Bannière NL JEP 2021
La cour d'appel de Grenoble a confirmé la condamnation pour injure à caractère raciste du porte-parole du groupe d'analyse métropolitain. Le ton monte...

Pascal Clérotte condamné en première instance pour injure publique à l’encontre d’une candidate aux législatives

Pascal Clérotte condamné en première instance pour injure publique à l’encontre d’une candidate aux législatives

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

EN BREF – Pascal Clérotte, par ailleurs porte-parole du Groupe d’analyse métropolitain, a été condamné pour injure publique à caractère raciste, ethnique ou religieux à l’encontre d’une candidate soutenue par Eric Piolle aux élections législatives de 2017. Évoquant une « erreur de frappe », il a annoncé faire appel de la décision du tribunal correctionnel.

 

 

Pascal Clérotte, connu comme le « porte-parole du Groupe d’a­na­lyse métro­po­li­tain » (Gam), a été condamné ce jeudi 8 novembre par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Grenoble pour injure publique à carac­tère raciste, eth­nique ou reli­gieux à l’en­contre d’une can­di­date aux élec­tions légis­la­tives de 2017. La vic­time ? Soukaïna Larabi, sou­te­nue par le maire éco­lo­giste de Grenoble, qui s’é­tait pré­sen­tée sur la 3e cir­cons­crip­tion de l’Isère face à Michel Destot, député socia­liste sortant*.

 

Le porte-parle du Gam, bête noire de la municipalité de Grenoble, a été condamné pour injure raciste à l'encontre d'une candidate soutenue par Eric Piolle.

Soukaïna Larabi et Pascal Clérotte. Photomontage DR

Reconnu cou­pable en pre­mière ins­tance des faits qui lui sont repro­chés, Pascal Clérotte a été condamné à 5 000 euros d’a­mende**, dont 2 500 euros avec sur­sis, ainsi que 1 000 euros au titre du pré­ju­dice moral et 1 000 euros de frais de justice.

 

Le porte-parole du Gam, bête noire de la muni­ci­pa­lité rouge-verte***, a d’ores et déjà annoncé faire appel de la déci­sion du juge (l’ap­pel est sus­pen­sif) et por­ter ce juge­ment sur la table du Conseil de l’Europe au titre de la liberté d’expression.

 

Au cœur du débat, un com­men­taire posté le 1er juin 2017 sur la page Facebook de Place Gre’net. Un post, rapi­de­ment sup­primé, dans lequel Pascal Clérotte renom­mait Soukaïna Larabi « Soul­qaeda » Larabi. Voilà pour le texte. Le contexte ? La période pré-élec­to­rale. Le com­men­taire avait été posté sur un article indi­quant que Soukaïna Larabi s’é­tait arro­gée le sou­tien de Benoît Hamon, alors can­di­dat des socia­listes et des éco­lo­gistes à la présidentielle.

 

 

En toile de fond, le non-soutien de Benoît Hamon

 

Pascal Clérotte – qui fai­sait par­tie du comité de sou­tien de Michel Destot en 2011 – avait alors dénoncé un délit d’a­bus de pro­pa­gande en vue de gagner des voix. Il avait d’ailleurs porté plainte le 13 juin 2017 pour infrac­tion à l’ar­ticle L 97 du code élec­to­ral. Avant d’être entendu par les gen­darmes. Depuis… rien n’a offi­ciel­le­ment été entrepris.

 

Benoit Hamon soutient bien Nicolas Kada sur la première circonscription de l'Isère, mais pas Soukaïna Larabi. Les frondeurs lui ont préféré Michel Destot.

Benoît Hamon, visible sur les affiches de cam­pagne de Nicolas Kada, can­di­dat sur la 1re cir­cons­crip­tion de l’Isère (qu’il sou­te­nait effec­ti­ve­ment) et de Soukaïna Larabi du même mou­ve­ment (qu’il ne sou­te­nait pas). DR

En atten­dant, le porte-parole du Gam a‑t-il fran­chi la ligne rouge dans son com­men­taire sur Facebook ?

 

Oui, selon Soukaïna Larabi qui a porté plainte le 6 juin 2017, mal­gré les excuses de Pascal Clérotte. Celle-ci avait alors dénoncé dans un com­mu­ni­qué un « amal­game entre moi, Soukaïna, et Al Qaeda, orga­ni­sa­tion ter­ro­riste, meur­trière, qui a endeuillé tant de familles de par le monde ».

 

Une accu­sa­tion que réfu­tait et réfute tou­jours Pascal Clérotte. Lequel plaide la faute de frappe et avait sou­li­gné à l’au­dience avoir écrit le texte « à l’ar­rache ». Le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Grenoble ne l’a pas suivi sur ce terrain-là.

 

 

Le passé judiciaire de Pascal Clérotte en question

 

Lors de ce pro­cès, le fait que Pascal Clérotte avait été condamné en Belgique en 2017 pour des faits rele­vant de sa vie pri­vée a par ailleurs été porté à la connais­sance du tribunal.

 

Depuis, des bruits courent sur des pro­pos qui auraient été tenus, dans l’en­ceinte du palais de jus­tice, sur d’autres aspects du passé judi­ciaire de Pascal Clérotte. Des pro­pos – non confir­més par plu­sieurs per­sonnes pré­sentes au pro­cès – sur les­quels seul l’in­té­ressé a en tout cas réagi publi­que­ment à ce jour, sur le site du Gam.

 

Patricia Cerinsek

 

* La 3e cir­cons­crip­tion a fina­le­ment été rem­por­tée par la can­di­date LRM, Émilie Chalas.

 

** L’auteur d’une injure publique adres­sée à une per­sonne à rai­son de son ori­gine ou de son appar­te­nance à une eth­nie, une nation, une race ou une reli­gion déter­mi­née risque jusqu’à 6 mois d’emprisonnement et 22 500 € d’amende.

 

*** Le Gam est notam­ment à l’o­ri­gine de la révé­la­tion des irré­gu­la­ri­tés sur les mar­chés de la fête des Tuiles mais aussi sur les condi­tions du rachat du siège de la caisse régio­nale du Crédit agri­cole, deux dos­siers poin­tés par la chambre régio­nale des comptes. En réac­tion à l’ouver­ture d’une enquête pré­li­mi­naire pour favo­ri­tisme sur l’af­faire de la fête des Tuiles, le maire de Grenoble dénon­çait, lui, en mai der­nier une attaque politique.

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Parvis du palais de justice de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : 4 ans, 2 ans et 8 mois de prison pour trois trafiquants de stupéfiants du quartier de l’Alma

FLASH INFO - Le tribunal correctionnel de Grenoble a jugé, ce 7 septembre 2021, trois trafiquants de stupéfiants du quartier de l'Alma à Grenoble. Et Lire plus

Le président de la Métropole, Christophe Ferrari, présentait la ZFE étendue mercredi 29 janvier à Seyssinet-Pariset, en présence du maire de la Ville Marcel Repellin et du vice-président aux déplacements Yann Mongaburu. © Anissa Duport-Levanti
Saint-Martin-d’Hères : trois des fêtards de la soirée clandestine devant la justice

  FLASH INFO – Samedi 16 janvier, alors que le couvre-feu à 18 heures entrait en vigueur partout en France, une soirée clandestine a rassemblé Lire plus

Christian Coigné a été réélu maire de Sassenage pour la 4e fois consécutive. L'alliance des deux listes de gauche n'a pas permis à la commune de basculer.
Le maire de Sassenage jugé pour prise illégale d’intérêts après l’attribution d’un logement d’urgence à sa fille

  EN BREF - Le maire de Sassenage sera jugé, le 9 juin prochain, par le tribunal correctionnel de Grenoble pour prise illégale d'intérêts. Christian Lire plus

UNE Sur un marché à Grenoble, un vendeur paye son droit de place au placier. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Placiers soupçonnés de corruption à Grenoble : Le Dauphiné libéré visé par une plainte pour diffamation

EN BREF - Christophe Tostain, directeur de publication du Dauphiné libéré, est convoqué sur le banc des prévenus pour « diffamation publique », mercredi 19 décembre, au tribunal Lire plus

Christian Coigné a été réélu maire de Sassenage pour la 4e fois consécutive. L'alliance des deux listes de gauche n'a pas permis à la commune de basculer.
Condamné pour diffamation, le maire de Sassenage s’en prend à Yannick Belle… qui réplique

EN BREF - Condamné une première fois pour avoir pris part au vote concernant une affaire dans laquelle il avait des intérêts privés, Christian Coigné, Lire plus

L'Union de quartier Berriat-Saint Bruno-Europole se rendra ce jeudi 18 mai au tribunal correctionnel, assignée à comparaître par la Ville pour diffamation. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Une première à Grenoble : l’Union de quartier Berriat assignée en justice par la Ville pour diffamation

FOCUS - L’Union de quartier Berriat - Saint-Bruno - Europole est assignée à comparaître au tribunal correctionnel de Grenoble, ce jeudi 18 mai à l’audience de 13 h 30, pour diffamation. Lire plus

Eco'V

Flash Info

|

17/09

12h16

|

|

15/09

16h55

|

|

14/09

18h06

|

|

14/09

17h28

|

|

13/09

19h30

|

|

13/09

15h10

|

|

12/09

12h26

|

|

10/09

19h32

|

|

10/09

10h00

|

|

09/09

11h44

|

L'Oeil de Perotto - Les manifestations antipass sur Place Gre'net, vues par Marc Perotto

Les plus lus

Montagne| Première édition du Raid multisports Grenoble-Alpes le dimanche 19 septembre 2021

Art en ville. © Grenoble-Alpes Métropole

Culture| Des sentiers d’art vont relier une vingtaine d’œuvres sur le territoire métropolitain grenoblois

L’art déconfiné, des confiné(e)s : une expo participative sur la pandémie © Sarah Krakovitch - Place Gre'net

Culture| L’art déconfiné, des confiné(e)s : une exposition participative de réflexion artistique sur la pandémie

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Espace Aragon

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin