La hausse de la prostitution à Grenoble inquiète riverains et associations

sep article

Notre indépendance c

ENQUÊTE – La prostitution dans les rues de Grenoble, toujours visible, aurait même tendance à se développer. Et ce en dépit de la loi de 2016 qui prétendait s’attaquer au système prostitutionnel avec de nouvelles armes : pénalisation des clients et aide à la réinsertion des prostituées… Triste tableau pour les riverains qui s’en offusquent. Triste sort, surtout, pour ces femmes, victimes pour la plupart d’une traite d’êtres humains organisée à l’échelle internationale.

 

 

Des prostituées square Mangin septembre 2018 vers minuit © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Des pros­ti­tuées square Mangin sep­tembre 2018 vers minuit. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Plusieurs dizaines de femmes et de jeunes filles mineures se pros­ti­tuent chaque nuit dans les rues de Grenoble. Un ordre de gran­deur éta­bli par les asso­cia­tions proches des pros­ti­tuées.

 

Beaucoup de Nigérianes, de plus en plus jeunes, de Roumaines, de Congolaises… Des Françaises aussi. Boulevard Foch, au niveau du square Mangin, « plus d’une ving­taine de pros­ti­tuées sont arri­vées depuis peu, pour beau­coup des mineures », nous indique une habi­tante. Ce sont « des nui­sances sonores chaque nuit », se lamente-t-elle. « J’ai honte que de pauvres jeunes filles soient lais­sées dans ma ville telles des mar­chan­dises humaines, sur le trot­toir », ful­mine cette habi­tante.

 

Responsable du ser­vice Isère de l’Amicale du nid venant en aide aux pros­ti­tuées, Agnès Bonneau n’est pas éton­née par ce témoi­gnage. Elle explique que les proxé­nètes font venir des filles de plus en plus jeunes, du Nigeria notam­ment. Ils les font pas­ser pour majeures « dans le but qu’elles ne soient pas extir­pées du réseau par le ser­vice de l’aide à l’en­fance ».

 

 

« La police passe sans rien faire ou même dire… »

 

C’est une évi­dence pour Agnès Bonneau : la pros­ti­tu­tion de rue ne cesse d’aug­men­ter à Grenoble depuis 2011. Quant à expli­quer ce regain de pros­ti­tu­tion bou­le­vard Foch pré­ci­sé­ment ? Il suf­fit d’al­ler y faire un tour…

 

L'un des spots de prostitution de Grenoble. Square Mangin avec jeux pour enfants, au croisement du boulevard Foch. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

L’un des lieux de pros­ti­tu­tion de Grenoble : le square Mangin au croi­se­ment du bou­le­vard Foch. © Séverine Cattiaux

Flanqués de bos­quets, murets, arbustes, le site compte de nom­breux recoins cachés, plu­tôt « com­modes » pour les pros­ti­tuées et leurs clients. Lesquels ne sont visi­ble­ment pas très contrô­lés dans la capi­tale des Alpes.

 

Mesures pour­tant phare de la loi du 13 avril 2016, le contrôle et la péna­li­sa­tion des clients de la pros­ti­tu­tion sont comme tom­bées très vite aux oubliettes… « La police passe sans rien faire ou même dire, constate la voi­sine du square Mangin. C’est dra­ma­tique de voir ceci au cœur du centre-ville. »

 

 

Des clients punissables, en théorie

 

Évoquant tou­jours les nou­velles pros­ti­tuées appa­rues dans son quar­tier, l’habitante de Grenoble pour­suit : « Je ne vous parle pas de ce qu’on voit ou de ce qu’on entend chaque nuit, ce qu’il faut expli­quer à nos enfants quand on doit ren­trer tard la nuit en voi­ture, et qu’aux feux on a par­fois des jeunes à moi­tié nues et tota­le­ment hys­té­riques. »

 

À l’é­poque de la loi Sarkozy de 2003, ces jeunes femmes auraient peut-être été embar­quées pour délit de raco­lage. Depuis la loi du 13 avril 2016, la peur a changé de camp, ou plu­tôt aurait dû…

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
20363 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Merci d’a­voir attiré l’at­ten­tion de vos lecteurs,en pré­sen­tant votre article
    le 09/10/2018 ‚sur la hausse de la pros­ti­tu­tion qui inquiète …
    Ce n’est pas la pros­ti­tuée ou son client qui m’in­quiètent, ce qui est angois­sant
    ce sont les réseaux cri­mi­nels qui sont à l’o­ri­gine du tra­fic d’êtres humains et
    qui pros­pèrent sans être « inquié­tés »,sur la misère humaine .

    sep article