L’incendie du site d’Eiffage de Saint-Martin-d’Hères revendiqué par des libertaires

sep article

Notre indépendance c

FIL INFO – L’incendie d’un site de la société Eiffage de Saint-Martin-d’Hères dans la nuit du lundi 8 octobre a rapidement été revendiqué sur la plateforme Indymedia Nantes. Les auteurs du texte affirment être à l’origine des flammes au nom de la « guerre » contre le système carcéral et pénitentiaire.

 

 

Une nou­velle action des “liber­taires” gre­no­blois ? Publié sur le site Indymedia Nantes, un texte titré « Un signal de fumée pour les pri­son­niers » reven­dique l’in­cen­die du site d’Eiffage de Saint-Martin-d’Hères, sur­venu dans la nuit du lundi 8 octobre. Cinq poids lourds ont été la cible des flammes, qui se sont ensuite pro­pa­gées à l’en­tre­pôt de l’en­tre­prise en tra­vaux publics pour détruire plu­sieurs véhi­cules et équi­pe­ments. Soixante-dix sala­riés sont aujourd’­hui au chô­mage tech­nique.

 

Des libertaires revendiquent l'incendie du site Eiffage de Saint-Martin-d'Hères au nom de la lutte contre une « société carcérale ».Un camion incendié sur le site d'Eiffage de Saint-Martin d'Hères © Capture d'écran vidéo France 3

Un camion incen­dié sur le site d’Eiffage de Saint-Martin-d’Hères. © Capture d’é­cran vidéo France 3

 

« Nous avons cramé une dizaine de véhi­cules et engins de chan­tier ainsi qu’une par­tie d’un entre­pôt de 2 000 mètres car­rés d’Eifface parce que cette entre­prise occupe une fonc­tion fon­da­men­tale dans notre société car­cé­rale », écrivent les auteurs du texte. L’entreprise est ainsi l’ob­jet de la « haine ven­ge­resse » des acti­vistes pour ses tra­vaux sur des centres de réten­tion ou de déten­tion, des mai­sons d’ar­rêt et autres éta­blis­se­ments péni­ten­tiaires.

 

La « guerre » est déclarée

 

Toutefois, les auteurs poussent leur défi­ni­tion du car­cé­ral au-delà même de la pri­son. Eifface est ainsi accusé de « poser sa griffe sur la plu­part des dis­po­si­tifs de notre grande cage invi­sible ». Et de citer les écoles, les loge­ments, les tri­bu­naux, les hôpi­taux – psy­chia­triques ou non –, les mai­sons de retraite, les stades, les espaces publics… « Autant de bar­reaux qui nous main­tiennent en cap­ti­vité », affirment les pyro­manes.

 

Des libertaires revendiquent l'incendie du site Eiffage de Saint-Martin-d'Hères au nom de la lutte contre une « société carcérale ».Le trou dans le grillage et la multiplicité des départs de feu laissaient clairement penser à une action criminelle © Capture d'écran vidéo France 3

Le trou dans le grillage et la mul­ti­pli­cité des départs de feu lais­saient clai­re­ment pen­ser à une action cri­mi­nelle. © Capture d’é­cran vidéo France 3

 

Les auteurs concluent en se décla­rant soli­daires avec toutes les actions s’op­po­sant à l’u­ni­vers car­cé­ral, qu’il s’a­gisse des muti­ne­ries dans les pri­sons, des « agres­sions de matons » ou encore des incen­dies de véhi­cules de gar­diens ou du Service péni­ten­tiaire d’in­ser­tion et de pré­ven­tion (Spip). D’autres flammes en pers­pec­tive ? Les incen­diaires le laissent pen­ser, en écri­vant avoir déclaré la guerre à la société Eiffage, autant qu’à « toutes les pri­sons ».

 

FM

 

 

commentez lire les commentaires
3332 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.