Rythmes scolaires : les parents d’élèves du Pont-de-Claix choisissent la semaine de quatre jours

sep article



FIL INFO – Les parents d’élèves du Pont-de-Claix étaient invités le lundi 24 septembre à voter en faveur des rythmes scolaires leur convenant le mieux. Une très large majorité d’entre eux a opté pour la semaine de quatre jours. La décision finale demeure toutefois entre les mains de l’Éducation nationale.

 

 

Pour déter­mi­ner ses rythmes sco­laires, la com­mune du Pont-de-Claix a choisi la voie des urnes. Le lundi 24 sep­tembre, les parents d’é­lèves pon­tois étaient ainsi invi­tés à se rendre dans les écoles entre 7 h 30 et 18 h 15 pour élire le « scé­na­rio » leur conve­nant le mieux. Bilan de la consul­ta­tion ? Une très large majo­rité de votants s’est expri­mée en faveur de la semaine de quatre jours.

 

Invités à voter pour les rythmes scolaires leur convenant le mieux, les parents d'élèves du Pont-de-Claix ont choisi la semaine de quatre jours.Mairie de Pont-de-Claix © Thibaut Ghironi - Place Gre'net

Mairie de Pont-de-Claix. © Thibaut Ghironi – Place Gre’net

 

Quatre scé­na­rios étaient pro­po­sés : quatre jour­nées de six heures de classe, quatre jour­nées de cinq heures quinze de classe et une mati­née de trois heures le mer­credi, quatre jour­nées de cinq heures quinze de classe et une mati­née de trois heures le samedi, ou trois jour­nées de six heures de classe et deux mati­nées de trois heures le mer­credi et le jeudi. Au final, 76,20 % des parents d’é­lèves ont opté pour la pre­mière pro­po­si­tion.

 

 

Un vote valide… à treize bulletins près

 

Pour être valide, le vote devait comp­ter une par­ti­ci­pa­tion d’au moins 50 % de votants. Ce qui est (tout juste) le cas puisque 873 per­sonnes se sont expri­mées sur un corps élec­to­ral en comp­tant 1 722.

 

Invités à voter pour les rythmes scolaires leur convenant le mieux, les parents d'élèves du Pont-de-Claix ont choisi la semaine de quatre jours.Christophe Ferrari, maire de Pont-de-Claix et président de Grenoble Alpes Métropole © Anaïs Mariotti - Place Gre'Net

Christophe Ferrari, maire du Pont-de-Claix et pré­sident de Grenoble-Alpes Métropole. © Anaïs Mariotti – Place Gre’net

En somme, cela s’est joué… à treize votants près, sachant que cinq bul­le­tins ont par ailleurs été comp­ta­bi­li­sés blancs ou nuls.

 

Prochaine étape ? Les rythmes sco­laires rete­nus seront pré­sen­tés durant le conseil muni­ci­pal de la Ville du Pont-de-Claix le 11 octobre 2018, puis en novembre 2018 durant les conseils d’é­cole.

 

En février 2019, la muni­ci­pa­lité pon­toise dépo­sera une demande auprès de l’Éducation natio­nale, qui ren­dra sa déci­sion finale en avril de la même année.

 

FM

 

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
1636 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Rythmes sco­laires : Si l’on se contente d’un retour en arrière, il n’est pas cer­tain que cela change la situa­tion.

    En effet d’une part le déve­lop­pe­ment de l’ac­cueil et des acti­vites péri­sco­laires induit par la réforme de 2013, a sus­cité une forte demande de qua­lité legi­time des familles, d’autre part, au-delà de l’al­ter­na­tive entre 4 jours ou 4,5 jours de classe par semaine, la vraie ques­tion porte sur la durée quo­ti­dienne du tra­vail sco­laire.

    Pour qu’un pas­sage à 4,5 jours soit effi­cace, encore faut-il allé­ger les horaires des lundi, mardi, jeudi et ven­dredi, et repor­ter les heures sup­pri­mées sur cer­taines vacances…

    Le débat se joue en réa­lité sur la répar­ti­tion des conte­nus d’en­sei­gne­ment sur une année sco­laire plus équi­li­brée.

    Du côté des com­munes, il est cer­tain qu’elles ne feront aucune eco­no­mie en pas­sant à 4jours : perte du fonds d’aide de l’é­tat de 50€/élèves et sur­tout néces­sité de main­te­nir un accueil de qua­lite le soir et le mer­credi.

    Et la démo­cra­tie locale dans tout ça ?
    Comment faire quand la majo­rité des familles et des ensei­gnants qui s’ex­priment est contraire non seule­ment à vos convic­tions mais aussi à l’a­vis des mede­cins et autres experts des rythmes de l’en­fant ?

    sep article
    • Bonjour,
      Beaucoup d’en­fants étaient cre­vés. Et quand un enfant d’une fra­trie était sco­la­risé, et l’autre non car étant âgé de moins de 3 ans, ce der­nier était réveillé en pleine sieste pour aller cher­cher le plus grand à l’é­cole. Très mau­vais, cela… Ceci pour illus­trer que la réforme des rythmes sco­laires posait un véri­table pro­blème de… rythme, notam­ment en mater­nelle (ce qu’un rap­port par­le­men­taire a constaté, du reste). Or, tous les enfants passent un jour ou l’autre en mater­nelle, d’où un pro­blème d’ac­cep­ta­bi­lité d’une réforme mal fice­lée. Cordialement.

      sep article