Le Carrefour City Jean-Jaurès de Grenoble fermé après l’arrêt du personnel pour “choc psychologique”

sep article

FOCUS –  Le magasin Carrefour City, situé au 31 cours Jean-Jaurès à Grenoble, est fermé depuis le 2 octobre dernier. En cause ? Le « choc psychologique » ressenti par les salariés à l’annonce de la mise en location-gérance de leur magasin, qui les a tous conduits en arrêt de travail. Après l’annonce, en février dernier, du plan social élaboré par Alexandre Bompard, PDG du groupe, les conditions de cette fermeture inopinée posent question.

 

 

Les salariés du Carrefour City Jaurès sont en arrêt de travail suite à l'annonce de la mise en location-gérance de leur magasin, fermé faute de personnel. © Place Gre'net

© Muriel Beaudoing – Place Gre’net

Les clients habitués à faire leurs emplettes dans le magasin de proximité Carrefour City, situé 31 cours Jean-Jaurès à Grenoble, ont été fort désagréablement surpris, mardi 2 octobre au soir, de trouver portes closes. Une fermeture inopinée, seulement signalée par une affichette. La veille encore, tout semblait normal et le lendemain son rideau de fer restait obstinément baissé… et l’est toujours depuis.

 

En cause ? Le « choc psychologique » ressenti par les salariés, suite à l’annonce officielle de la reprise en location-gérance de leur magasin. Choqués, sept des neuf salariés de la supérette ont été arrêtés, un pour maladie, six pour accident du travail. Une personne a, quant à elle, préféré immédiatement démissionner tandis qu’une autre parvenait à la fin de son CDD. Faute d’employés, le magasin n’avait plus qu’une seule solution : baisser le rideau.

 

 

La location-gérance, un modèle « soi-disant plus rentable »

 

Cette réaction des salariés du Carrefour City Jaurès ne serait-elle pas l’un des premiers effets d’une « casse » annoncée ? Le dévoilement, en février dernier, du plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) initié par Alexandre Bompard, PDG du groupe, avait déjà provoqué un électro-choc parmi les salariés. Ces derniers dénonçaient alors « un vaste plan social déguisé ». Leurs craintes ? La perte de très nombreux emplois, notamment par la restructuration des hypermarchés, entrepôts et sièges, et la mise en location-gérance de certains établissements.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

Grève à Carrefour Meylan suite à l’annonce du plan social. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« Quelques magasins du groupe ont été “préservés” du plan de sauvegarde de l’emploi pour passer en location-gérance – soi-disant plus rentable – et ainsi sortir du modèle intégré », explique Isabelle Perrin, secrétaire du CHSCT de Carrefour. De fait, le magasin cours Jean-Jaurès faisait bien partie du plan de reprise en location-gérance, à l’instar de deux autres sur l’agglomération grenobloise, à Fontaine et au Pont-de-Claix.

 

 

« Il va se payer sur la masse salariale et licencier pour pouvoir sortir un bénéfice »

 

Ce qui en revanche n’avait pas été prévu, c’est la réticence des salariés du Carrefour City Jaurès qui ont été prévenus par le futur locataire-gérant de la reprise de leur magasin dès début 2019. « Ils connaissent les chiffres, les charges, la rentabilité et, vu l’effectif du magasin auquel on rajoute un patron qui vient pour faire du business… Ils ont vite fait le calcul », poursuit la représentante du personnel. La supérette n’étant déjà pas rentable, bien qu’intégrée au groupe Carrefour, les salariés ont eu peur pour leurs emplois.

 

Les salariés du Carrefour City Jaurès sont en arrêt de travail suite à l'annonce de la mise en location-gérance de leur magasin, fermé faute de personnel. Le rideau de fer reste obstinément fermé depuis le 2 octobre. © Place Gre'net

Le rideau de fer reste obstinément fermé depuis le 2 octobre. © Muriel Beaudoing – Place Gre’net

« Ils se disent que le locataire-gérant vient pour faire des affaires et que, forcément, il va se payer sur la masse salariale et licencier pour pouvoir sortir un bénéfice », rapporte Isabelle Perrin. Face à ces inquiétudes, les représentants du personnel ont sollicité leur direction. « On nous dit que non, que ce sont d’autres méthodes de travail, sans pouvoir nous garantir la préservation de l’emploi », relate la secrétaire du CHSCT.

 

Pourquoi ? « Pour la bonne raison qu’une fois que vous faites partie de la SARL Dupont, forcément M. Dupont est patron chez lui », rétorque Isabelle Perrin. Pour cette dernière, la réaction des employés du Carrefour City Jaurès s’explique aisément. « Les salariés des magasins qui ont fermé ont eu droit à toutes les mesures prévues par le PSE : des formations, des accompagnements psychologiques… Les salariés de ceux qui passent en location-gérance n’ont, quant à eux, droit à rien ! », s’insurge Isabelle Perrin.

 

 

« Ils ont tenté de dédramatiser la situation et de rassurer les salariés »

 

« Les salariés sont dépités, dégoûtés. Leur sentiment est qu’il y a un manque de communication total avec la direction et qu’on les a pris pour des pions, des numéros de matricule. » Isabelle Perrin fait, là, référence à une réunion extraordinaire du CHSCT qui s’est déroulée ce mercredi 10 octobre dans le magasin du Pont-de-Claix, lui aussi repris en location-gérance. Une réunion où ont notamment été rappelées les règles applicables, les conséquences sur le statut individuel et le statut collectif, ainsi que d’autres aspects sociaux du passage en location-gérance.

 

Les salariés ont formé une haie pour empêcher les clients d’accéder aux rayons. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les salariés avaient formé une haie pour empêcher les clients d’accéder aux rayons, en février 2018. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« Ils ont tenté de dédramatiser la situation et de rassurer les salariés en leur disant qu’il n’était pas prévu que les repreneurs licencient, qu’ils allaient garder tout le monde, qu’ils allaient faire du chiffre. Tout ça pour les dissuader », retrace Isabelle Perrin. Mais rien n’y a fait.

 

Le personnel du Carrefour City Jaurès est toujours en arrêt, « pour le moment pour une quinzaine de jours », et ne se sent pas de reprendre le travail dans ces conditions. Quant à la direction du groupe Carrefour, que nous avons contactée en fin de semaine dernière, elle n’a pas donné suite à nos sollicitations.

 

Joël Kermabon

 

 

commentez lire les commentaires
5122 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Avez-vous des nouvelles ? Je n’ai plus ma dose de Halva, je déprime … il va falloir que j’aille en chercher bien plus loin…
    Carrefour, va-t-il céder ?

    sep article
  2. sep article
  3. 6 accidents du travail et 1 arrêt maladie ?! wahoo
    je ne connais le climat social local, mais mettre en avant ces infos n’est pas forcement bon – je ne suis pas sur qu’avec une contre visite les diagnostiques soient validés une seconde fois (soyez prudents sur les informations données). Question: connaissent ils le repreneur (est ce un soucis de personne) ou est ce lié à la situation?
    Le site est déficitaire, donc c’est déjà une chance qu’il n’ai pas fermé. Reste que vu le contexte il y a risque non pas de repreneur mais de fermeture pure et simple. (et un client qui change d’habitude est un client « perdu »).
    Article intéressant, c’était connu que d’un point de vue national Carrefour avait des soucis (casino va aussi fermer / vendre des centaines de sites). J’avais entendu dire que c’est ce qui avait fait que le magasin cours Berriat n’avait pas ouvert.
    Espérons pour les salariés que le projet continue.
    Et je serai curieux de connaitre localement comment cela se déroule pour d’autre.

    sep article
  4. Merci pour cet article. Effectivement, j’avais trouvé porte close sans comprendre pourquoi …
    Tout mon soutien aux salariés de cette supérette fort sympa et pratique pour les habitants du quartier.
    Il y en a vraiment marre de cette mentalité capitalistique de « tout pour le fric » sans aucune considération pour les salariés, les clients ou les usagers.

    sep article