Le Grenoblois Philippe Le Bouteiller deux fois distingué au concours international Ma thèse en 180 secondes

sep article

FIL INFO – Le doctorant grenoblois Philippe Le Bouteiller s’est distingué au cours de la finale internationale du concours Ma Thèse en 180 secondes, remportant le Deuxième prix du jury ainsi que le Prix du public. C’est la troisième fois, en cinq éditions, qu’un étudiant de l’Université Grenoble-Alpes remporte un prix au sortir de la grande finale.

 

 

Doublé gagnant pour l’Université Grenoble-Alpes (UGA) lors de la finale inter­na­tio­nale du concours Ma Thèse en 180 secondes. Le doc­to­rant gre­no­blois Philippe Le Bouteiller a rem­porté le Deuxième prix du jury ainsi que le Prix du public à Lausanne, le jeudi 27 sep­tembre. Le Premier prix du concours est, lui, revenu à Geneviève Zabré de l’Université Ouaga (Burkina Faso) et le troi­sième à l’é­tu­diante de l’u­ni­ver­sité rou­maine Ovidus Véronica-Diana Hago.

 

Philippe Le Bouteiller durant la finale du concours national Ma thèse en 180 secondes ©MT180

Philippe Le Bouteiller durant la finale du concours natio­nal Ma thèse en 180 secondes. ©MT180

 

Un résul­tat qui conforte l’UGA dans sa pré­sence au concours. C’est en effet la troi­sième fois, sur cinq édi­tions, que Grenoble se dis­tingue. En 2015, Alexandre Artaud effec­tuait déjà un dou­blé en rem­por­tant le Deuxième prix du jury à Paris et le Prix du public. Et, en 2017, c’est la doc­to­rante Sabrina Fadloun qui se voyait remettre le Prix du public à Liège (ex æquo avec le belge Alexis Darras).

 

 

Une carte Bison Futé des ondes sismiques

 

Avec sa « carte Bison Futé des ondes sis­miques », la thèse de Philippe Le Bouteiller, dont le titre ori­gi­nal est net­te­ment plus com­plexe, n’a cessé de séduire tout au long de son par­cours au sein de la com­pé­ti­tion. L’universitaire de l’Institut des Sciences de la Terre (ISTerre) avait ainsi rem­porté le pre­mier prix du jury lors de la finale natio­nale le mer­credi 13 juin, le qua­li­fiant pour la finale inter­na­tio­nale. Mais avait aussi, et déjà, obtenu à cette occa­sion le Prix du public.

En étu­diant le temps de pro­pa­ga­tion des ondes sis­miques au sein des sur­faces situées en-des­sous de nous, le tra­vail de Philippe Le Bouteiller vise à éta­blir des cartes de com­po­si­tion des ter­rains. Pour quelles appli­ca­tions dans la vie réelle ? Mieux com­prendre les risques sis­miques ou les érup­tions vol­ca­niques, mais aussi mieux anti­ci­per la dis­pa­ri­tion de res­sources natu­relles stra­té­giques comme le pétrole ou les métaux pré­cieux.

FM

commentez lire les commentaires
1917 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.