Les autoroutes à vélos n’ont pas leur place dans le centre-ville de Grenoble, selon deux Unions d’habitants

sep article



FIL INFO – L’Union des habitants du centre-ville (UHCV) et l’Union de quartier Championnet-Bonne-Condorcet-Hoche (CBCH) mettent en garde les élus de la Métropole de Grenoble et du SMTC contre les conflits d’usage et les dangers potentiels que pose la mise en service d’autoroutes à vélos dans le centre-ville. Et s’alarment en particulier du franchissement d’une piste bidirectionnelle pour vélos sur le cours Lafontaine, devant l’entrée du lycée Champollion, fréquenté par 1 900 lycéens.

 

 

Chronovélo Cours Lafontaine DR

Chronovélo cours Lafontaine DR

« Développer le vélo en ville, bien sûr », les mili­tants de l’Union des habi­tants du centre-ville ( UHCV ) et de l’Union de quar­tier Championnet-Bonne-Condorcet-Hoche sont pour.

 

En revanche, ils s’op­posent aux auto­routes à vélos, qu’ils jugent incom­pa­tibles avec un contexte urbain dense.

 

Une lubie ? Visiblement pas. Cette convic­tion, les mili­tants de l’UHCV et de CBCH se la sont for­gée sur la base de recom­man­da­tions d’or­ga­nismes offi­ciels (Céréma, Fédération fran­çaise de cyclo­tou­risme) qui décon­seillent la mise en place de pistes bidi­rec­tion­nelles pour vélos en centre-ville.

 

 

« Un sérieux problème de sécurité »

 

C’est pour­tant une voie cyclable rapide de quatre mètres qu’en­vi­sage d’a­mé­na­ger la Métropole et le SMTC sur le cours Lafontaine, où se trouve, autre dif­fi­culté selon l’UHCV et l’UQ CBCH, l’en­trée prin­ci­pale du lycée Champollion.

 

L'UHCV alerte contre les conflits d'usage et les dangers potentiels que pose la mise en service d'autoroutes à vélos en centre-ville à Grenoble.Entrée du lycée Champollion à Grenoble, Cours Lafontaine DR

Entrée du lycée Champollion à Grenoble, cours Lafontaine. DR

« Rien n’y oblige et […] il n’y a pas eu de concer­ta­tion pour le déci­der », se rebiffent les deux Unions d’ha­bi­tants, qui battent en brèche ce pro­jet. « Le pas­sage d’une auto­route à vélos devant [les] portes [du lycée] crée un sérieux pro­blème de sécu­rité, tant pour eux [les lycéens] que pour les cyclistes », s’a­larment les deux Unions.

 

Aujourd’hui, des bar­rières de sécu­rité par­viennent à peine à conte­nir les lycéens sur le trot­toir. « Il est irréa­liste de croire qu’elles puissent être sup­pri­mées », estiment les habi­tants.

 

 

Une « bordure en dur » problématique

 

La mise en place de cette piste bidi­rec­tion­nelle appa­raît en contra­dic­tion avec la volonté même d’a­pai­se­ment du centre-ville, regrettent les mili­tants asso­cia­tifs. Qui plus est, la construc­tion d’une « bor­dure en dur » telle qu’an­non­cée, sépa­rant le flux des vélos et celui des voi­tures, serait, tou­jours selon les deux asso­cia­tions, un nou­vel obs­tacle à la tra­ver­sée de la chaus­sée par les pié­tons, les pous­settes etc. Sans comp­ter que ladite bor­dure pré­sen­te­rait un risque poten­tiel d’ac­ci­dent pour les cyclistes eux-mêmes.

 

L'UHCV alerte contre les conflits d'usage et les dangers potentiels que pose la mise en service d'autoroutes à vélos en centre-ville à Grenoble.Esquisse du projet de Chronovélo, piste bidirectionnelle, passant sur le Cours Lafontaine, parvis du Lycée Champollion à Grenoble. DR

Esquisse du pro­jet de Chronovélo, piste bidi­rec­tion­nelle, pas­sant sur le cours Lafontaine, par­vis du Lycée Champollion à Grenoble. DR

Présentée à la mi-2018, l’es­quisse du pro­jet fait éga­le­ment tiquer les habi­tants sur deux points : les por­teurs du pro­jet n’ont pas prévu de par­kings à vélos pour les lycéens.

 

Ils pointent et déplorent en outre l’ab­sence d’un « feu à bou­ton pous­soir que les pié­tons pour­raient acti­ver pour stop­per le tra­fic autos-vélos et pou­voir tra­ver­ser ».

 

Maîtres d’œuvre du plan, Chronovélo, les élus de la Métropole et du SMTC rever­ront-ils leur copie suite aux remarques et argu­ments avan­cés par l’UHCV et l’Union de quar­tier CBCH ? À suivre.

 

SC

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
10334 visites | 32 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 32
  1. sep article
  2. Ping : L'alerte des deux Unions de Quartiers riveraines du lycée Champollion - 🚴ki🚶 ~ LE VÉLO QUI MARCHE ~ 🚴ki👍

  3. Je ne savais pas qu’on pou­vait insul­ter les com­men­ta­teurs ici.

    Un fait cer­tain affli­geant, c’est com­ment les sup­ports habi­tuels sur cette page, de la muni­ci­pa­lité Piolle, font tout comme à leurs habi­tudes afin de ten­ter de décré­di­bi­li­ser la parole d’u­nions de quar­tiers ou s’in­ves­tissent des béné­voles, dans l’ob­jec­tif du bien des gre­no­blois.

    Lorsque la muni­ci­pa­lité Piolle co-construira réel­le­ment comme elle l’a­vait pro­mis pour les élec­tions 2014, les pro­jets seront mieux fice­lés et rem­por­te­ront l’adhé­sion par des com­pro­mis, au lieu de faire sem­blant et d’im­po­ser sans études d’im­pact indé­pen­dante.

    Il n’y a qu’à voir aujourd’­hui les consé­quences désas­treuses de cvcm, ils pour­raient apprendre en échouant ? Mais non.

    sep article
    • MB

      08/11/2018
      12:56

      Bonjour,
      Un com­men­taire inju­rieux était effec­ti­ve­ment passé à tra­vers les mailles. Nous venons de le modé­rer suite à votre signa­le­ment.
      Bonne jour­née,

      sep article
  4. il ne s’a­git pas s’op­po­ser à des amé­na­ge­ments qui faci­litent la cir­cu­la­tion, pour tous d’ailleurs.… mais de voir com­ment il pour­rait être modi­fié pour conve­nir au mieux, et à tous.… en tous cas cer­taines com­po­santes de ce pro­jet tel que pré­senté ici ne conviennent pas du tout, tel que cette bor­dure en dur au centre de la rue, pour déli­mi­ter les usages ???? beau­coup trop dan­ge­reux et tota­le­ment inadapté !!!… Par ailleurs, il y a aussi et encore beau­coup trop de “miné­ral” dans ce pro­jet ! .… Il faut arrê­ter de conti­nuer à “miné­ra­li­ser” les rues, qui plus est avec des sur­faces de cou­leur claire, ou cer­tains bitumes, qui ren­voient la cha­leur.… sur les usa­gers, dans les périodes de cani­cule (deve­nues main­te­nant ‑et mal­heu­reu­se­ment- fré­quentes, de même que durables…)…cet aspect doit être éga­le­ment pris en compte (mettre moins de sur­faces ou de maté­riaux “en dur”, et plus de végé­tal (arbustes de type lau­riers, qui res­tent verts toute l’an­née, convien­draient très bien, ici, notam­ment…) .….

    sep article
    • Je pro­pose de virer la cir­cu­la­tion moto­ri­sée ainsi que la file de sta­tion­ne­ment sur tout le cours Lafontaine pour avoir suf­fi­sam­ment d’es­paces pour les modes actifs et mettre de la végé­ta­tion.
      C’est bon comme ça ? Vous faites cette pro­po­si­tion ?

      sep article
      • merci (svp) de ne pas cari­ca­tu­rer à l’ex­cès mes pro­pos, comme vous le faîtes….
        et votre ton énervé et déni­gra­toire ça suf­fit vous aussi !!!.….
        pour ce qui est de l’a­mé­na­ge­ment de la rue (esquisse 1), je main­tiens qu’une bor­dure en dur ne convien­drait pas du (notam­ment pour risques éle­vés de chutes graves des­sus… vrai­ment si dif­fi­cile à com­prendre, cela ????…) ; après ce peut être une bor­dure grilla­gée, ou même rien du tout, dans la mesure où les vitesses de cir­cu­la­tion seraient alors deve­nues très limi­tées, de fait, dans cette rue, tant pour les voi­tures que pour les cyclistes (sou­hait ou demande main­te­nus éga­le­ment ici, pour rai­sons déjà ample­ment don­nées ailleurs dans ce forum…..) …..
        pour ce qui est du plus de végé­ta­tion sou­hai­tée (et sou­hai­table), ce serait sur­tout pour le pla­teau pié­ton (esquisse 2) ……
        NB mes com­men­taires s’ar­rêtent là main­te­nant, je n’ai plus le temps de conti­nuer cette dis­cus­sion, que j’ai trou­vée néan­moins glo­ba­le­ment inté­res­sante (avec remer­cie­ments à place gre­net de l’a­voir pro­po­sée) – cor­dia­le­ment dch38

        sep article
        • Hahahahah, j’ai vexé le mon­sieur ou la dame ! Mais si vous ne sup­por­tez pas la contes­ta­tion, il ne faut pas répondre et encore moins s’é­pan­cher ici !

          Posez-vous la ques­tion de savoir, pour­quoi, en 2018, tout amé­na­ge­ment qu’il soit pié­ton­nier ou cyclable néces­site encore des bor­dures et des pote­lets en-veux-tu-en-voilà ?

          Et allez faire un tour en Hollande où les amé­na­ge­ments cyclables sont sépa­rés phy­si­que­ment de la chaus­sée des véhi­cules moto­ri­sés par des bor­dures en dur. Et pour­tant, que je sache, la Hollande n’est pas un pays où les cyclistes tuent et blessent en nombre les pié­tons. Alors pour­quoi ce qui marche très bien ailleurs ne fonc­tion­ne­rait pas à Grenoble ? Parce qu’on a encore trop de per­sonnes pour qui, comme disait Pompidou, la bagnole est la pana­cée ?

          sep article
  5. C’est pour moi une très bonne chose de créer des amé­na­ge­ments sécu­ri­sés pour les cyclistes et c’est clai­re­ment une bonne chose de pou­voir se dépla­cer en vélo dans une ville telle que Grenoble.
    Je me déplace à Grenoble à pied, en vélo, en tram et aussi en voi­ture…

    Je suis donc :
    – Piéton : j’u­ti­lise les trot­toirs et les pas­sages pié­tons.
    – cycliste : j’u­ti­lise les pistes cyclables
    – auto­mo­bi­liste : j’u­ti­lise les routes …

    Il y a à Grenoble beau­coup trop de mélange des genres…
    Il me parait indis­pen­sable que : avant de don­ner à des cyclistes une « auto­route » il fau­drait leur apprendre à cir­cu­ler sur une simple route et même cir­cu­ler TOUT COURT :
    – Feu rouge : tu t’ar­rêtes
    – Trottoirs : réservé aux pié­tons.
    – Le fait d’être un cycliste et/ou un écolo ne te donne aucun droit sup­plé­men­taire…

    Autre chose :
    petit flo­ri­lège des réponses reçues quand tu fais remar­quer à cer­tains cyclistes que leurs com­por­te­ments n’est pas adapté :
    – Un doigt bien haut (d’une fille petite ving­taine lorsque elle est 10m plus loin)
    – J’t’emmerde (d’une autre fille petite ving­taine à la même dis­tance)
    – Et alors t’es de la police ! (à ma femme et moi non pré­sent)
    – J’te crève salope (d’un qua­dra à ma femme et moi non pré­sent)
    J’en passe et des meilleures.…!

    Un dimanche je marche sur le trot­toir Cours Berriat (entre Gambetta et Jean Jaurès : soit dit en pas­sant les pistes cyclables les plus larges de la ville !) Un dimanche calme, pas une voi­ture à l’ho­ri­zon. 3 cyclistes sont pré­sents :
    1 en plein milieu sur la voie réser­vée aux voi­tures (à la limite, il n’y a per­sonne !)
    Et 1 sur chaque trot­toir !!!!!!!

    METROPOLE APAISEE ???.…J’EN RIGOLE ENCORE.…!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Sans par­ler des Deliveroo et Uber Eats qui parce qu’ils sont sous pres­sion estiment avoir le droit de rou­ler par­tout à n’im­porte quelle vitesse.…

    Et Puisqu’il en faut pour tout le monde :
    QUAND VOUS ÊTES EN VOITURE ET QU’IL Y A DES BOUCHONS. AVANT DE TRAVERSER UN CROISEMENT, REGARDEZ DEVANT VOUS ET ESTIMEZ SI VOUS POUVEZ AVANCER SANS VOUS RETROUVER EN PLEIN MILIEU ET FAIRE CHIER TOUT LE MONDE.….C’EST INSUPPORTABLE !!!

    sep article
    • Je vous ras­sure, on a le même com­por­te­ment avec les auto­mo­bi­listes. Des agres­sions de cyclistes par des auto­mo­bi­listes, j’en subis régu­liè­re­ment. Une fois, je suis même tombé de vélo car un pié­ton tra­ver­sait au feu rouge. Et à Grenoble, ce n’est pas le pire… on est même plu­tôt « apai­sés » jus­te­ment, par rap­port à d’autres villes.

      Les com­por­te­ments que vous avez vu et décrits ne sont pas tolé­rables. Pour autant, est-ce un argu­ment pour empê­cher le déve­lop­pe­ment des vélos et infras qui vont avec ? NON, ABSOLUMENT PAS. Si on applique les rai­son­ne­ments que l’on tient sur les cyclistes en ce moment aux autres usa­gers, cela pour­rait don­ner :
      « Les auto­mo­bi­listes se garent n’im­porte où, cer­tains brûlent les feux orange et rouge, il ne faut pas créer de routes !»
      « Les pié­tons tra­versent n’im­porte où, il ne faut pas élar­gir les trot­toirs !»

      Bref, vous com­pre­nez bien que c’est com­plè­te­ment stu­pide et même démago de se posi­tion­ner contre une infra­struc­ture car cer­tains de ses usa­gers se com­por­te­raient mal. Au contraire, c’est en don­nant à cha­cun sa juste place et en la fai­sant res­pec­ter que cela évo­luera dans le bon sens.

      Vis-à-vis de Berriat, je vous fais part de ma remarque en tant que cycliste : les bandes cyclables, qui sont loin d’être les plus larges de la ville d’ailleurs, sont sur­tout les plus sou­vent uti­li­sés comme par­king minute ou comme livrai­son, alors même que des places de livrai­sons existent. Les doigts et autres insultes fusent éga­le­ment, et je me demande quand vien­dront les coups de poing de la part des bagno­lards. Pas éton­nant (même si cela n’est pas bien je suis d’ac­cord) que cer­tains cyclistes prennent le trot­toir, ils sont mis en dan­ger sur leurs propres infra­struc­tures…

      D’ailleurs, quand « les cyclistes font n’im­porte quoi », c’est la fin du monde et il ne fau­drait sur­tout pas déve­lop­per le vélo. En revanche, la quan­tité de voi­tures garées sur les pistes et bandes cyclables, c’est « car on ne peut plus se garer », donc il faut plus de par­kings. 2 poids, 2 mesures mal­heu­reu­se­ment trop cou­rant, que l’on retrouve de par­tout dans nos socié­tés du tout-voi­ture.

      sep article
    • Ben 100% d accord
      Surtout sur le manque de civisme pour pour grat­ter 10 cm qq couillons en voi­ture bloquent tout un car­re­four.
      A la lec­ture des dif­fé­rents com­men­taires c est vrai­ment le civisme / coha­bi­ta­tion qui pose sou­cis.
      Une autre solu­tion serait d ali­gner les scoo­ters livreurs sur les trot­toirs, d ali­gner les cyclistes qui grilles les feux et les auto­mo­bi­listes sur les places.
      Pis une fois tout le monde bien assomme peut ils qu ils pour­ront vivre ensemble, his­toire d évi­ter à une com­mune et agglo au bord du dépôt de bilan des tra­vaux ( et ali­gner = sanc­tion­ner, des amendes à la clef sinles gens ne savent pas se com­por­tant cor­rec­te­ment sans qu il faille taper sur le por­te­feuille )

      sep article
    • CL

      26/01/2019
      16:15

      Je rejoins tout à fait votre avis. Personnellement, aupa­ra­vant, je me dépla­çais essen­tiel­le­ment à pied, en tram et à vélo. Aujourd’hui, j’ai arrêté le vélo (marre des cyclistes fous qui ne connaissent pas le code de la route) et j’u­ti­lise de plus en plus la voi­ture pour me pro­me­ner avec mes neveux et m’é­loi­gner de Grenoble car je trouve les tra­jets pour aller au parc désor­mais trop stres­sants sur les trot­toirs, sans par­ler des vélos qui cir­culent à toute vitesse dans les allées des parcs (mon neveu de 2 ans et demi a failli se faire ren­ver­ser une fois, non pas dans une allée, mais au sein même d’une aire de jeu _non fermée_ du parc Paul Mistral, qu’un cycliste cin­quan­te­naire tra­ver­sait pour cou­per le fro­mage…).
      Tout à fait d’ac­cord sur les Deliveroo et Uber (j’en ai croisé un une fois à une vitesse ahu­ris­sante sur un trot­toir, plus de 30 à l’heure, donc la métro­pole apai­sée…!), ainsi que sur les réac­tions des cyclistes, à qui l’é­co­lo­gie sert par­fois de pré­texte à un indi­vi­dua­lisme poussé à l’ex­trême…

      Mais que faire ? J’ai déjà écrit à la mai­rie, on me répond que les cyclistes en infrac­tion sont ver­ba­li­sés. Ah bon ? Où ça ? Par qui ? La seule fois que j’ai vu des poli­ciers ver­ba­li­ser des cyclistes, c’é­tait sur l’au­to­route à vélo, vers l’es­ta­cade. Ils cir­cu­laient sur une piste cyclable, avec des gilets jaunes, mais sans lumières. Pas par­fait, certes, mais hon­nê­te­ment avec leurs gilets ils étaient bien visibles. Et l’i­ro­nie de l’his­toire, c’est qu’a­vant et après l’au­to­route à vélo, j’ai croisé une grande quan­tité de cyclistes sans lumières, sans gilets et rou­lant à toute vitesse sur les trot­toirs…

      sep article
  6. Mais ils sont très forts à l’UHCV et CBCH ! Ca me fait pen­ser tout de suite à Audiard et la réplique de Monsieur Fernand alias Lino Ventura : « les c..s, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les recon­naît »
    Mais bien sûr, les vélos, c’est hyper dan­ge­reux. C’est pas comme les voi­tures. [Modéré : pro­pos inju­rieux]
    Il faut sor­tir ces gens de leurs réflexes du XXème siècle, de la période du tout-voi­ture, de l’é­poque Pompidou !

    sep article
    • je ne suis pas sûre que cer­tains des com­men­ta­teurs ou com­men­ta­trices, ici, connaissent vrai­ment bien la pra­tique du vélo, notam­ment en centre ville, et de façon régu­lière… par ailleurs, je ne vois pas que déni­grer ‑voire même insul­ter (ici)- les gens qui énoncent- à juste titre- des pro­blé­ma­tiques liées au vélo en ville , et à sa “coha­bi­ta­tion” avec les autres modes de dépla­ce­ment…. soit très posi­tif …. il s’a­git ici de voir si les amé­na­ge­ments tels qu’ac­tuel­le­ment envi­sa­gés seraient bien adap­tés à l’emplacement prévu, et aussi dans l’in­té­rêt géné­ral… ou si des modi­fi­ca­tions doivent y être appor­tées (je pense pour ma part que oui)…. car oui il y a une mixité des usages de la rue et des façons d’y cir­cu­ler, de même qu’il y a des per­sonnes qui se déplacent faci­le­ment à pied, ou à vélo…. et d’autres moins bien ….. et aussi que c’est mieux de prendre en compte les dif­fi­cul­tés avant d’en­ga­ger des tra­vaux (géné­ra­le­ment cou­teux, et dif­fi­ci­le­ment réver­sibles….), qu’a­près ……

      sep article
      • Ha bon ? Mais pour­quoi on a JAMAIS entendu ces tristes indi­vi­dus lorsque la rue était com­po­sée de DEUX files de cir­cu­la­tion pour les voi­tures avec une limi­ta­tion de la vitesse à 50 km/h ??? Pourtant, le lycée était déjà là. Il y a comme un petit souci de cohé­rence dans le dis­cours de ces gens. Les voi­tures à 50 km/h ne créaient pas de dan­ger mais main­te­nant des vélos à 20 km/h, hou­lala, dan­ger. C’est du grand n’im­porte quoi !

        sep article
  7. Bonjour. Je suis un pro-cycliste qui n’u­ti­lise jamais la voi­ture pour venir en centre-ville (pour moi c’est une source de stress et une perte de temps énorme, sans comp­ter la pol­lu­tion).
    L’idée de faire des auto­routes à vélos en ville part d’une bonne inten­tion, à l’ins­tar de ce qui est fait dans d’autres pays comme l’Allemagne et la Hollande par exemple. A condi­tion que cela n’a­joute pas de gêne ou de conflits avec les autres usa­gers plus vul­né­rables, comme les pié­tons.
    Ce qui me dérange c’est la bor­dure en dur. Chaque cycliste sait bien qu’une bande cyclable déli­mi­tée par un simple trait de pein­ture ne pro­tège rien du tout.
    Une sépa­ra­tion phy­sique apporte une réelle sécu­rité en évite les fran­chis­se­ments par des véhi­cules irres­pec­tueux. Mais il ne faut pas que cette bor­dure soit une source d’ac­ci­dents pour le cycliste. Si vous regar­dez bien les pho­tos (Chronovélo sur le site France3) et obser­vez en ville, on voit beau­coup de traces de pneu qui montent sur la bor­dure : pour­quoi ? Que s’est-il passé ? Accident ? Défaut d’é­clai­rage ? Sauts intem­pes­tifs par jeu ?
    A l’in­verse, je sug­gère de maté­ria­li­ser cette sépa­ra­tion par des bornes défor­mables régu­liè­re­ment espa­cées, par exemple des plots en plas­tique de 80cm de haut implan­tés tous les 3m. Ainsi en cas de déport brusque, le cycliste risque moins d’être dés­équi­li­bré ou de chu­ter et la voi­ture n’aura rien à part quelques rayures sur la car­ros­se­rie.
    Pour plus de civi­lité et de res­pect mutuel sur les chaus­sées !

    sep article
  8. Le pro­blème des vélos en ville est sur­tout qu’ils roulent trop vite (non seule­ment en centre-ville d’ailleurs, mais aussi dans d’autres sec­teurs, même sur voies dédiées, notam­ment lorsque celles-ci sont très occu­pées, ou aux car­re­fours, etc….), en plus d’autres inci­vi­li­tés telles que dou­bler par la droite, chi­canes, non uti­li­sa­tion de la son­nette, etc….
    Circuler à vélo en ville devient ainsi de plus en stres­sant (et ris­qué !), voire même décou­ra­geant… Aussi, et ce quels que soient les amé­na­ge­ments pré­vus, je pense qu’il fau­drait main­te­nant –et rapidement‑, tout comme pour les voi­tures, en limi­ter la vitesse…
    Pour le dire autre­ment, faire du vélo en ville doit être conçu comme un moyen de dépla­ce­ment, et pas pour des per­for­mances de vitesse, ou spor­tives …..
    Par ailleurs, je pense que les avis des 2 unions de quar­tier devraient être enten­dus….
    Notamment en ce qui concerne les ‘bor­dures en dur’ qui en effet ne sont pas du tout adap­tées à la situa­tion, en plus d’être très dan­ge­reuses, etc….
    A ce sujet, ne pour­rait-on pas envi­sa­ger à la place plu­tôt une haie (qui per­met­trait, dans le même temps, de rajou­ter encore un peu plus de végé­ta­tion en ville, qui en manque encore beau­coup….) ? .….

    sep article
    • Hahaha, « les vélos roulent trop vite » Mais on lit de tout dans le coin !!!! Mieux qu’au bar PMU !
      Et les voi­tures qui roulent à 50km/h sur des axes limi­tés à 30km/h (au hasard, rue Ampère, rue Pierre Sémard avec les radars péda­go­giques qui cli­gnotent sans cesse), c’est quoi ? D’inoffensifs objets d’une tonne et demie mûs par des gens rai­son­nables de ces mêmes UQ ?
      Il faut arrê­ter le délire et ne pas se trom­per de cible. En ville, le dan­ger est créé par l’om­ni­pré­sence de la voi­ture qu’elle roule (trop sou­vent à des vitesses inadap­tées), ou qu’elle sta­tionne (sur trot­toirs, amé­na­ge­ments cyclables, pas­sages pour pié­tons)

      sep article
  9. Une blague.
    J’invite ces braves gens des UQ à sor­tir un peu de leur quar­tier jus­te­ment. À aller voir com­ment ça marche dans des pays où le vélo fait par­tie des amé­na­ge­ments de voi­rie depuis long­temps. Et là, il s’apercevront que les conflits d’u­sage pié­tons-vélos sont sou­vent lar­ge­ment exa­gé­rés en France par les oppo­sants aux pistes cyclables.
    Pour rap­pel : chaque année, un seul pié­ton est tué par un cycliste en moyenne en France selon les chiffres de la sécu­rité rou­tière. Un seul cycliste est éga­le­ment tué par un pié­ton. Les autres cyclistes et pié­tons tués le sont par des moto­ri­sés… mais ça serait l’au­to­route à vélos qui pose­rait le plus de pro­blèmes ? on a le droit de rigo­ler non ?
    Pour autant, il y a bien des sou­cis de coha­bi­ta­tion entre cyclistes et pié­tons qu’il ne faut pas négli­ger. C’est jus­te­ment l’ob­jec­tif du pro­jet : offrir la place néces­saire aux cyclistes avec une piste conti­nue et directe plus que rapide, et assu­rer la place des pié­tons avec une tra­ver­sée lar­ge­ment amé­lio­rée où la prio­rité est don­née aux pié­tons – et que les cyclistes devront res­pec­ter, on est d’ac­cord.
    Second point : la bor­dure. Je ne vois pas où est le pro­blème. Les pié­tons peuvent l’en­jam­ber, les pous­settes et han­di­ca­pés n’é­tant pas gênés car elle est inter­rom­pue à l’en­droit de la tra­ver­sée. En revanche, vu les com­por­te­ments dan­geu­reux des bagno­lards qui se garent sou­vent sur les pistes cyclables et les trot­toirs, ce n’est pas une bor­dure qu’il faut, c’est une grille avec des pics pour assu­rer la sécu­rité des cyclistes et le res­pect des pistes… je suis curieux de savoir ce que pensent les UQ de ce phé­no­mène récur­rent et bien plus dan­ge­reux que les conflits d’u­sage entre pié­tons et cyclistes. Ce com­por­te­ment serait-il toléré dans l’i­ma­gi­naire col­lec­tif ? Ça rap­pelle le débat sur la place des vélos en libre ser­vice à Paris sur les trot­toirs alors même que ceux-ci sont enva­his de scoo­ters depuis 15 ans.
    Troisième point : le feu à bou­ton pous­soir. Pourquoi pas. Cependant, il y aura déjà des feux à proxi­mité du lycée, à chaque extré­mité du cours Lafontaine. Ils assu­re­ront un cer­tain bat­te­ment aux pié­tons dési­rant tra­ver­ser.
    Bref, ce dis­cours sonne un peu comme trop sou­vent en France : « les vélos oui, mais sur­tout ne pas trop leur lais­ser de place ». C’est ce dis­cours qui donne géné­ra­le­ment les pires amé­na­ge­ments, notam­ment les pistes cyclables sur trot­toir qui sont une vraie plaie pour pié­tons et cyclistes… et que l’on retrouve citée presque en exemple par Grenoble à Coeur au sujet de la piste de Gambetta. Pendant ce temps, 75% des tra­jets de moins de 3km sont faits en voi­ture dans la métro­pole, un non-sens absolu qui lui aussi semble ne pas gêner grand monde à part les « éco­los-dog­ma­tiques », for­cé­ment pro-piolle, qui vont tuer le com­merce et bla­bla­bla.

    Aussi, je suis curieux de connaître une posi­tion alter­na­tive des UQ, et d’a­voir l’a­vis de l’ADTC sur le pro­jet. Ces der­niers me semblent bien plus fiables quand il s’a­git de par­ler de conflits d’u­sage pié­tons-cycles, vu qu’ils sou­haitent le déve­lop­pe­ment des 2 modes de trans­port. Au détri­ment bien sûr de la voi­ture indi­vi­duelle, qui est le moyen de trans­port le moins per­ti­nent et le plus dan­ge­reux en centre-ville.

    sep article
  10. Pathétique que cette même UQ ne soit pas inquiète par la pré­sence de voi­tures au même endroit qui pol­luent nos jeunes lycéens et qui repré­sente un risque d’ac­ci­dent bien plus impor­tant !
    Chaque année, de nom­breux pié­tons sont tués/blessés par des voi­tures, alors que c’est très rare par des cyclistes de par les masses et la vitesse. Cela fonc­tionne dans de nom­breux pays euro­péens, Hollande, Belgique, Danemark et même Allemagne… Alors cela va aussi fonc­tion­ner à Grenoble ! Vivement le futur !

    sep article
  11. Faire pas­ser une auto­route à vélos là où il y a des pié­tons par­tout en masse, il faut vrai­ment être ni pié­ton ni cycliste et com­plè­te­ment débile pour vou­loir faire ça !

    sep article
    • Perso, j’a­vais com­pris que les vélos auraient leur auto­route et les pié­tons la leur, les trot­toirs, et qu’ils ne se mélan­geaient donc pas.
      Ce sera beau­coup plus sécu­ri­sant pour les lycéens que le pas­sage actuel des voi­tures.

      sep article
      • Ben c’est parce que vous avez pas com­pris que pour aller au lycée les élèves doivent tra­ver­ser la rue et qu’il y aura l’au­to­route à vélos en plus des voi­tures. Mais je vous com­prends, avec l’i­déo­lo­gie c’est comme avec les œillères, on com­prend pas tout.

        sep article
        • C’est vrai qu’il est plus dan­ge­reux d’être ren­versé par un vélo que par une voi­ture 😉

          sep article
          • ????? un accro­chage entre un cycliste et un pié­ton, de même qu’entre 2 cyclistes (qui plus est si lors de la chute il y a heurt sur… une bor­dure en dur, par exemple (! )… ) peut être aussi dan­ge­reux qu’avec un choc avec une voi­ture rou­lant à vitesse réduite (tel que obligé en ville main­te­nant) …. même pro­blème aussi avec les trot­ti­nettes (dont la cir­cu­la­tion devrait être, d’ailleurs, bien­tôt régle­men­tée) ..….

            sep article
            • on attend les cal­culs d’éner­gie ciné­tique pour le prou­ver. Pour rap­pel : E=1/2*masse*vitesse au carré. Alors fran­che­ment, j’ai du mal à voir où des cyclistes de 70kg + 20kg de vélo à 25km/h seraient autant voire plus dan­ge­reux pour les pié­tons que des bagnoles de 2 tonnes, à vitesse poten­tiel­le­ment plus impor­tante.
              La science de comp­toir faite au doigt mouillé dans les réunions des UQ, ça suf­fit.

              sep article
              • oh là !… vos remarques mépri­santes (de même que très dis­cour­toises, pour ne pas dire plus !!!…) vis-à-vis des unions de quar­tier (dont je ne fais pas par­tie, d’ailleurs, soit dit en pas­sant) ou des per­sonnes qui ne sont pas d’ac­cord avec cer­taines com­po­santes du pro­jet, ça suf­fit aussi !… Personne ici n’est contre le déve­lop­pe­ment du vélo en ville, ni contre le ré-amé­na­ge­ment de cette rue (qui s’a­vère en effet main­te­nant plus que néces­saire, que ce soit pour une meilleure cir­cu­la­tion des cyclistes et autres usa­gers, que tout autant pour ce qui en est de l’es­pace dédié aux entrées/sorties du lycée.…)… Il s’a­git “juste” ici de faire en sorte que le pro­jet envi­sagé convienne au mieux et à tous, en terme de faci­li­tés et de sécu­rité de cir­cu­la­tion, non ?.… c’est en tous cas pour cela que j’ai sou­haité par­ti­ci­per à cette dis­cus­sion – que j’ai trouvé néan­moins inté­res­sante, glo­ba­le­ment…- pas pour y lire ce genre de remarques tota­le­ment dépla­cées, de même que non ave­nues !!!…….

                sep article
  12. Il est clair que les détrac­teurs de cette confé­rence n’ont pas pris le soin de lire l’ar­ticle et d’al­ler plus loin dans l’a­na­lyse. Ou alors pour cer­tain (comme d’hab) ils le font exprès pour faire pas­ser ses 2 unions de quar­tiers pour des anti-vélos, en toute mani­pu­la­tion.

    sep article
    • Ce qui est clair c’est qu’on avait jamais entendu ces unions de quar­tier défendrent les pié­tons quand avant 2011 le cours Lafontaine était à deux voies de cir­cu­la­tion auto­mo­bile et que la vitesse limite était à 50 km/h.
      Une inquié­tude sélec­tive ?

      sep article
  13. C’est pas gre­noble à coeur sou­tenu par uhcv qui pro­pose une piste cyclable bidi­rec­tion­nelle sur Gambetta ? (clai­re­ment il faut une piste cyclable bou­le­vard Gambetta mais en plus de celle d’Agutte Sembat et pas pour la rem­pla­cer)

    Et à pro­pos des bor­dures, elles seront beau­coup plus fran­chis­sables que le sta­tion­ne­ment voi­ture actuel le long de Champollion sur le cours Lafontaine et par ailleurs, ces bor­dures seront inter­rom­pus aux pas­sages pié­tons.

    Puisque l’uhcv est pour déve­lop­per le vélo, quelles sont ces pro­po­si­tions sur ce sujet ?

    on pour­rait avoir les liens vers les docu­ments FFvélo ou cerema indi­quant ces pré­co­ni­sa­tions ?

    sep article
  14. « une bor­dure en dur (…) serait (…) un nou­vel obs­tacle à la tra­ver­sée de la chaus­sée par les pié­tons, les pous­settes etc.  »
    C’est sur­tout que ca va obli­ger les gens à res­pec­ter le code de la route et donc de tra­ver­ser sur les pas­sages pie­tons. Ben merde alors !

    sep article
  15. ???!!!

    le seul point que je retiens est cette immon­dice :
    « la construc­tion d’une « bor­dure en dur » telle qu’annoncée, sépa­rant le flux des vélos et celui des voi­tures, serait, tou­jours selon l’Union, un nou­vel obs­tacle à la tra­ver­sée de la chaus­sée par les pié­tons, les pous­settes etc. »

    J’ai eu peur tant de temps cours Berriat quand je dou­blais un cycliste et que je condui­sais.

    Il faut des espaces dis­tincts. C’est tout.
    Plus de vélos n’im­porte ou, plus de voi­ture en double file sur les voies de vélo.
    Le pour­cen­tage de cyclistes et d’au­to­mo­bi­listes inci­viles et trop impor­tant encore.

    La vraie ques­tion réside dans le par­tage de l’es­pace public et des moda­li­tés.

    sep article