Contraint de fermer, le bar solidaire et libertaire L’Engrenage sonne la mobilisation générale

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

FOCUS – Quartier Saint-Bruno, le bar alternatif L’engrenage a été obligé de fermer ses portes, suite à un arrêté municipal prenant effet le 7 novembre dernier. Un coup dur pour l’équipe des bénévoles et une douche froide pour les usagers et sympathisants, nombreux à fréquenter la structure. Afin de poursuivre l’aventure libertaire et solidaire, l’association lance une pétition et demande sans tarder un rendez-vous avec les « hautes instances » de la Ville.

 

 

A Grenoble, le bar solidaire L’Engrenage, sommé de fermer ses portes suite à un arrêté communal, se mobilise pour péréniser son projet associatif.La Ville a prononcé un arrêté de fermeture administrative à l'encontre du bar association L'engrenage.© Séverine Cattiaux - Place Gre'net

La Ville a pro­noncé un arrêté de fer­me­ture admi­nis­tra­tive à l’en­contre du bar asso­cia­tion L’Engrenage. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Invoquant des rai­sons de sécu­rité et les plaintes du voi­si­nage, la Ville de Grenoble a ordonné par un arrêté la fer­me­ture admi­nis­tra­tive de la salle de L’Engrenage, située au 27 rue Jean-Prévost, quar­tier Saint-Bruno.

 

Après qua­si­ment deux ans de fonc­tion­ne­ment, le bar alter­na­tif pro­po­sant des acti­vi­tés spor­tives, des débats, des concerts, etc. à prix libres a dû fer­mer ses portes le 7 novembre der­nier.

 

La fer­me­ture appa­raît ferme et défi­ni­tive. Les tra­vaux de mises aux normes des locaux, en par­ti­cu­lier la créa­tion d’une deuxième issue de secours, s’a­vèrent quasi impos­sibles à mettre en œuvre. Se rési­gner ? Ce n’est pas le genre de l’é­quipe consti­tuée d’une ving­taine de béné­voles.

 

 

Les soutiens affluent de toutes parts

 

Déterminés bien à faire per­du­rer coûte que coûte leur pro­jet soli­daire, les mili­tants asso­cia­tifs passent en mode « mobi­li­sa­tion géné­rale ». Et ont lancé, ce lundi 12 novembre, une péti­tion papier et sur Internet deman­dant à la Ville de Grenoble un lieu pérenne.

 

Communiqué de L'engrenage, bar associatif © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Communiqué offi­ciel de L’Engrenage, bar asso­cia­tif. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

« C’est la mai­rie qui a fermé notre struc­ture, c’est à elle de nous appor­ter des solu­tions (…) », tonnent les béné­voles, récla­mant dans les plus brefs délais, une ren­contre avec les « hautes ins­tances, le maire, l’ad­jointe aux Cultures entre autres ».

 

Les sou­tiens ne se sont pas fait attendre et affluent de toutes parts. En quelques heures, la péti­tion de L’Engrenage a déjà été par­ta­gée plus de 300 fois.

 

Au rythme où sont col­lec­tées les signa­tures, la péti­tion devrait atteindre très rapi­de­ment son objec­tif de 2 500 signa­tures, ce qui témoigne de l’enthousiasme et de la sym­pa­thie que génère ce pro­jet asso­cia­tif.

 

Banderole de soutien à L'engrenage par Red Kaos 94, supporters du GF38. DR

Banderole de sou­tien à L’Engrenage par Red Kaos 94, sup­por­ters du GF38. DR

Parallèlement, les béné­voles s’apprêtent à lan­cer une cagnotte en ligne. Quand bien même l’association ne peut plus occu­per les locaux, les mili­tants asso­cia­tifs se retrouvent en effet à devoir sor­tir, rubis sur l’ongle, les douze pro­chains mois de loyers, jusqu’au terme du bail. Soit envi­ron 12 000 euros. 

 

« La Ville met un terme à un pro­jet soli­daire sans avoir pensé aux consé­quences », ful­minent les mili­tants asso­cia­tifs.

 

 

« Aucune solution ne nous a jamais été proposée, aucun conseil non plus… »

 

Ce qui arrive aujourd’­hui à L’Engrenage est-il la faute à la Ville ? Les béné­voles igno­raient-ils le pro­blème de sécu­rité des locaux ? « On ne dis­cute pas le manque de sécu­rité, pré­vient Riad, l’un des ani­ma­teurs de l’as­so­cia­tion. Nous ne sommes pas des fous furieux incons­cients ! »

 

Mais celui-ci s’étonne tout de même… Ces man­que­ments à la sécu­rité n’ont jamais empê­ché la salle d’accueillir des concerts durant une dizaine d’années, soit bien avant que l’association Grenoble Culture Passion, ges­tion­naire de L’Engrenage, reprenne les rênes de la salle fin 2016. Pourquoi l’ar­rêté tombe-t-il alors main­te­nant ?

 

Riad, Virgil, Future, Benj et Rouk... une partie des bénévoles de l'équipe de L'engrenage© Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Riad, Virgil, Future, Benj et Rouk… une par­tie des béné­voles de l’é­quipe de L’Engrenage. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
2961 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Il n’est peut être pas éton­nant avec toutes les catas­trophes qui ont eu lieu (effon­dre­ment des immeubles à Marseille, par exemple) que les muni­ci­pa­li­tés, il n’y a pas que Grenoble en cause, fassent fer­mer les locaux poten­tiel­le­ment dan­ge­reux. S’il y a un acci­dent, elles sont res­pon­sables.
    J’espère que la muni­ci­pa­lité pro­po­sera un autre local.

    sep article