce terme d’une manière elle aussi délibérée. Elle l’a abandonné pour des raisons de communication, mais il n’est pas scandaleux de le reprendre de cette manière. Rendons à César ce qui était à César.

 

Pourquoi ce titre provocateur de « sortie du coma » ? Parce que le Réseau citoyen était un peu apathique et manquait singulièrement d’expression publique mais quand il se réveille c’est pour se tromper d’objectif. Le Réseau fut une création artificielle mais parfaitement assumée.

 

Le Réseau citoyen en 2013 lors de son ouverture aux partis politiques écologistes grenoblois. © Victor Guilbert

 

En dehors de l’objectif électoral, il s’agissait d’apporter un esprit différent, c’est-à-dire en décalage avec le discours militant mais partageant à l’époque le désir de faire fonctionner le lien entre les citoyens et les élus, c’est-à-dire entre les intérêts particuliers et l’intérêt général. Nous avons obtenu certains résultats mais le compte n’y est toujours pas.

 

Voir le Réseau citoyen se plaindre de trop de parole citoyenne est proprement stupéfiant alors qu’il devrait au contraire promouvoir toujours plus d’expression citoyenne, fusse-t-elle désagréable à entendre. Le Réseau citoyen, censeur de la parole citoyenne ! Alors là, il vaut mieux le replonger dans le coma en attendant des jours meilleurs.

 

 

« L’écologie sans la citoyenneté est un jeu de dupes »

 

Naturellement, personne n’est propriétaire d’une structure collective ou d’une pensée commune, pas plus moi qu’un autre mais le Réseau citoyen prend un positionnement de parti politique qui le déloge de la légitimité qu’il ambitionnait.

 

Sa création participait d’un espoir de faire de la politique autrement mais s’il devient juste un supplétif de la municipalité en place, qu’il se positionne clairement comme parti politique intégrant la majorité municipale, quitte à perde sa spécificité d’origine.

 

La citoyenneté est un chemin escarpé qu’il convient de sauvegarder malgré les difficultés qu’il y a à s’y maintenir mais c’était une vraie nouveauté lors des dernières municipales. L’écologie sans la citoyenneté est un jeu de dupes.

 

***

 

 

Rappel : Les tribunes publiées sur Place Gre’net ont pour vocation de nourrir le débat et de contribuer à un échange constructif entre citoyens d’opinions diverses. Les propos tenus dans ce cadre ne reflètent en aucune mesure les opinions des journalistes ou de la rédaction et n’engagent que leur auteur. Vous souhaitez nous soumettre une tribune ? Merci de prendre au préalable connaissance de la charte les régissant.

commentez lire les commentaires
1537 visites | 10 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 10
  1. Comme c’est bon d’avoir raison 😁

    Les partisans de Piolle en ordre de bataille pour raconter tout et n’importe quoi pour tenter de décrédibiliser, affligeant.

    L’article suffit à lui seul et démontre les methodes puantes de communication et de manipulations qui règnent à Grenoble, entre autre à travers les trolls qui officient sur cette publication et tant d’autres, sous différents noms.

    sep article
  2. JMB, apparemment vous ne savez pas lire. Cet article ne provient pas d’unions de quartiers mais de l’ex president du parti politique Reseau citoyen, supplétif de la municipalite Piolle comme il le precise. Michel Vernerey dénonce en filigrane la  non-concertation et la non co-construction de la part de la municipalité Piolle alors que c’était une de ses promesses de campagne.

    Donc dejà vous ne vous adressez pas aux bonnes personnes ici.

    Michel Vernerey dénonce aussi ce que vous produisez ici, à savoir la censure et l’attaque politique de la municipalité à travers le Réseau citoyen, envers des unions de quartiers qui ne demandent qu’a co-construire, comme les habitants qu’elles représentent.

    Je n’ai d’ailleurs lu nul part que celles-ci s’opposaient au développement du cycle à Grenoble.

    Enfin pour ce qui concerne l’augmentation de la polution et des embouteillages, vous trouverez les chiffres sur Grenoble a Coeur, dont la méthodologie a justement été approuvée par Air Atmo.

    sep article
  3. Il était temps que ce soutient d’Eric Piolle se réveille et constate le vide démocratique au quotidien qu’exerce cette municipalité et son « Maire ».

    Il s’agit en réalité plutôt d’une démocrature qui fait semblant d’écouter et de donner du pouvoir à travers la ruche au projet par exemple.

    Une Municipalité, aidée de ses nombreux soutients ouverts comme sa majorité à la Métropole avec Christophe Ferrari en tête, l’Adtc, le Smtc, etc; ou bien cachés a travers des instances infiltrées aussi et censées representer les Grenoblois comme par exemple le Cluq (qui organise une réunion Chronovelo car poussé par des unions de quartiers) Lhaghlo, les CCI (conseils citoyens « independants »); à travers des pages créées à cet effet, de collectifs politisés, de faux comptes qui pullulent sur facebook ou twitter afin de troller les posts des habitants ou politiques et leur porter la contradiction en les méprisant.

    Une municipalité qui confisque la parole et volonté des Grenoblois et Métropolitains, en les maltraitant sur la place publique ou lors de réunion d’unions de quartiers, unions de quartiers que méprise Eric Piolle à part celles infiltrées par ses amis comme l’UQ de l’Ile Verte par exemple.

    Qui dénigre les Grenoblois à travers l’attaque par exemple du Reseau citoyen envers ces Unions de Quartiers, s’ils diffèrent de leurs dogmes, projets et politiques.

    Des  unions de quartiers qui ont l’outrecuidance de demander de la vraie concertation ouverte et co-construction, pas celle opérée aujourd’hui par la municipalité et Metro dans la plus totale opacité et connivence.

    Cette municipalité est finalement plus rouge et d’extrême gauche que verte; et nous savons ce que donnent les extrêmes.

    sep article
    • Ne vous inquiétez pas : je ne me reconnais absolument pas dans la représentativité de mon union quartier dont les idées en matière par exemple de déplacements urbains datent d’il y a 40 ans pour satisfaire les quelques membres du CA qui se déplacent encore en bagnole chère à Pompidou pour faire 1 km en amenant ses gosses à l’école.
      Je ne sais pas mais je vous sens un peu aigri dans votre théorie du complot. Vous devriez faire du vélo : c’est très bon contre le stress et pour la santé physique.

      sep article
  4. Ou l’on voit que le rejet des « corps intermédiaires » (partis, syndicats, associations) quelques puissent être leurs réels défauts et leurs dysfonctionnements, au profit d’une fantasmée démocratie directe (ou Jupitérienne….) relève aux choix, d’une douce utopie ou d’un profond cynisme politique… et mène droit dans le mur dans tous les cas.
    Il se diffuse en ce moment dans Grenoble un rejet de l’équipe Piolle complétement irrationnel, épidermique, qui catalyse les insatisfactions et qui échappe à toute argumentation logique.
    Un peu comme les gilets jaunes sur le plan national…. Pas bon, tout ça..

    sep article
  5. Sans oublier la calomnie et manipulation à laquelle s’est livré le réseaux citoyen en affirmant que Grenoble à Coeur publait une fake news a propos de l’augmentation de la pollution à  Grenoble, due à #Cvcm et son nouveau plan de circulation, voulues par #Piolle et sa majorité de la #Metropole de Grenoble.

    Manipulation en s’appuyant sur les conclusions reprise sur un blog et diffusées à l’envie sur les réseaux sociaux, d’un groupe d’habitants politisés, partisans de la municipalité et commandités.

    Une fois de plus, la preuve en est qu’en réalité, tout est fait à #Grenoble par cette municipalité #Piolle pour décrédibiliser et  bâillonner l’expression des habitants qui ne serait pas d’accord sur tel ou tel dossier.

    sep article
    • Ce n’était pas une calomnie puisque appuyée par les chiffres diffusés par Air Atmo. Je vous invite à refaire ces calculs par vous mêmes avec vos petites mimines et votre boulier.
      Ce qui est chiant avec les chiffres, c’est que quand on s’appuye dessus la première fois pour dire qu’on a raison et que la fois suivante ils montrent l’inverse, on a l’air d’une poule qui a trouvé un couteau. C’est effectivement l’impression que me donnent des gens comme vous.
      Sachez également que la pollution se déplace avec le trafic motorisé. Ca vous en bouche un coin, non ? Donc, plutôt que de regarder où va la pollution, si elle monte ou descend, attaquez-vous au trop-plein de voitures dans l’agglomération. Vous verrez, ça ira mieux ensuite.

      sep article
      • Puisqu’on est dans ce qui en bouche un coin, savez vous JMB que les embouteillages ont considérablement augmenté à Grenoble après la fermeture du boulevard Agutte Sembat et de la rue de la République ? Et concernant la poule qui trouve un couteau, savez vous JMB que les embouteillages génèrent de la pollution ? Non, non, ne me remerciez pas, c’est avec plaisir et pour plus d’infos c’est ici :
        https://grenoble-coeur.blogspot.com/p/a-letude.html

        sep article
        • Et hop encore de la fakenews Grenoble à cœur, passer de 10ème à la 6ème place au classement Inrix ne veut pas dire que les embouteillages ont augmentés… Seulement notre position relative !
          En effet, en regardant les données Inrix, vous verrez qu’en quelques années, nous sommes passés de 40h/an/véhicule à 27h/an/véhicule dans les bouchons !!!
          Merci de regarder les chiffres et ne pas répéter sans réflexion ce que disent vos dirigeants politiques !

          sep article
  6. A pleurer de rire!

    C’est pas de notre faute au réseau citoyen!

    Le RC ne sert à rien, ce n’est qu’une écurie électorale, incapable de produire quelque forme d’analyse factuelle que ce soit.
    En revanche certains des ses membres ont obtenus subvention voir marché publics, non?

    sep article