Le grenoblois Vincent Lafforgue a reçu le prix Breakthrough 2019 de mathématiques aux Oscars de la science

sep article

Notre indépendance c

FOCUS – Ce dimanche 4 novembre, le mathématicien grenoblois Vincent Lafforgue a reçu le prix Breakthrough 2019 de mathématiques au Ames Research Center de la Nasa, dans la Silicon Valley. Le directeur de recherche de l’Institut Fourier est récompensé pour son parcours et ses recherches sur le programme dit de Langlands.

 

 

Ce dimanche 4 novembre, le cher­cheur gre­no­blois Vincent Lafforgue, direc­teur de recherche à l’Institut Fourier*, a reçu le prix Breakthrough (per­cée en fran­çais) 2019 dans la caté­go­rie mathé­ma­tiques au Ames Research Center de l’Administration natio­nale amé­ri­caine de l’aé­ro­nau­tique et de l’es­pace (Nasa) dans la Silicon Valley.

 

Le mathématicien grenoblois Vincent Lafforgue a reçu le prix Breakthrough 2019 de mathématiques pour ses travaux sur le programme de Langlands.Capture d'écran du film de présentation de Vincent Lafforgue lors du Live 2019 Breakthrough Prize

Le mathé­ma­ti­cien gre­no­blois Vincent Lafforgue, lau­réat du prix Breakthrough 2019. Capture d’é­cran du Live 2019 Breakthrough Prize

 

C’est la cin­quième fois qu’un Français a l’honneur de rece­voir ce tro­phée d’estampille amé­ri­caine créé en 2012 par de riches entre­pre­neurs du pôle des indus­tries de pointe. Dont Sergey Brin, cofon­da­teur avec Larry Page de la société Google, et Mark Zuckerberg, le média­tique fon­da­teur et PDG de Facebook**. Lors de cette 7e édi­tion, les neuf gagnants – six en sciences de la vie, deux en phy­sique et un en mathé­ma­tiques*** – se sont par­ta­gés pas moins de 22 mil­lions de dol­lars.

 

 

Deux fois récompensé pour l’excellence de ses travaux

 

Le pro­gramme de Langlands, vous connais­sez ? Voilà ce sur quoi le fran­çais Vincent Lafforgue s’est dis­tin­gué en contri­buant à para­mé­trer le vaste ensemble de conjec­tures en arith­mé­tique sur « les corps glo­baux de carac­té­ris­tique posi­tive ». Comment ? Au moyen de construc­tions ori­gi­nales met­tant en jeu la géo­mé­trie des « chtou­cas de Drinfeld ». Les mathé­ma­ti­ciens che­vron­nés com­pren­dront.

 

Pour l’excellence de ses tra­vaux ayant fait l’objet d’une publi­ca­tion majeure en 2013, le cher­cheur a déjà été honoré en France par une médaille d’argent du Centre natio­nal de la recherche scien­ti­fique (CNRS) en 2015.

 

Le mathématicien grenoblois Vincent Lafforgue a reçu le prix Breakthrough 2019 de mathématiques pour ses travaux sur le programme de Langlands.Capture d'écran du film de présentation de Vincent Lafforgue lors du Live 2019 Breakthrough Prize

Vincent Lafforgue, lau­réat du prix Breakthrough 2019 dans la caté­go­rie mathé­ma­tiques.  Capture d’é­cran du Live 2019 Breakthrough Prize

Les Américains n’ont, pour leur part, pas peur de s’inspirer des codes connus du grand public quand ils veulent sou­te­nir une cause. D’où l’i­dée de cet évè­ne­ment  dédié à la célé­bra­tion des cher­cheurs en science fon­da­men­tale.

 

« La science appli­quée est sou­te­nue d’une manière ou d’une autre. La science fon­da­men­tale, elle, est très fra­gile et néces­site le sou­tien des gou­ver­ne­ments du monde entier. Sans la recon­nais­sance publique et la com­pré­hen­sion de ce que les scien­ti­fiques font, il est très dif­fi­cile de comp­ter sur la pour­suite de ce sou­tien », jus­ti­fiait Yuri Milner dans l’é­mis­sion de télé­vi­sion amé­ri­caine Bloomberg tech­no­logy.

 

Ce der­nier, fon­da­teur de la société 23andMe d’a­na­lyse du code géné­tique de ses clients, figure parmi les autres sou­tiens finan­ciers des prix Breakthrough, remis chaque année lors d’une céré­mo­nie aux allures « d’Oscars de la science », retrans­mise en direct.

 

 

Un show présidé par l’un des célèbres interprètes de James Bond

 

C’est ainsi que le mathé­ma­ti­cien Vincent Lafforgue s’est vu remettre son prix Breakthrough sous les applau­dis­se­ments nour­ris d’un par­terre d’invités recru­tés parmi le gra­tin des stars d’Hollywood et des géants des tech­no­lo­gies****.

 

Ce, lors d’un show animé par l’un des célèbres inter­prètes de James Bond, Pierce Brosnan.

 

Autant qu’il célèbre la recherche scien­ti­fique, le prix Breakthrough vise aussi à ins­pi­rer la pro­chaine géné­ra­tion de scien­ti­fiques.

 

Et le fran­çais Vincent Lafforgue,  déjà remar­qué en août der­nier à Rio parmi les confé­ren­ciers du pres­ti­gieux congrès inter­na­tio­nal qua­drien­nal des mathé­ma­ti­ciens où sont attri­buées les célèbres médailles Fields, est tout à fait de cette trempe-là. Ne serait-ce que par le regard qu’il porte sur son par­cours qui, contrai­re­ment à ce dont on pour­rait s’attendre, n’est pas par­fai­te­ment linéaire.

 

« Quand on cherche à résoudre un pro­blème dif­fi­cile, on va échouer neuf fois sur dix. Il faut savoir chan­ger de sujet et pas­ser à un autre pro­blème », reven­dique-t-il. Un conseil qu’il s’est appli­qué à lui-même tout au long de sa jeune mais non moins déjà riche car­rière.

 

 

« Un poste permanent permet à un chercheur d’avoir une vraie tranquillité d’esprit »

 

Entré à l’École nor­male supé­rieure de Paris (ENS), Vincent Lafforgue sou­tient, en 1999, sa thèse, por­tant sur la conjec­ture de Baum-Connes où il se démarque déjà de ses core­li­gion­naires. « Il intro­duit des méthodes ori­gi­nales d’algèbres de Banach pour résoudre de nou­veaux cas de cette conjec­ture », vante ainsi l’université Grenoble-Alpes (UGA) dans un com­mu­ni­qué.

 

Recruté dans la fou­lée au CNRS à l’Institut de Mathématiques de Jussieu Paris rive gauche (IMJ-PRG), il creuse encore pen­dant plu­sieurs années ce thème jusqu’à réus­sir à mon­trer cette conjec­ture à coef­fi­cients pour tout un nou­vel ensemble de cas. À savoir, les « groupes hyper­bo­liques » au sens du célèbre mathé­ma­ti­cien Mikhaïl Gromov.

 

Capture d'écran du film de présentation de Vincent Lafforgue lors du Live 2019 Breakthrough Prize

Capture d’é­cran du film de pré­sen­ta­tion de Vincent Lafforgue lors du Live 2019 Breakthrough Prize

 

Pour ce vir­tuose de l’abs­trac­tion, il est doré­na­vant temps de quit­ter Baum-Connes. Il s’adonne alors à un autre sujet, le pro­gramme de Langlands, qui lui vaut cette nou­velle dis­tinc­tion. L’occasion pour le mathé­ma­ti­cien de sou­li­gner l’importance de la titu­la­ri­sa­tion pour tra­vailler en science fon­da­men­tale.

 

« Un poste per­ma­nent per­met à un cher­cheur d’avoir une vraie tran­quillité d’esprit. Nos recherches et pro­jets sont dif­fi­ciles et nous pou­vons mettre une dizaine d’années avant d’avoir des résul­tats impor­tants. De plus, nous ne pou­vons pas pré­voir ce que nous allons trou­ver », explique-t-il.

 

 

« J’aimais beaucoup mes cours de mathématiques à l’école »

 

Une chose est sûre, il faut cent fois remettre l’ouvrage sur le métier, selon le célèbre adage de Boileau. Et com­men­cer tôt, conseille Vincent Lafforgue. « C’est très bien de com­men­cer à faire des mathé­ma­tiques jeune. J’aimais beau­coup mes cours de mathé­ma­tiques à l’école, spé­cia­le­ment le cal­cul men­tal puis la géo­mé­trie et l’arithmétique, et aussi les acti­vi­tés extra­s­co­laires, notam­ment la lec­ture de livres écrits par des mathé­ma­ti­ciens pour les enfants et les ado­les­cents », tient-il à faire savoir aux jeunes géné­ra­tions.

 

Capture d'écran du film de présentation de Vincent Lafforgue lors du Live 2019 Breakthrough Prize

Capture d’é­cran du film de pré­sen­ta­tion de Vincent Lafforgue lors du Live 2019 Breakthrough Prize Ceremony

À quoi aspire-t-il désor­mais ? À appor­ter son concours dans des recherches déjà très déve­lop­pées au CNRS mais d’utilité envi­ron­ne­men­tale irré­fu­table selon lui. « Les éco­no­mistes disent qu’il y a un sous-inves­tis­se­ment glo­bal dans la recherche pour les éner­gies propres et l’écologie (0,01 % du PIB mon­dial alors que notre ave­nir en dépend). Cela m’a convaincu de m’y mettre », conclut le lau­réat.

 

 

Véronique Magnin

 

 

* Centre natio­nal de la recherche scien­ti­fique (CNRS) – Université Grenoble Alpes (UGA)

 

** Les trois prix Breakthrough, qui récom­pensent des tra­vaux en phy­sique fon­da­men­tale, sciences de la vie et mathé­ma­tique, sont spon­so­ri­sés par Sergey Brin (Google), Priscilla Chan et Mark Zuckerberg (Facebook). Mais éga­le­ment, Ma Huateng (Tencent), Yuri et Julia Milner, et Anne Wojcicki (23andMe).

 

*** Prix Breakthrough en sciences de la vie : C. Frank Bennett et Adrian R. Krainer, Angelika Amon, Xiaowei Zhuang, et Zhijian “James” Chen.

Prix Breakthrough en phy­sique fon­da­men­tale : Charles Kane et Eugene Mele.

Prix Breakthrough en mathé­ma­tiques : Vincent Lafforgue.

 

**** Dont Morgan Freeman, Mila Kunis, Ashton Kutcher, les patrons de Spotify, YouTube ou encore Virgin Galactic, pour n’en citer que quelques-uns.

 

commentez lire les commentaires
3924 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. J’espère, Monsieur Lafforgue, que vous n’a­vez pas envie de vous lan­cer dans un car­rière poli­tique … féli­ci­ta­tions pour le prix Breakthrough 2019 de mathé­ma­tiques qui vous a été attri­bué.

    sep article