Mineurs étrangers non accompagnés : les Départements de Rhône-Alpes et de Saône-et-Loire interpellent le gouvernement

sep article

Festival oenologique et musical Le Millésime à Grenoble du 5 au 20 octobre 2019

FIL INFO – Dans une motion commune, les Départements de l’Isère, du Rhône, des deux Savoie, de l’Ardèche, de l’Ain, de la Loire et de Saône et Loire interpellent le gouvernement sur la prise en charge des mineurs étrangers non accompagnés. Et réclament notamment la mise en place d’un fichier centralisé au niveau national.

 

 

Dans une motion commune, les départements de Rhône-Alpes réclament la mise en place d'un fichier centralisé pour le suivi des mineurs étrangers.Le collectif Jeunes étrangers en Isère, créé à l'été 2018, a fait entendre sa voix devant l'Hôtel du département. Pour un meilleur accueil et une meilleure prise en charge des mineurs et jeunes étrangers en Isère. © Patricia Cerinsek

Un collectif Jeunes étrangers en Isère a vu le jour à l’été 2018. © Patricia Cerinsek

Les présidents des Départements de l’Isère, de la Drôme, de la Savoie, de la Haute-Savoie, du Rhône, de l’Ardèche, de l’Ain, de la Loire, de Saône et Loire ainsi que de la Métropole de Lyon vont présenter une motion lors du congrès de l’Assemblée des départements de France (ADF), ce 7 novembre.

 

Un texte dans lequel les représentants des départements de Rhône-Alpes et de Saône-et-Loire s’inquiètent de la recrudescence depuis trois ans du nombre de mineurs étrangers non accompagnés et du manque de moyens pour y faire face. Un texte dans lequel ils réclament notamment au gouvernement la mise en place d’un fichier centralisé au niveau national.

 

 

1 300 mineurs étrangers non accompagnés accueillis en 2017 en Isère

 

Objectif affiché ? Faciliter l’identification et le suivi des jeunes ainsi que l’accès généralisé aux outils pour pouvoir confirmer leur âge. La loi oblige en effet les départements à mettre en place, pour toute personne se déclarant mineure et privée temporairement ou définitivement de la protection de sa famille, un accueil provisoire d’urgence dans un établissement de service social ou médico-social.

 

La question est sensible. L’Isère est, en France, le département qui accueille le plus grand nombre de jeunes étrangers. Mais l’inquiétude déborde des frontières départementales.

 

En Isère, le Département peine à faire face à l'augmentation du nombre de mineurs étrangers isolés. Les associations tirent la sonnette d'alarme © La Croix-Rouge

© La Croix-Rouge

Réunis le 24 octobre, les présidents des Départements de Rhône-Alpes se sont ainsi dits inquiets de l’évolution d’un phénomène, « qui prend une ampleur inédite », via l’existence de filières organisant ces déplacements. Mais aussi des « difficultés concrètes pour faire face à l’importance de ces flux ».

 

Les élus départementaux font notamment part de leurs difficultés à faire le suivi de jeunes, « qui passent d’un département à l’autre », soulignent-ils dans un communiqué commun. Ils s’inquiètent aussi des risques financiers que cette prise en charge accrue fait peser sur d’autres publics, dont l’enfance en danger. Et de la difficulté de l’Éducation nationale à proposer des cursus de formation et d’apprentissage, tout comme de l’incapacité de l’État à prendre le relais.

 

« Les coûts supportés par les collectivités pèsent non seulement de plus en plus lourdement sur [nos] budgets – alors même qu’il s’agit d’une compétence d’État qui est compensée de façon totalement marginale à ce jour – mais obèrent aussi [notre] capacité à assurer une prise en charge optimum des publics concernés. »

 

En Isère, le budget consacré aux mineurs non accompagnés atteint 14,2 millions d’euros. L’aide de l’État se monte quant à elle à 7 millions d’euros.

 

PC

 

commentez lire les commentaires
1577 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. C’est un peu fort de café que le département demande en premier lieu une « mise en place d’un fichier centralisé au niveau national. » !!!
    Si les jeunes étaient pris en charge correctement, ça m’étonnerait qu’ils passent d’un département à l’autre. Le département n’a aucune envie de tester la minorité des jeunes, il traine, si bien que les jeunes trainent de leur côté sans pouvoir accéder à une formation ou à un suivi. Les actes de naissance devraient être pris en considération, mais, comme il faut expulser un max d’étrangers et qu’un mineur ne peut être expulsé …
    Ce n’est pas comme ça que le département règlera le problème des MNA (mineur non accompagné). J’osais espérer qu’après le rassemblement du mois d’octobre il avait commencé à comprendre quelque chose … eh bien non …

    sep article