Contraint de fermer, le bar solidaire et libertaire L’Engrenage sonne la mobilisation générale

sep article
Changeons nos vieux poêles avec la Prime Air Bois Grenoble Alpes Métropole doublée à 1600 euros !

FOCUS – Quartier Saint-Bruno, le bar alternatif L’engrenage a été obligé de fermer ses portes, suite à un arrêté municipal prenant effet le 7 novembre dernier. Un coup dur pour l’équipe des bénévoles et une douche froide pour les usagers et sympathisants, nombreux à fréquenter la structure. Afin de poursuivre l’aventure libertaire et solidaire, l’association lance une pétition et demande sans tarder un rendez-vous avec les « hautes instances » de la Ville.

 

 

A Grenoble, le bar solidaire L’Engrenage, sommé de fermer ses portes suite à un arrêté communal, se mobilise pour péréniser son projet associatif.La Ville a prononcé un arrêté de fermeture administrative à l'encontre du bar association L'engrenage.© Séverine Cattiaux - Place Gre'net

La Ville a prononcé un arrêté de fermeture administrative à l’encontre du bar association L’Engrenage. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Invoquant des raisons de sécurité et les plaintes du voisinage, la Ville de Grenoble a ordonné par un arrêté la fermeture administrative de la salle de L’Engrenage, située au 27 rue Jean-Prévost, quartier Saint-Bruno.

 

Après quasiment deux ans de fonctionnement, le bar alternatif proposant des activités sportives, des débats, des concerts, etc. à prix libres a dû fermer ses portes le 7 novembre dernier.

 

La fermeture apparaît ferme et définitive. Les travaux de mises aux normes des locaux, en particulier la création d’une deuxième issue de secours, s’avèrent quasi impossibles à mettre en œuvre. Se résigner ? Ce n’est pas le genre de l’équipe constituée d’une vingtaine de bénévoles.

 

 

Les soutiens affluent de toutes parts

 

Déterminés bien à faire perdurer coûte que coûte leur projet solidaire, les militants associatifs passent en mode « mobilisation générale ». Et ont lancé, ce lundi 12 novembre, une pétition papier et sur Internet demandant à la Ville de Grenoble un lieu pérenne.

 

Communiqué de L'engrenage, bar associatif © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Communiqué officiel de L’Engrenage, bar associatif. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

« C’est la mairie qui a fermé notre structure, c’est à elle de nous apporter des solutions (…) », tonnent les bénévoles, réclamant dans les plus brefs délais, une rencontre avec les « hautes instances, le maire, l’adjointe aux Cultures entre autres ».

 

Les soutiens ne se sont pas fait attendre et affluent de toutes parts. En quelques heures, la pétition de L’Engrenage a déjà été partagée plus de 300 fois.

 

Au rythme où sont collectées les signatures, la pétition devrait atteindre très rapidement son objectif de 2 500 signatures, ce qui témoigne de l’enthousiasme et de la sympathie que génère ce projet associatif.

 

Banderole de soutien à L'engrenage par Red Kaos 94, supporters du GF38. DR

Banderole de soutien à L’Engrenage par Red Kaos 94, supporters du GF38. DR

Parallèlement, les bénévoles s’apprêtent à lancer une cagnotte en ligne. Quand bien même l’association ne peut plus occuper les locaux, les militants associatifs se retrouvent en effet à devoir sortir, rubis sur l’ongle, les douze prochains mois de loyers, jusqu’au terme du bail. Soit environ 12 000 euros. 

 

« La Ville met un terme à un projet solidaire sans avoir pensé aux conséquences », fulminent les militants associatifs.

 

 

« Aucune solution ne nous a jamais été proposée, aucun conseil non plus… »

 

Ce qui arrive aujourd’hui à L’Engrenage est-il la faute à la Ville ? Les bénévoles ignoraient-ils le problème de sécurité des locaux ? « On ne discute pas le manque de sécurité, prévient Riad, l’un des animateurs de l’association. Nous ne sommes pas des fous furieux inconscients ! »

 

Mais celui-ci s’étonne tout de même… Ces manquements à la sécurité n’ont jamais empêché la salle d’accueillir des concerts durant une dizaine d’années, soit bien avant que l’association Grenoble Culture Passion, gestionnaire de L’Engrenage, reprenne les rênes de la salle fin 2016. Pourquoi l’arrêté tombe-t-il alors maintenant ?

 

Riad, Virgil, Future, Benj et Rouk... une partie des bénévoles de l'équipe de L'engrenage© Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Riad, Virgil, Future, Benj et Rouk… une partie des bénévoles de l’équipe de L’Engrenage. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
1883 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Il n’est peut être pas étonnant avec toutes les catastrophes qui ont eu lieu (effondrement des immeubles à Marseille, par exemple) que les municipalités, il n’y a pas que Grenoble en cause, fassent fermer les locaux potentiellement dangereux. S’il y a un accident, elles sont responsables.
    J’espère que la municipalité proposera un autre local.

    sep article