Emprunts toxiques : pour le Cac 38, le tribunal administratif crée un « délit de citoyenneté »

sep article
Le Grand challenge le plus grand parcours d

FIL INFO – Le collectif d’audit citoyen de l’Isère n’avale pas le rejet de sa demande

par le tribunal administratif de Grenoble. À savoir celle d’annuler l’abandon des poursuites judiciaires par la Métro dans le dossier des emprunts toxiques. Pointant l’instauration d’un « délit de citoyenneté », le collectif entend organiser une « riposte citoyenne ».

 

 

En 2006-2007, la Métro a contracté pour 58,3 millions d'euros de prêts toxiques chez Dexia. Pour s'en débarrasser, la note est salée.

La Métro a contracté pour 58,3 millions d’euros de prêts toxiques chez Dexia. © Patricia Cerinsek

Le collectif d’audit citoyen de l’Isère (Cac 38) est hors de lui depuis la décision du tribunal administratif de Grenoble de rejeter la demande de trois de ses membres d’annuler l’abandon des poursuites judiciaires à l’encontre de la banque Dexia, dans le dossier des emprunts toxiques de la Métro.

 

Le collectif réclamait de faire annuler des délibérations de la Métropole de Grenoble qui, prises le 1er juillet 2016, avaient validé le remboursement des emprunts toxiques « à des conditions désastreuses pour la collectivité », juge le Cac 38.

 

Moyennant la possibilité de percevoir 17 millions d’euros du fonds de soutien mis en place par l’État, la collectivité s’était alors engagée à abandonner toute poursuite judiciaire à l’encontre de Dexia. Non sans devoir continuer de rembourser ses emprunts mais aussi de payer des pénalités d’indemnité de remboursement anticipé à… Dexia. Soit une facture de 50 millions d’euros.

 

 

Le Cac 38 condamné à verser 1 200 euros à la Métro

 

Le juge a, au final, rejeté tous les points invoqués par le Cac 38 pour faire annuler les délibérations. « Même “l’absence de connaissance des modalités détaillées du calcul des indemnités de remboursement anticipé” n’est pas jugée susceptible d’influer sur la décision », commente le Cac 38.

 

Emprunts toxiques, la Métro, Grenoble, Dexia

DR

 

« Il s’agit tout de même de 30 millions d’euros représentant le manque à gagner estimé par la banque prêteuse pour les sept années d’emprunts toxiques de 17 millions d’euros restant à courir. Le tribunal juge qu’il suffit qu’un tiers de confiance (la Banque de France) ait fait la vérification du calcul pour que les élus puissent voter », poursuit le collectif.

 

« Étrange conception du rôle d’une assemblée délibérative : les élus sont privés des éléments essentiels pour forger leur décision au profit de spécialistes qui sont les seuls à avoir accès à l’information… » Remonté, le collectif l’est d’autant plus qu’il a été également condamné à payer à la Métro la somme de 1 200 euros, au titre des frais de justice (sachant que la Métro en réclamait 3 000).

 

« Après le “délit de solidarité” créé par la justice française, le tribunal administratif de Grenoble vient d’inventer un nouveau délit, le “délit de citoyenneté,” en condamnant d’honnêtes citoyennes et citoyens qui défendent les intérêts de leur collectivité, assène le Cac 38 qui envisage d’organiser une « riposte citoyenne ».

 

« Par cette décision, non seulement les juges administratifs de Grenoble veulent dissuader toute action citoyenne à venir, mais ils encouragent également les banques à poursuivre leurs exactions », estime le collectif.

 

PC

 

 

commentez lire les commentaires
1060 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Ce collectif politisé cac38 ami de Piolle et de sa municipalité rouge et vertes a une vue de la justice à géométrie variable en fonction de ses amitiés politiques, ce qui le décrédibilise totalement.

    sep article
  2. Curieusement, on entends pas le CAC 38 sur l’affaire du rachat du siège du Crédit Agricole.

    sep article
  3. Il serait très drôle de voir M. le Président du TA attaque en diffamation les zozos du CAC 38…
    Ils ne sont pas contents, qu’ils interjettent appel

    sep article