Bannière NL JEP 2021
Réunion préparatoire du 24 octobre. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Nous toutes : le mouvement contre les violences sexistes prépare une « déferlante féministe » à Grenoble

Nous toutes : le mouvement contre les violences sexistes prépare une « déferlante féministe » à Grenoble

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Le mouvement féministe Nous toutes organise le 24 novembre dans toute la France une « déferlante féministe ». Avec un objectif : rassembler des milliers de personnes « pour en finir avec les violences sexistes et sexuelles ». Dans cette perspective, des dizaines de comités locaux se constituent dans tout l’Hexagone et notamment à Grenoble où s’est déroulée, ce 24 octobre, une première réunion.

 

 

Ce 24 octobre sur le coup de 18 h 30, le res­tau­rant Ici Grenoble situé rue du Vieux Temple s’a­nime. Près de soixante-dix per­sonnes ont en effet fait le dépla­ce­ment, à l’in­vi­ta­tion du comité local du mou­ve­ment fémi­niste Nous toutes, lancé au cours de l’été. Des femmes en très grande majo­rité, seuls cinq ou six hommes ayant répondu présent.

 

Objectif de cette pre­mière réunion publique d’in­for­ma­tion et de sen­si­bi­li­sa­tion sur les vio­lences faites aux femmes : les invi­ter à s’en­ga­ger pour sou­te­nir le mou­ve­ment ou encore à agir en son sein.

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Autre enjeu : pré­pa­rer la marche de grande ampleur pré­vue samedi 24 novembre à Grenoble comme dans beau­coup d’autres villes en France. Une « défer­lante fémi­niste pour en finir avec toutes les vio­lences sexistes et sexuelles », espère le mou­ve­ment, qui se dérou­lera la veille de la Journée inter­na­tio­nale pour l’é­li­mi­na­tion de la vio­lence à l’é­gard des femmes.

 

 

Un mouvement dans lequel toute personne peut s’impliquer

 

Assises der­rière une table fai­sant face à l’as­sis­tance, cinq jeunes femmes : le noyau dur du groupe gre­no­blois. Claire, Coline, Margot, Pauline et Chloé vont tour à tour prendre la parole pour se pré­sen­ter. Toutes ont suivi des par­cours très dif­fé­rents avant de se ren­con­trer dans le cadre de la Plateforme des droits des femmes de Grenoble.

 

© Nous toutes

© Nous toutes

« J’ai voulu par­ti­ci­per à ce comité local parce que j’ai 23 ans. J’ai subi moult vio­lences sexistes dans ma vie. J’en ai marre que l’im­pu­nité existe encore ! », résume Pauline.

 

Quant à Margot, 26 ans, c’est « la petite pilule rouge du fémi­nisme » ava­lée dix ans aupa­ra­vant qui lui a fait prendre conscience des pro­blèmes du sexisme.

 

« Le mou­ve­ment Nous toutes inter­vient un an après la vague de libé­ra­tion de la parole #Metoo. Là, nous allons repas­ser à l’ac­tion afin de nous orga­ni­ser pour mettre fin à toutes ces vio­lences », com­mence par expli­quer à l’au­di­toire Coline, étu­diante à Sciences Po. « Pour ça, notre pre­mière grosse action c’est la marche du 24 novembre et nous ferons tout pour qu’elle soit réus­sie ! », enchaîne à son tour Margot.

 

Nous toutes, un groupe fermé ? Pas du tout. « C’est un mou­ve­ment à la fois citoyen et com­posé d’as­so­cia­tions qui se retrouvent dans les valeurs du fémi­nisme et dans lequel toute per­sonne, femme ou homme, peut s’im­pli­quer. Que ce soit au niveau natio­nal ou sur Grenoble », s’empresse de pré­ci­ser Margot.

 

 

Structurer le comité local pour plus d’efficacité

 

Pour autant, pas si simple d’or­ga­ni­ser une marche de l’am­pleur sou­hai­tée. « Ça coûte de l’argent, il faut que le mou­ve­ment soit financé », sou­ligne Coline. D’où la cam­pagne de finan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif lan­cée sur la pla­te­forme Kisskissbankbank qui a déjà réuni, à l’heure de rédac­tion de cet article, plus de 90 % de son objectif.

 

Sa fina­lité ? Pouvoir finan­cer les flyers, les affiches, les cars pour véhi­cu­ler les par­ti­ci­pants éloi­gnés ou encore rému­né­rer les per­sonnes tra­vaillant à temps plein sur l’o­pé­ra­tion. Des mis­sions que seule la struc­tu­ra­tion du comité local peut per­mettre de mener à bien, ce que les inter­ve­nantes ont expli­qué en détail au public.

 

De gauche à froite : Pauline, Chloé, Coline et Margot. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Pauline, Chloé, Coline et Margot. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

À cha­cune sa par­tie donc, avec quatre groupes. Un groupe com­mu­ni­ca­tion qui, outre la dif­fu­sion de com­mu­ni­qués de presse, va lar­ge­ment s’ap­puyer sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, WhatsApp). La par­tie réseau incombe, quant à elle, à un deuxième groupe chargé de tra­vailler avec les asso­cia­tions, les syn­di­cats et les par­tis poli­tiques « au niveau des reven­di­ca­tions à éla­bo­rer », indique Coline. Un groupe action est prévu pour les col­lages d’af­fiches et les dis­tri­bu­tions de flyers, tan­dis que le groupe ani­ma­tion s’oc­cu­pera du déroulé des réunions et de la moti­va­tion des troupes, assure Claire.

 

 

« Vous voulez que ça change ? Nous aussi ! »

 

Après diverses inter­ven­tions de per­sonnes du public, un quizz « péda­go­gique » a porté sur les chiffres des vio­lences envers les femmes. L’occasion de faire d’in­quié­tants et dou­lou­reux constats…

 

Claire lors du quizz final. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Claire lors du quizz final. © Joël Kermabon – Place Gre’net

L’assistance a ainsi pu apprendre que 254 femmes sont vic­times de viols ou de ten­ta­tives de viol chaque jour en France mais que seule­ment 1 % des viols sont condam­nés. Ou bien encore qu’un tiers des femmes ont subi du har­cè­le­ment sexuel au cours de leur vie professionnelle.

 

 

Là ne s’ar­rête pas cet impres­sion­nant décompte. Ainsi 16 % de la popu­la­tion a subi des mal­trai­tances sexuelles dans son enfance, 80 % des femmes en situa­tion de han­di­cap ont subi des sévices, tan­dis que 59 % des les­biennes ont dû sup­por­ter dis­cri­mi­na­tions et vio­lences au cours de ces deux der­nières années…

 

« Il faut que vous ayez ces chiffres en tête, que quand vous ren­con­trez quel­qu’un vous puis­siez lui dire “mais tu te rends compte ? », lance Claire à la can­to­nade. Cette der­nière en est per­sua­dée, il faut faire pas­ser le mes­sage et convaincre d’autres femmes et d’autres hommes pour les ral­lier à la cause.

 

« Vous vou­lez que ça change ? Nous aussi ! » C’est en tout cas ce qu’af­firme avec force le mou­ve­ment Nous toutes sur les tracts qui seront pro­chai­ne­ment dis­tri­bués en amont de la manifestation.

 

Joël Kermabon

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Rassemblement contre les violences entre le collège Fantin-Latour et Aimé Césaire à Grenoble mercredi 26 mai 2021. © Tim Buisson – Place Gre’net
Grenoble : après des actes de violence aux collèges Fantin-Latour et Aimé-Césaire, les parents veulent “calmer le jeu”

  FOCUS - Depuis plusieurs semaines, des adolescents des quartiers grenoblois Mistral - Vallier Catane et Saint-Bruno cherchent à s'affronter. La police est même intervenue Lire plus

Un homme blessé par balle lors d’une rixe opposant plusieurs individus à Échirolles

  FLASH INFO - Un homme a été blessé par balle lors d'une rixe opposant plusieurs individus ce lundi 12 avril 2021 à Échirolles. Les Lire plus

Le cortège étudiants-lycéens était encore bien présent dans la manifestation ce jeudi 20 février. © Anissa Duport-Levanti - Place Gre'net
Manifestation du 20 février à Grenoble : entre échauffourées et mobilisation des bistrots

  FOCUS – Une nouvelle journée de manifestation contre la réforme des retraites a eu lieu ce jeudi 20 février à l’appel de l’intersyndicale, à Lire plus

© Stéphane Gemmani
Le conseiller régional Stéphane Gemmani, cible de menaces et d’injures racistes à Grenoble

FIL INFO - Ciblé à son domicile par un tag le menaçant directement, le conseiller régional Stéphane Gemmani a poussé un gros coup de gueule Lire plus

Le juge des référés a confirmé la fermeture administrative, pour six mois, de la mosquée Al-Kwathar à Grenoble. En cause : les prêches radicaux de l'imam.
La justice confirme la fermeture pour six mois de la mosquée Al-Kwathar à Grenoble

EN BREF - Le juge des référés a confirmé la fermeture administrative, pour six mois, de la mosquée Al-Kwathar à Grenoble. L'association musulmane dauphinoise gestionnaire Lire plus

Le juge des référés a confirmé la fermeture administrative, pour six mois, de la mosquée Al-Kwathar à Grenoble. En cause : les prêches radicaux de l'imam.
La fermeture administrative de la mosquée Al-Kwathar à Grenoble entre les mains de la justice

FIL INFO - Le préfet de l'Isère avait ordonné, le 5 février dernier, la fermeture pour six mois de la mosquée Al-Kwathar à Grenoble, en Lire plus

Flash Info

|

15/09

16h55

|

|

14/09

18h06

|

|

14/09

17h28

|

|

13/09

19h30

|

|

13/09

15h10

|

|

12/09

12h26

|

|

10/09

19h32

|

|

10/09

10h00

|

|

09/09

11h44

|

|

09/09

9h58

|

L'Oeil de Perotto - Les manifestations antipass sur Place Gre'net, vues par Marc Perotto

Les plus lus

Art en ville. © Grenoble-Alpes Métropole

Culture| Des sentiers d’art vont relier une vingtaine d’œuvres sur le territoire métropolitain grenoblois

L’art déconfiné, des confiné(e)s : une expo participative sur la pandémie © Sarah Krakovitch - Place Gre'net

Culture| L’art déconfiné, des confiné(e)s : une exposition participative de réflexion artistique sur la pandémie

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

La Rampe-Lancement de saison

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin