« Nous voulons des coquelicots » : rassemblement anti-pesticides vendredi 5 octobre à Grenoble

sep article



FIL INFO – Dans le cadre d’un mouvement national et sur la base du manifeste « Nous voulons des coquelicots », une quinzaine d’organisations du territoire grenoblois appellent à un rassemblement contre les pesticides de synthèse, le vendredi 5 octobre rue Félix-Poulat à Grenoble.

 

 

« Nous vou­lons des coque­li­cots ! » Tel est le mot d’ordre lancé par une quin­zaine d’or­ga­ni­sa­tions qui appellent à un ras­sem­ble­ment rue Félix-Poulat à Grenoble, le ven­dredi 5 octobre à par­tir de 18 heures. À la base de cette mobi­li­sa­tion, le mani­feste ini­tié dans les pages de Charlie-Hebdo et récla­mant l’in­ter­dic­tion de tous les pes­ti­cides de syn­thèse sur le ter­ri­toire fran­çais.

 

Alternatiba compte parmi les organisations appelant au rassemblement © Joël Kermabon - Place Gre'net

Alternatiba compte parmi les orga­ni­sa­tions appe­lant au ras­sem­ble­ment. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Parmi les sou­tiens au ras­sem­ble­ment : la Frapna, la Confédération pay­sanne, la Maison de la nature et de l’en­vi­ron­ne­ment de l’Isère (MNEI), Alternatiba, le Centre d’Information Inter-peuple ou Attac. Mais aussi des for­ma­tions poli­tiques comme Europe Écologie – Les Verts, l’Ades ou le NPA 38. Recommandation des orga­ni­sa­teurs ? « Venez avec des fleurs ou des ins­tru­ments de musique. »

 

 

Un appel signé par près de 250 000 personnes

 

À la date du jeudi 4 octobre, l’ap­pel à l’in­ter­dic­tion des pes­ti­cides avait recueilli près de 250 000 signa­tures. Un engoue­ment cer­tain pour le texte qui dénonce « une tra­gé­die pour la santé », et accuse les pes­ti­cides de syn­thèse de pro­vo­quer des mala­dies humaines, des troubles psy­cho­mo­teurs ou des mal­for­ma­tions de nais­sance chez les enfants, tout en dépeu­plant la faune sau­vage.

 

Demain, plus de coquelicots dans nos champs ? © André Weill - Place Gre'net

Demain, plus de coque­li­cots dans nos champs ? © André Weill – Place Gre’net

 

Face à la dis­pa­ri­tion des abeilles, des oiseaux, des papillons, des gre­nouilles ou des sau­te­relles, le texte pro­clame « la vie contre la mort ». « Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque cou­leur qui suc­combe, chaque lumière qui s’éteint est une dou­leur défi­ni­tive. Rendez-nous nos coque­li­cots ! Rendez-nous la beauté du monde ! », clame-t-il en exi­geant « pro­tec­tion » de la part des gou­ver­nants.

 

FM

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
3200 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Les coque­li­cots ça ne se mange pas.…

    sep article
  2. Les Grenoblois appre­cie­raient que les amis de la muni­ci­pa­lité, et muni­ci­pa­lité Piolle par la même occa­sion (majo­ri­taire à la metro) , mettent autant d’e­ner­gie à pro­té­ger les arbres plu­tôt que les cou­per à chaque nou­veaux tra­vaux pour des motifs bidons, à pro­tè­ger donc la faune, et revoient cvcm qui fait aug­men­ter les embou­teillages et la polu­tion.

    sep article
  3. mais comme ces eter­nels angois­sés par leurs phan­tasmes doivent etre mal­heu­reux !

    sep article
  4. y aura qu” plan­ter du pavot

    sep article
  5. y aura qu’a culti­ver du pavot a opium…

    sep article