Un chez-soi d’abord : l’Isère accueille le dispositif d’accès direct au logement pour les SDF souffrant de pathologies

sep article

FIL INFO — Le CCAS de Grenoble, le Chai de Saint-Égrève et les associations Relais Ozanam, L’Oiseau bleu et Point d’eau s’unissent pour accueillir sur le bassin grenoblois « Un chez-soi d’abord ». Ce dispositif expérimental d’accès au logement direct pour les personnes à la rue souffrant de pathologies mentales sévères comprend un accompagnement pluridisciplinaire en vue d’un rétablissement et d’une socialisation.

 

 

Privilégier l’accès direct au logement pour les personnes à la rue avec des troubles psychiatriques avérés, tel est l’objectif du programme expérimental « Un chez-soi d’abord », initié en 2007 par le collectif marseillais Logement santé avant d’être repris dans plusieurs villes de France. Après Toulouse, Lille ou Paris, Grenoble va compter parmi les villes accueillant le dispositif.

 

Des logements dédiés à des personnes à la rue avec des pathologies sévères vont ouvrir en Isère dans le cadre du dispositif « Un chez-soi d'abord ».Francis Silvente directeur du relais Ozanam, association partenaire pour la mise en place du dispositif sur le bassin grenoblois © Nils Louna - Place Gre'net

Francis Silvente, directeur du relais Ozanam, association partenaire pour la mise en place du dispositif sur le bassin grenoblois. © Nils Louna – Place Gre’net

 

Suite à des résultats jugés concluants, l’État a en effet décidé d’étendre le programme expérimental à douze autres territoires entre 2018 et 2020. Le bassin grenoblois s’est immédiatement positionné sur l’appel à projet, unissant des partenaires institutionnels comme associatifs : la Ville de Grenoble à travers son CCAS, le Centre hospitalier Alpes Isère de Saint-Égrève, le Relais Ozanam, L’Oiseau bleu et Point d’eau.

 

 

La logique du « logement d’abord »

 

« L’accompagnement doit se faire en faveur du rétablissement des personnes vers la socialisation, la construction de liens, l’acquisition de nouvelles compétences, la valorisation des expériences acquises au cours de leur périple et, bien sûr, l’élaboration du vécu », écrivent ainsi les partenaires dans leur réponse à l’appel à projet.

 

Des logements dédiés à des personnes à la rue avec des pathologies sévères vont ouvrir en Isère dans le cadre du dispositif « Un chez-soi d'abord ».Assemblée générale des partenaires du dispositif Un chez soi d'abord du bassin grenoblois. DR

Assemblée générale des partenaires du dispositif Un chez soi d’abord du bassin grenoblois. DR

 

N’imposant pas de conditions à l’accueil dans un logement, sauf celle d’accepter un accompagnement pluridisciplinaire, le programme présente à leurs yeux l’intérêt de toucher une population « échappant jusque-là aux dispositifs classiques qui leurs étaient proposés ». Et notamment les personnes touchées par des pathologies mentales sévères ou des addictions. Autant de profils « présentant des besoins élevés ».

 

Réunis au sein d’un Groupement de coopération social et médico-social (GCSMS), les institutionnels et associatifs ont tenu leur première assemblée générale mardi 16 octobre. L’objectif fixé est d’ouvrir une centaine de places en Appartements en coordination thérapeutique (ACT) à partir de fin 2018. De quoi permettre au territoire grenoblois de s’inscrire une nouvelle fois dans la logique du « Logement d’abord », largement soutenue par les associations.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1588 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.