Un chez-soi d’abord : l’Isère accueille le dispositif d’accès direct au logement pour les SDF souffrant de pathologies

sep article



FIL INFO — Le CCAS de Grenoble, le Chai de Saint-Égrève et les associations Relais Ozanam, L’Oiseau bleu et Point d’eau s’unissent pour accueillir sur le bassin grenoblois « Un chez-soi d’abord ». Ce dispositif expérimental d’accès au logement direct pour les personnes à la rue souffrant de pathologies mentales sévères comprend un accompagnement pluridisciplinaire en vue d’un rétablissement et d’une socialisation.

 

 

Privilégier l’ac­cès direct au loge­ment pour les per­sonnes à la rue avec des troubles psy­chia­triques avé­rés, tel est l’ob­jec­tif du pro­gramme expé­ri­men­tal « Un chez-soi d’a­bord », ini­tié en 2007 par le col­lec­tif mar­seillais Logement santé avant d’être repris dans plu­sieurs villes de France. Après Toulouse, Lille ou Paris, Grenoble va comp­ter parmi les villes accueillant le dis­po­si­tif.

 

Des logements dédiés à des personnes à la rue avec des pathologies sévères vont ouvrir en Isère dans le cadre du dispositif « Un chez-soi d'abord ».Francis Silvente directeur du relais Ozanam, association partenaire pour la mise en place du dispositif sur le bassin grenoblois © Nils Louna - Place Gre'net

Francis Silvente, direc­teur du relais Ozanam, asso­cia­tion par­te­naire pour la mise en place du dis­po­si­tif sur le bas­sin gre­no­blois. © Nils Louna – Place Gre’net

 

Suite à des résul­tats jugés concluants, l’État a en effet décidé d’é­tendre le pro­gramme expé­ri­men­tal à douze autres ter­ri­toires entre 2018 et 2020. Le bas­sin gre­no­blois s’est immé­dia­te­ment posi­tionné sur l’ap­pel à pro­jet, unis­sant des par­te­naires ins­ti­tu­tion­nels comme asso­cia­tifs : la Ville de Grenoble à tra­vers son CCAS, le Centre hos­pi­ta­lier Alpes Isère de Saint-Égrève, le Relais Ozanam, L’Oiseau bleu et Point d’eau.

 

 

La logique du « logement d’abord »

 

« L’accompagnement doit se faire en faveur du réta­blis­se­ment des per­sonnes vers la socia­li­sa­tion, la construc­tion de liens, l’ac­qui­si­tion de nou­velles com­pé­tences, la valo­ri­sa­tion des expé­riences acquises au cours de leur périple et, bien sûr, l’é­la­bo­ra­tion du vécu », écrivent ainsi les par­te­naires dans leur réponse à l’ap­pel à pro­jet.

 

Des logements dédiés à des personnes à la rue avec des pathologies sévères vont ouvrir en Isère dans le cadre du dispositif « Un chez-soi d'abord ».Assemblée générale des partenaires du dispositif Un chez soi d'abord du bassin grenoblois. DR

Assemblée géné­rale des par­te­naires du dis­po­si­tif Un chez soi d’a­bord du bas­sin gre­no­blois. DR

 

N’imposant pas de condi­tions à l’ac­cueil dans un loge­ment, sauf celle d’ac­cep­ter un accom­pa­gne­ment plu­ri­dis­ci­pli­naire, le pro­gramme pré­sente à leurs yeux l’in­té­rêt de tou­cher une popu­la­tion « échap­pant jusque-là aux dis­po­si­tifs clas­siques qui leurs étaient pro­po­sés ». Et notam­ment les per­sonnes tou­chées par des patho­lo­gies men­tales sévères ou des addic­tions. Autant de pro­fils « pré­sen­tant des besoins éle­vés ».

 

Réunis au sein d’un Groupement de coopé­ra­tion social et médico-social (GCSMS), les ins­ti­tu­tion­nels et asso­cia­tifs ont tenu leur pre­mière assem­blée géné­rale mardi 16 octobre. L’objectif fixé est d’ou­vrir une cen­taine de places en Appartements en coor­di­na­tion thé­ra­peu­tique (ACT) à par­tir de fin 2018. De quoi per­mettre au ter­ri­toire gre­no­blois de s’ins­crire une nou­velle fois dans la logique du « Logement d’a­bord », lar­ge­ment sou­te­nue par les asso­cia­tions.

 

FM

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
4571 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.