L’incendie du site d’Eiffage de Saint-Martin-d’Hères revendiqué par des libertaires

sep article



FIL INFO – L’incendie d’un site de la société Eiffage de Saint-Martin-d’Hères dans la nuit du lundi 8 octobre a rapidement été revendiqué sur la plateforme Indymedia Nantes. Les auteurs du texte affirment être à l’origine des flammes au nom de la « guerre » contre le système carcéral et pénitentiaire.

 

 

Une nou­velle action des “liber­taires” gre­no­blois ? Publié sur le site Indymedia Nantes, un texte titré « Un signal de fumée pour les pri­son­niers » reven­dique l’in­cen­die du site d’Eiffage de Saint-Martin-d’Hères, sur­venu dans la nuit du lundi 8 octobre. Cinq poids lourds ont été la cible des flammes, qui se sont ensuite pro­pa­gées à l’en­tre­pôt de l’en­tre­prise en tra­vaux publics pour détruire plu­sieurs véhi­cules et équi­pe­ments. Soixante-dix sala­riés sont aujourd’­hui au chô­mage tech­nique.

 

Des libertaires revendiquent l'incendie du site Eiffage de Saint-Martin-d'Hères au nom de la lutte contre une « société carcérale ».Un camion incendié sur le site d'Eiffage de Saint-Martin d'Hères © Capture d'écran vidéo France 3

Un camion incen­dié sur le site d’Eiffage de Saint-Martin-d’Hères. © Capture d’é­cran vidéo France 3

 

« Nous avons cramé une dizaine de véhi­cules et engins de chan­tier ainsi qu’une par­tie d’un entre­pôt de 2 000 mètres car­rés d’Eifface parce que cette entre­prise occupe une fonc­tion fon­da­men­tale dans notre société car­cé­rale », écrivent les auteurs du texte. L’entreprise est ainsi l’ob­jet de la « haine ven­ge­resse » des acti­vistes pour ses tra­vaux sur des centres de réten­tion ou de déten­tion, des mai­sons d’ar­rêt et autres éta­blis­se­ments péni­ten­tiaires.

 

La « guerre » est déclarée

 

Toutefois, les auteurs poussent leur défi­ni­tion du car­cé­ral au-delà même de la pri­son. Eifface est ainsi accusé de « poser sa griffe sur la plu­part des dis­po­si­tifs de notre grande cage invi­sible ». Et de citer les écoles, les loge­ments, les tri­bu­naux, les hôpi­taux – psy­chia­triques ou non –, les mai­sons de retraite, les stades, les espaces publics… « Autant de bar­reaux qui nous main­tiennent en cap­ti­vité », affirment les pyro­manes.

 

Des libertaires revendiquent l'incendie du site Eiffage de Saint-Martin-d'Hères au nom de la lutte contre une « société carcérale ».Le trou dans le grillage et la multiplicité des départs de feu laissaient clairement penser à une action criminelle © Capture d'écran vidéo France 3

Le trou dans le grillage et la mul­ti­pli­cité des départs de feu lais­saient clai­re­ment pen­ser à une action cri­mi­nelle. © Capture d’é­cran vidéo France 3

 

Les auteurs concluent en se décla­rant soli­daires avec toutes les actions s’op­po­sant à l’u­ni­vers car­cé­ral, qu’il s’a­gisse des muti­ne­ries dans les pri­sons, des « agres­sions de matons » ou encore des incen­dies de véhi­cules de gar­diens ou du Service péni­ten­tiaire d’in­ser­tion et de pré­ven­tion (Spip). D’autres flammes en pers­pec­tive ? Les incen­diaires le laissent pen­ser, en écri­vant avoir déclaré la guerre à la société Eiffage, autant qu’à « toutes les pri­sons ».

 

FM

 

 

commentez lire les commentaires
3509 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.