Télécardiologie : première régionale au CHU de Grenoble avec un dispositif pour surveiller l’insuffisance cardiaque

sep article



REPORTAGE VIDÉO – Une première régionale a été réalisée au CHU de Grenoble le 5 novembre dernier avec l’implantation d’un capteur miniaturisé sans fil chez un patient atteint d’insuffisance cardiaque. L’objectif ? Surveiller à distance l’évolution de la maladie. Cette nouvelle avancée en télécardiologie soulève l’espoir de parvenir à mieux stabiliser l’état des patients et réduire significativement les hospitalisations.

 

 

L’insuf­fi­sance car­diaque concerne plus de 500 000 patients en France. Elle est à l’origine de près de 150 000 hos­pi­ta­li­sa­tions annuelles. Une situa­tion bien­tôt révo­lue ? Une chose est sûre, le centre hos­pi­ta­lier uni­ver­si­taire Grenoble-Alpes (Chuga) s’engage plei­ne­ment dans la voie de la

télé­mé­de­cine du cœur (ou télé­car­dio­lo­gie).

 

© Véronique Magnin – Place Gre’net

Première régio­nale au Chuga le 5 novembre 2018 avec l’implantation d’un cap­teur minia­tu­risé sans fil chez un patient atteint d’insuffisance car­diaque. © Véronique Magnin – Place Gre’net

Le 5 novembre der­nier, entouré de son équipe, le Pr Pascal Defaye, chef du ser­vice de ryth­mo­lo­gie et sti­mu­la­tion car­diaque du Chuga, a ainsi réa­lisé une pre­mière régio­nale avec l’implantation d’un cap­teur sans fil minia­tu­risé et auto­nome chez un patient atteint d’insuffisance car­diaque. Sa fonc­tion ? Permettre une sur­veillance à dis­tance quo­ti­dienne des para­mètres cli­niques de la patho­lo­gie.

 

 

Détecter de façon précoce une poussée d’insuffisance cardiaque

 

« Cet outil va nous per­mettre de détec­ter à dis­tance et de façon pré­coce – trois semaines à un mois à l’avance –, une dimi­nu­tion des capa­ci­tés car­diaques chez les patients », explique le Pr Defaye. L’avantage est indé­niable. « Cela va nous per­mettre de pres­crire à temps des médi­ca­ments pour faire reve­nir les patients à leur état ini­tial et évi­ter l’hospitalisation », se réjouit le chef du ser­vice de ryth­mo­lo­gie et sti­mu­la­tion car­diaque.

 

le Pr Pascal Defaye, chef du service de rythmologie et stimulation cardiaque du Chuga. © Véronique Magnin – Place Gre’net

le Pr Pascal Defaye, chef du ser­vice de ryth­mo­lo­gie et sti­mu­la­tion car­diaque du Chuga. © Véronique Magnin – Place Gre’net

 

L’enjeu est de taille. De fait, « quand les patients sont hos­pi­ta­li­sés, ils perdent à chaque fois une part sup­plé­men­taire de leur fonc­tion car­diaque », déplore le pra­ti­cien. Le pro­blème est d’autant plus aiguë que plus de 50 % des patients hos­pi­ta­li­sés le seront au moins une nou­velle fois dans l’année.

 

 

Le capteur de pression est implanté dans l’artère pulmonaire

 

Représentation du capteur CardioMEMS, implanté dans une artère pulmonaire. © Chuga

Représentation du cap­teur CardioMEMS, implanté dans une artère pul­mo­naire. © Chuga

Le cap­teur minia­tu­risé sans fil et auto­nome déve­loppé par une entre­prise amé­ri­caine est au cœur du sys­tème tech­no­lo­gique CardioMems HF (pour micro-élec­tro-méca­niques haute fré­quence) de télé­car­dio­lo­gie.

 

Cette pro­thèse doit être implan­tée à l’aide d’un cathé­ter dans l’une des artères pul­mo­naires du patient au cours d’une opé­ra­tion mini-inva­sive.

 

Réalisée dans le cadre d’essais cli­niques, cette pre­mière inter­ven­tion chez un patient au Chuga s’est effec­tuée en pré­sence de deux ingé­nieurs spé­cia­le­ment dépê­chés sur place par l’entreprise.

 

Leur rôle ? Former le per­son­nel du ser­vice de ryth­mo­lo­gie et sti­mu­la­tion car­diaque de l’hô­pi­tal à l’utilisation du dis­po­si­tif et accom­pa­gner l’équipe médi­cale lors des pre­mières implan­ta­tions du cap­teur.

 

Retour en image sur les prin­ci­paux temps forts de cette pre­mière régio­nale com­men­tés par le Pr Defaye :

 

 

Implanter ce cap­teur dans l’artère pul­mo­naire pour y mesu­rer la pres­sion san­guine pos­sède un avan­tage consi­dé­rable. Lequel ? « Lorsque le cœur dimi­nue sa contrac­tion, la consé­quence est une aug­men­ta­tion de la pres­sion arté­rielle en amont. Or les vais­seaux les plus direc­te­ment situés en amont du cœur sont les artères pul­mo­naires. En cas de pous­sée d’in­suf­fi­sance car­diaque, c’est là que la pres­sion san­guine va aug­men­ter le plus rapi­de­ment dans le corps », jus­ti­fie le car­dio­logue.

 

 

Une diminution de 37 % du risque d’hospitalisation

 

Comme cinq autres éta­blis­se­ments en France, le Chuga a choisi le sys­tème CardioMems HF qui est déjà uti­lisé depuis plus de deux ans aux États-Unis pour sa per­for­mance. De fait, « les études avec ce type de cap­teur ont mon­tré qu’on dimi­nuait d’environ 37 % le risque d’hospitalisation dans l’année, qu’on rédui­sait signi­fi­ca­ti­ve­ment le risque d’altération pro­gres­sive du muscle car­diaque chez ces patients et qu’on amé­lio­rait leur sur­vie », indique le pra­ti­cien.

 

© Véronique Serre - Place Gre'net

© Véronique Serre – Place Gre’net

 

Une révo­lu­tion quand on sait qu’actuellement la moi­tié des patients atteints d’in­suf­fi­sance car­diaque chro­nique meurent dans les cinq ans sui­vant le diag­nos­tic. En outre, des don­nées récentes démontrent que l’u­ti­li­sa­tion du sys­tème CardioMEMS HF entraîne éga­le­ment des amé­lio­ra­tions signi­fi­ca­tives de la qua­lité de vie ainsi que de la capa­cité à faire de l’exer­cice chez ces patients.

 

 

Les alertes, transmises sans délai au médecin référent

 

Avec le cap­teur de pres­sion arté­rielle, le sys­tème CardioMems HF com­prend en outre un oreiller spé­cial, équipé d’une antenne interne de trans­mis­sion haute fré­quence ainsi qu’un ordi­na­teur qui enre­gistre les don­nées, nommé “unité élec­tro­nique por­table”.

 

Unité électronique portable et un oreiller spécial contenant une antenne pour effectuer des relevés de pression quotidiens avec le système CardioMEMS HF. © Chuga

Unité élec­tro­nique por­table et l’o­reiller spé­cial conte­nant une antenne pour effec­tuer des rele­vés de pres­sion quo­ti­diens avec le sys­tème CardioMems HF.  © Chuga

Concrètement, les patients s’allongent quo­ti­dien­ne­ment pen­dant une ving­taine de minutes sur l’o­reiller et, au moyen de l’antenne, les don­nées col­lec­tées par le cap­teur sont trans­mises à l’u­nité por­table.

 

Le patient ne res­sent ni dou­leur, ni sen­sa­tions lors de ces trans­mis­sions. Autre avan­tage qui fait tout l’in­té­rêt de ce sys­tème, cette opé­ra­tion peut être faci­le­ment réa­li­sée à domi­cile.

 

Les don­nées sont ensuite trans­mises depuis le por­table jus­qu’au centre de télé­car­dio­lo­gie au centre hos­pi­ta­lier.

 

« Les infir­mières dédiées à la télé­mé­de­cine suivent quo­ti­dien­ne­ment la mesure de la pres­sion dans l’artère pul­mo­naire. Et, à la moindre aug­men­ta­tion, il va y avoir une alerte trans­mise au méde­cin réfé­rent. Ce qui déclenche la pres­crip­tion d’un médi­ca­ment pour faire reve­nir le patient à l’état ini­tial et évi­ter son hos­pi­ta­li­sa­tion », insiste le pra­ti­cien.

 

 

Le capteur de pression est implanté définitivement dans l’artère pulmonaire

 

La pro­thèse, ce petit bijou tech­no­lo­gique, sans fil, minia­tu­risé et sans bat­te­rie pos­sède une lon­gé­vité infi­nie. Dès lors, com­ment est-il ali­menté ? Grâce à la tech­no­lo­gie micro-élec­tro-méca­niques (Mems). « Le flux san­guin et les vibra­tions délivrent de l’énergie uti­li­sée par le cap­teur pour se rechar­ger », résume le Pr Defaye.

 

Le capteur miniaturisé CardioMEMS, de la taille d'une pièce de monnaie. © Chuga

Le cap­teur minia­tu­risé CardioMems, de la taille d’une pièce de mon­naie. © Chuga

 

À quelle typo­lo­gie de patients est pré­fé­ren­tiel­le­ment des­tiné ce dis­po­si­tif qui reste implanté à vie dans l’artère pul­mo­naire ? « Aux patients dans un état rela­ti­ve­ment grave qui ont été vic­times d’au moins deux pous­sées d’insuffisance car­diaque hos­pi­ta­li­sées », pré­cise le chef du ser­vice de ryth­mo­lo­gie et sti­mu­la­tion car­diaque du Chuga.

 

 

« Ce système va occasionner une énorme baisse des dépenses hospitalières »

 

En sus de contri­buer au main­tien à domi­cile des patients dans un état cli­nique bien meilleur, l’utilisation du sys­tème CardioMems HF consti­tue un apport majeur sur le plan éco­no­mique. Le trai­te­ment de l’insuffisance car­diaque repré­sente actuel­le­ment 1 à 2 % du bud­get de la santé dont 75 % sont dus aux hos­pi­ta­li­sa­tions dont la durée moyenne est de onze jours.

 

Chuga © Service communication Chuga

Chuga © Service com­mu­ni­ca­tion Chuga

Le Dr Defaye en est per­suadé, « le sys­tème Mems HF va occa­sion­ner une énorme baisse des dépenses hos­pi­ta­lières ». Et ce, mal­gré son coût, estimé à 15 000 euros envi­ron. Ce dis­po­si­tif « très nova­teur » – qui entre par­fai­te­ment dans la logique de réduc­tion des coûts d’hos­pi­ta­li­sa­tion enga­gée depuis plu­sieurs années par l’Assurance mala­die – n’est pour autant pas encore dis­po­nible sur le mar­ché.

 

En effet, le sys­tème Cardio MEMS HF étant tou­jours en phase d’é­va­lua­tion en vue d’ob­te­nir la cer­ti­fi­ca­tion euro­péenne, les patients devront encore attendre envi­ron une année pour béné­fi­cier de ce sys­tème de moni­to­ring de l’in­suf­fi­sance car­diaque.

 

Véronique Magnin

 

 

L’INSUFFISANCE CARDIAQUE EST SOUVENT IRRÉVERSIBLE

 

« L’une des grandes causes de l’insuffisance car­diaque, c’est ce qu’on appelle la car­dio­pa­thies isché­miques [ou mala­dies des artères du cœur, ndlr] après un infarc­tus. Ensuite, il y a les car­dio­pa­thies dila­tées idio­pa­thiques [cavi­tés car­diaques dila­tées de cause mécon­nue, ndlr] », pré­cise le Pr Defaye. Leur ori­gine peut être le vieillis­se­ment, l’hérédité, l’hypertension arté­rielle, l’alimentation ou/et l’hygiène de vie etc.

 

Dans tous les cas, le cœur perd une par­tie de sa capa­cité à se contrac­ter et à éjec­ter suf­fi­sam­ment de sang dans l’or­ga­nisme pour répondre aux demandes du corps. Avec pour consé­quence « l’altération de l’état géné­ral des patients insuf­fi­sants car­diaques qui sont très gênés par des essouf­fle­ments et stres­sés par le risque de mort subite », décrit le spé­cia­liste en car­dio­lo­gie.

 

Peut-on gué­rir d’une insuf­fi­sance car­diaque ? « Il y a quelques insuf­fi­sances réver­sibles mais la plu­part du temps, ce n’est pas réver­sible. Les trai­te­ments vont assu­rer un équi­libre, sans reve­nir à la case ini­tiale », nous répond le chi­rur­gien.

 

La trans­plan­ta­tion car­diaque ne pour­rait-elle pas consti­tuer une solu­tion alter­na­tive ? Malheureusement pas. « Les insuf­fi­sants car­diaques sont sou­vent des per­sonnes âgées chez les­quelles on ne réa­lise pas de trans­plan­ta­tion car ce sont des inter­ven­tions à énormes risques et de sur­croît, nous man­quons de gref­fons », explique Pascal Defaye.

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
2970 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.