Le Grenoble-Alpes Métropole jazz festival va faire swinguer la métropole

Le Grenoble-Alpes Métropole jazz festival va faire swinguer la métropole

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Avec pas moins de onze concerts programmés du 7 au 20 octobre, la 14e édition du Grenoble-Alpes Métropole Jazz festival veut faire swinguer le public dans six communes de l’agglomération. Unique festival de jazz métropolitain, cet événement poursuit l’ambition d’agrandir son périmètre pour donner enfin au jazz la place qu’il mérite dans l’agglomération, voire au-delà.

 

 

L'affiche du Grenoble-Alpes Métropole Jazz festival.

L’affiche du Grenoble-Alpes Métropole Jazz fes­ti­val réa­li­sée par des élèves de BTS du lycée Argouges.

« Vivre un véri­table voyage musi­cal au rythme de cou­rants cos­mo­po­lites, de ren­contres explo­sives, d’improvisations ins­pi­rées ». Telle est l’al­lé­chante pro­po­si­tion de la 14e édi­tion du Grenoble-Alpes Métropole Jazz fes­ti­val por­tée par le Jazz club de Grenoble et ses 260 adhérents.

 

À l’oc­ca­sion de cette nou­velle édi­tion, neuf salles* par­te­naires, situées à Grenoble, Échirolles, Varces, Gières, Fontaine et Saint-Égrève, vont accueillir, du 7 au 20 octobre, pas moins de onze concerts.

 

Autant de cha­leu­reuses ren­contres jaz­zis­tiques qui, l’as­so­cia­tion et ses par­te­naires l’es­pèrent, sau­ront séduire le public de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. L’an der­nier, près de 3 000 fes­ti­va­liers avaient par­ti­cipé à l’événement.

 

La volonté affir­mée cette année est d’é­tendre la dimen­sion métro­po­li­taine du fes­ti­val. Notamment par le ral­lie­ment de nou­velles salles, telles que La Rampe à Échirolles et le Nouveau théâtre Sainte-Marie‑d’en-Bas à Grenoble. Bref, ça va swin­guer dans la métro­pole ! De quoi ravir autant les ama­teurs aver­tis et les pro­fes­sion­nels qu’un public curieux de ce genre musi­cal né à la fin du XIXe siècle dans les loin­taines contrées du sud des États-Unis.

 

 

Du jazz, du jazz et encore du jazz mais pas seulement…

 

Toujours est-il que, pour cette 14e édi­tion du Grenoble-Alpes Métropole Jazz fes­ti­val, l’or­ga­ni­sa­tion a mis les petits plats dans les grands : une pro­gram­ma­tion mêlant éclec­tisme, échanges entre dif­fé­rents styles de jazz, aussi bien que la décou­verte de jeunes musi­ciens ou de groupes émer­gents. Les ingré­dients de base, les fon­da­men­taux de ce fes­ti­val ne changent pas. Du jazz, du jazz et encore du jazz. Latin jazz avec Cuba et le Brésil, free jazz, jazz swing, tra­di­tion­nel ou rock…

 

Janysett McPherson. © Jean-Louis Neveu

Janysett McPherson. © Jean-Louis Neveu

Pour autant, le fes­ti­val n’est pas sec­taire, d’autres genres musi­caux sont repré­sen­tés tels le rhytm’n blues, la soul music, le funk… Se suc­cè­de­ront ainsi sur scène des artistes de haut niveau – dont des stars inter­na­tio­nales –, cer­tains aty­piques voire inclas­sables comme Electro Deluxe, des groupes locaux ou encore les élèves du Conservatoire régio­nal de musique de Grenoble.

 

Au rayon “grosses poin­tures », la chan­teuse et pia­niste d’o­ri­gine cubaine Janysett McPherson qui se pro­duira en ouver­ture du fes­ti­val à La Vence scène de Saint-Égrève ce dimanche 7 octobre figure en tête de gon­dole. « L’un des plus beaux cadeaux de Cuba à la France », se réjouit l’or­ga­ni­sa­tion à pro­pos de cette jazz-latina fran­çaise qui, sans nul doute, va faire le show.

 

Dès le len­de­main, « la machine à groove infer­nale » des dix musi­ciens « tota­le­ment inoxy­dables » du groupe Captain devrait à son tout enflam­mer la salle Le Laussy de Gières avec son rhythm’n blues explo­sif et déjanté.

 

 

De la master class aux sonorités arabo-andalouses, en passant par les années folles

 

Avec la mas­ter class conduite le mardi 9 octobre par le bat­teur André Charlier et le pia­niste Benoît Sourisse, le public de la salle Stendhal de Grenoble – camp de base du Jazz club de Grenoble – sera convié à appré­cier des sono­ri­tés peut-être plus sages. Très atta­chés à la trans­mis­sion, ces deux com­plices donnent de nom­breuses classes de maître à des musi­ciens ayant déjà une cer­taine pra­tique ins­tru­men­tale en France et à l’étranger.

 

Electro Deluxe. © HLB

Electro Deluxe. © HLB

 

Quant à la soi­rée sui­vante, elle risque fort d’être mémo­rable avec « l’in­clas­sable » groupe Electro Deluxe. « Un groupe fort de quinze années de scène. Des musi­ciens nour­ris par le jazz, qui ont bai­gné dans le funk et qui s’ins­pirent beau­coup du rap », com­mente Salvatore Origlio, le pré­sident du Jazz Club de Grenoble. À savou­rer ce mer­credi 10 octobre au Théâtre muni­ci­pal de Grenoble.

 

La Rampe à Échirolles accueillera, quant à elle, le 11 octobre à 20 heures « l’ef­fer­ves­cence des années folles » avec le Umlaut Big Band et son réper­toire jazz swing traditionnel.

 

Umalaut Big Band. © Hervé Goluza

Umalaut Big Band. © Hervé Goluza

Les nos­tal­giques de Duke Ellingtonn, Count Basie ou Lionel Hampton devraient s’y retrou­ver dans leur manière de repro­duire, d’ar­ran­ger ou de redon­ner vie aux grands stan­dards du jazz.

 

Et puisque le fes­ti­val invite au « voyage musi­cal ». Quoi de mieux pour voya­ger que le concert que don­nera le Fayçal Salhi 6tet ?

 

Ses six musi­ciens mêle­ront, à l’au­di­to­rium du musée de Grenoble le 14 octobre, leurs influences musi­cales arabo-anda­louses à celles du jazz pour de « pro­fondes sono­ri­tés métis­sées bien au-delà de la simple fusion des deux genres », assure l’organisation.

 

 

Des jeunes pousses, un duo insolite, deux hommages…

 

Le mardi 16 octobre, salle Stendhal, retour aux stan­dards du jazz de 12 à 14 heures avec, pour la troi­sième année consé­cu­tive, la pres­ta­tion du Conservatoire régio­nal de Grenoble. Ce der­nier pré­sen­tera quelques élèves entou­rés de leurs deux ensei­gnants, Karim Maurice et Lionel Moreau-Fachat. Au pro­gramme de cette soi­rée, un réper­toire de jazz tra­di­tion­nel, de jazz rock mais aussi des créa­tions ori­gi­nales. L’occasion de décou­vrir des jeunes pousses « qui étonnent par leur éner­gie créa­trice et leur talent », garan­tit le festival.

 

Avec pas moins de onze concerts du 7 au 20 octobre, la 14e édition du Grenoble-Alpes Métropole Jazz festival veut faire swinguer le public de la métropoleRoberto Taufic et Gabriele Mirabassi. © Media Conseil Presse

Roberto Taufic et Gabriele Mirabassi. © Media Conseil Presse

Tandis que le même jour, en soi­rée au Nouveau théâtre Sainte Marie d’en Bas (NTSMB), la part belle sera don­née à la musique bré­si­lienne, avec le duo « inso­lite » Gabriele Mirabassi et Roberto Taufic.

 

Django Renihart, Stéphane Grappelli. Ces deux grands maîtres du jazz méri­taient bien un bel hom­mage.

 

Celui que leur ren­dront le Florence Fourcade trio et Christian Escoudé, le mer­credi 17 octobre à L’Oriel, la salle de Varces-Allières-et-Risset. Avant un autre hom­mage au saxo­pho­niste Michael Brecker, le 18 octobre à la salle Edmond Vigne de Fontaine. Un exer­cice de mémoire au cours duquel André Charlier, le Winsberg Trio et Benoît Sourisse racon­te­ront, à leur manière, les Histoires de Michael (Tales from Michael) de l’al­bum épo­nyme sorti en avril 2018.

 

 

« Un jazz très dansant qui fait perdre le contrôle de ses jambes et de ses mains »

 

Encore quelque chose à grat­ter ? Oui, avec le quin­tet Sac à pulses, le ven­dredi 19 octobre, tou­jours à la salle Edmond Vigne de Fontaine. Évoluant depuis trente-deux ans dans les ambiances du jazz tra­di­tion­nel, ces musi­ciens n’en sont pas moins à l’é­coute de ce qui se fait actuel­le­ment, notam­ment à la Nouvelle-Orléans.

 

Une valeur sûre avec pour résul­tat « un jazz très dan­sant qui fait perdre le contrôle de ses jambes et de ses mains pen­dant le concert », indique le pro­gramme. Salvatore Origlio en est convaincu, « c’est le groupe idéal pour ani­mer cette soi­rée jazz-danse fes­tive », pro­duite en par­te­na­riat avec l’as­so­cia­tion Grenoble swing.

 

Avec pas moins de onze concerts du 7 au 20 octobre, la 14e édition du Grenoble-Alpes Métropole Jazz festival veut faire swinguer le public de la métropoleSylvain Luc Quintet. © Media Conseil Presse

Sylvain Luc Quintet. © Media Conseil Presse

 

Et, puisque toutes les bonnes choses ont une fin, en final de cette 14e édi­tion du Grenoble-Alpes Jazz fes­ti­val, c’est à un autre voyage éton­nant qu’est invité à par­ti­ci­per le public, avec la « for­ma­tion aty­pique » du Sylvain Luc quin­tet. Une tête d’af­fiche « qui vient sou­vent avec un pro­jet inno­vant et qui décoiffe », sou­ligne Salvatore Origlio. En l’oc­cur­rence, un voyage en cinq dimen­sions avec la diver­sité des influences de ses musi­ciens dont l’u­nion révèle « une musique nou­velle qui mêle plu­sieurs tra­di­tions musi­cales », s’en­thou­siasme l’organisation.

 

 

« C’est un festival qui n’a pas d’esthétique particulière »

 

« Ce qui est inté­res­sant, et qui par­fois nous a été repro­ché, c’est que c’est un fes­ti­val qui n’a pas d’es­thé­tique par­ti­cu­lière », sou­ligne Salvatore Origlio. Et le pré­sident s’en explique : « Nous n’a­vons pas de fonds suf­fi­sants pour dire “cette année, c’est l’an­née Thelonious Monk, on va faire venir des groupes d’Afrique du sud ou du Canada et nous allons voir qui nous pro­pose des pro­jets inté­res­sants sur ce thème” ».

 

Salvatore Origlio, le président du Jazz Club de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Salvatore Origlio, le pré­sident du Jazz Club de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Quant à l’i­mage rin­garde qu’au­rait le jazz auprès des jeunes, Salvatore Origlio la conteste avec force. « C’est une musique qui reste très créa­trice, qui puise son ins­pi­ra­tion dans la tra­di­tion mais aussi dans tous les cou­rants musi­caux », plaide-t-il. Un mes­sage qui, selon lui, a tou­te­fois éga­le­ment du mal à convaincre les poli­tiques. « Eux aussi ont mis le jazz dans une petite boîte tra­di­tion­nelle ou rin­garde », regrette Salvatore Origlio.

 

Joël Kermabon

 

 

  • * La Rampe à Échirolles, La Source et la salle Edmond Vigne à Fontaine, la salle Le Laussy à Gières, Sainte-Marie-d’en-Bas, le Théâtre muni­ci­pal et l’au­di­to­rium du musée à Grenoble, La Vence scène à Saint-grève et, enfin, la salle Loriel à Varces-Allières-et-Risset.

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Vingt-trois maires de la Métropole ont signé la charte d'engagement lumière visant à réduire la pollution lumineuse. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Pollution lumineuse : vingt-trois communes de la Métropole de Grenoble s’engagent à travers une charte

FOCUS - Vingt-trois communes de la Métropole ont signé, ce mardi 6 juillet 2021, une charte pour limiter la pollution lumineuse et la consommation énergétique Lire plus

Autre partie de l'installation photovoltaïque sur le toit de la mairie d'Échirolles © Simon Marseille - Place Gre'net
La Métropole de Grenoble accélère le développement du photovoltaïque… dans la mesure du possible

FOCUS - La métropole de Grenoble a présenté, lors de son conseil du 2 juillet 2021, son plan d'accélération du développement du secteur photovoltaïque dans Lire plus

Construction d’un édifice religieux : la Métropole de Grenoble soutient Meylan contre la Fraternité sacerdotale

EN BREF – Le conseil métropolitain a adopté un vœu à l'unanimité, le 21 mai 2021, soutenant la Ville de Meylan contre la construction d'un Lire plus

Parler Bambin
La Métropole de Grenoble adopte un voeu de soutien au peuple palestinien… malgré les divisions entre élus

FOCUS – Une majorité d'élus de la Métropole de Grenoble a souhaité exprimer son soutien au peuple palestinien lors du conseil métropolitain du 21 mai Lire plus

Avec « Place(s) aux enfants », la Ville de Grenoble veut transformer l’espace public aux abords des écoles

  FOCUS - La Ville de Grenoble a présenté, le 10 mai 2021, son projet « Place(s) aux enfants ». Le principe ? Libérer les Lire plus

Pour garder sa capacité d'investir, la Métro a choisi d'échelonner le rachat des actions que la ville de Grenoble détient dans Gaz Électricité de Grenoble.
Gaz électricité de Grenoble au secours de la Tag ? La redistribution des dividendes fait des étincelles

  FOCUS – À Grenoble, les dividendes de Gaz électricité de Grenoble, détenue à majorité par la Ville et la Métro, seront redistribués pour venir Lire plus

Eco'V

Flash Info

|

24/09

22h40

|

|

24/09

14h42

|

|

24/09

9h18

|

|

23/09

22h35

|

|

23/09

13h57

|

|

23/09

10h21

|

|

23/09

9h40

|

|

22/09

12h47

|

|

22/09

11h34

|

|

22/09

10h50

|

L'Oeil de Perotto - La défaite d'Eric Piolle à la primaire écologiste, vue par Marc Perotto sur Place Gre'net

Les plus lus

Montagne| Première édition du Raid multisports Grenoble-Alpes le dimanche 19 septembre 2021

Art en ville. © Grenoble-Alpes Métropole

Culture| Des sentiers d’art vont relier une vingtaine d’œuvres sur le territoire métropolitain grenoblois

L’art déconfiné, des confiné(e)s : une expo participative sur la pandémie © Sarah Krakovitch - Place Gre'net

Culture| L’art déconfiné, des confiné(e)s : une exposition participative de réflexion artistique sur la pandémie

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Hexagone

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin