Les députés Olivier Véran et Émilie Chalas condamnent la suppression d’un TGV quotidien Grenoble-Paris

sep article

Notre indépendance c

FIL INFO — La SNCF confirme son intention de supprimer un TGV quotidien sur la ligne Grenoble-Paris, tout en mettant en place des trains à capacité augmentée. Une annonce qui fait sortir de leurs gonds les députés En marche de l’Isère Olivier Véran et Émilie Chalas, qui la condamnent chacun dans deux communiqués différents.

 

 

Après avoir annoncé durant le mois d’août des sup­pres­sions de TGV sur la ligne Annecy-Paris, c’est à pré­sent la ligne Grenoble-Paris qui devrait voir un train grande vitesse de moins cir­cu­ler au quo­ti­dien, à comp­ter du 9 décembre 2018. Soit huit trains, au lieu de neuf actuel­le­ment. Selon l’Association pour le déve­lop­pe­ment des trans­ports en com­mun (ADTC) citée par le Dauphiné libéré, le train Grenoble-Paris de 7 h 16 et le Paris-Grenoble de 6 h 41 pas­se­raient ainsi à la trappe.

 

L'annonce de la suppression d'un TGV quotidien sur la ligne Grenoble-Paris à compter du 9 décembre fait bondir les députés Olivier Véran et Émilie Chalas.Olivier Véran. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Olivier Véran. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Une nou­velle qui est loin de ravir les deux par­le­men­taires isé­rois Olivier Véran et Émilie Chalas, res­pec­ti­ve­ment dépu­tés de la pre­mière et troi­sième cir­cons­crip­tion de l’Isère. Dans deux com­mu­ni­qués dis­tincts, tous deux condamnent l’an­nonce de cette dimi­nu­tion du tra­fic TGV entre Grenoble et Paris, qu’ils ont décou­verte par voie de presse. Et ceci quand bien même la SNCF pro­met des trains avec des capa­ci­tés aug­men­tées.

 

 

Une décision nuisible à l’attractivité du bassin grenoblois

 

« De même que les petites lignes sont au cœur de la cohé­sion d’une région, le TGV est un vec­teur essen­tiel à la cohé­sion natio­nale », juge ainsi Émilie Chalas en pré­am­bule. La dépu­tée entend même mener « le com­bat » pour que Grenoble dis­pose « non seule­ment d’une meilleure ligne locale avec Lyon mais aussi d’une vraie ligne à grande vitesse pour répondre enfin à [son] encla­ve­ment ». Et, ajoute-t-elle, appor­ter des solu­tions à la « conges­tion rou­tière » du bas­sin gre­no­blois.

 

L'annonce de la suppression d'un TGV quotidien sur la ligne Grenoble-Paris à compter du 9 décembre fait bondir les députés Olivier Véran et Émilie Chalas.Un train grande vitesse © DR

Un train grande vitesse © DR

 

Pour la dépu­tée, ce train en moins par jour sur la ligne Grenoble-Paris « va aggra­ver encore l’en­cla­ve­ment de Grenoble et entra­ver ses pers­pec­tives de déve­lop­pe­ment éco­no­mique ». Un argu­men­taire éga­le­ment déve­loppé par Olivier Véran, pour qui « cette déci­sion contre­vien­drait à l’attractivité de la métro­pole gre­no­bloise et nui­rait à la connexion entre Grenoble, Lyon et Paris ».

 

Les députés en appellent à la ministre des Transports

 

Quelles solu­tions ? Le député de la pre­mière cir­cons­crip­tion de l’Isère en appelle à la classe poli­tique locale, y com­pris à ceux de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pré­si­dée par Laurent Wauquiez, afin de mar­quer leur oppo­si­tion à cette déci­sion. Les deux par­le­men­taires font éga­le­ment part part de leur inten­tion d”« aler­ter » ou d”« inter­pel­ler » la ministre des Transports Élisabeth Borne. Ainsi que de « sai­sir » le pré­sident de la SNCF Guillaume Pepy.

 

Emilie Chalas. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Émilie Chalas. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Pour autant, pas ques­tion d’im­pli­quer le gou­ver­ne­ment dans cette déci­sion qui, insiste Émilie Chalas, ne dépend que de la volonté de la SNCF. « Le gou­ver­ne­ment d’Édouard Philippe s’est engagé comme jamais dans la moder­ni­sa­tion de notre réseau ferré et pour l’avenir de la SNCF », pro­clame ainsi la dépu­tée. Attendant, ajoute-t-elle, de la com­pa­gnie « qu’elle s’engage aussi réso­lu­ment en faveur des ter­ri­toires ».

 

FM

 

commentez lire les commentaires
3006 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Le TGV en marche vers la déca­dence pour Grenoble ?!
    Des dépu­tés de la majo­rité qui se plaignent parce que les liai­sons à Paris se délitent.
    Et oui l’assemblee sera un peu plus loin.

    Sincèrement Grenoble est l’une des métro­poles les moins bien connec­tées à la capi­tale.
    Le réseau ferré entre Lyon et Grenoble est vieillis­sant.
    2h55 en 1982, 3h10 en géné­ral aujourd’hui.

    Cette contrainte pose clai­re­ment des risques pour le déve­lop­pe­ment éco­no­mique.
    Moi qui prends régu­liè­re­ment ce TGV c’est incroyable de voir le nombre de gre­no­blois qui prennent le TGV à St exu­pery plu­tôt qu’à Grenoble ville.
    Grenoble souffre d’une image encla­vée loin de la capi­tale, et loca­le­ment encom­brée par des bou­chons de voi­tures…
    À ceux qui dénon­ce­raient les impacts éco­lo­giques d’une ligne renou­ve­lée, qu’ils se posent bien la ques­tion de l’utilisation de la voi­ture parce que la ligne est dans un sal état entre et Lyon et Grenoble.

    Bref que ces deux dépu­tés se mettent vrai­ment en marche pour une ligne renou­ve­lée plu­tôt que sur la cadence des TGV !

    sep article
  2. Ils on voté quoi ces deux inutiles là sur la réforme de la SNCF ?

    Ah ? Comment ? Pour.

    Donc qu’ils assument.
    PGN, met­tez des pho­tos qui les repré­sentent vrai­ment, pas de trucs de cam­pagne. Merci.

    sep article
    • FM

      05/10/2018
      22:49

      Bonsoir, ce ne sont pas des pho­to­gra­phies de cam­pagne, comme l’in­dique le copy­right. Merci.

      sep article
  3. C’est un peu ma marotte.… les villes « nœuds » se déve­loppent, les villes iso­lées se meurent.
    un axe de cir­cu­la­tion fort aidera la ville à pros­pé­rer.
    Une iso­la­tion fera qu’elle se refer­mera sur elle même.
    Avec cette culture Jacobine de cen­tra­li­sa­tion, sans accès au site natio­nal ou à un site régio­nal la ville est morte
    A quand une vraie ligne TGV ? la réno­va­tion des voies ?
    Que font les poli­tiques en local !

    sep article