UNE Ensemble à Gauche a déposé un référé liberté auprès du tribunal administratif contre la Ville de Grenoble ce vendredi 21 septembre 2018. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Empêché de s’exprimer lors du conseil municipal, Ensemble à Gauche dépose un référé liberté

Empêché de s’exprimer lors du conseil municipal, Ensemble à Gauche dépose un référé liberté

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

EN BREF – Ce vendredi, le groupe politique Ensemble à Gauche a déposé un référé liberté auprès du tribunal administratif. Ces élus de l’opposition réagissent à la décision de la Ville de Grenoble de leur refuser une question orale lors du prochain conseil municipal, lundi 24 septembre. Une question hors des clous, plaide la Ville. À moins qu’elle ne dérange tout particulièrement le maire de Grenoble ?

 

 

Bernadette Richard-Finot, Guy Tuscher lors du conseil municipal du 18 décembre 2017 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Bernadette Richard-Finot, Guy Tuscher lors du conseil muni­ci­pal du 18 décembre 2017. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Ce lundi 24 sep­tembre, le menu du conseil muni­ci­pal sera copieux, avec notam­ment la pré­sen­ta­tion du rap­port de la chambre régio­nale des comptes por­tant sur la ges­tion de la Ville de Grenoble de 2011 à 2016. Il a été annoncé aux conseillers muni­ci­paux que les débats devraient au moins durer quatre bonnes heures, étant donné l’é­pais­seur du rap­port et les diverses irré­gu­la­ri­tés qu’il pointe…

 

Le groupe Ensemble à Gauche annonce qu’il pren­dra toute sa part aux dis­cus­sions. Mais il en fau­dra davan­tage à ces deux dis­si­dents de la majo­rité pour satis­faire leur soif d’expression…

 

Texte de la "Question orale" du groupe politique Ensemble à Gauche. Prévue pour le conseil municipal du 24 septembre 2018, elle a été refusée par la Ville de Grenoble.

Cliquez sur l’i­mage pour consul­ter la « Question orale » refusée.

En guise de pré­am­bule à ce copieux dos­sier, les colis­tiers entendent en effet sou­mettre une ques­tion orale au maire de Grenoble. Pourront-ils seule­ment prendre la parole ?

 

Le sus­pense demeure entier… Pour la pre­mière fois, ils viennent en effet de se voir refu­ser une ques­tion orale. Cette der­nière a été préa­la­ble­ment exa­mi­née, comme à l’ac­cou­tumé, par les ser­vices… et rejetée.

 

Prétexte invo­qué par la Ville ? La ques­tion « ne [relè­ve­rait] pas de la com­pé­tence du conseil muni­ci­pal, telle que for­mu­lée ». Argument qui ne tient pas la route, fus­tige Guy Tuscher, l’un des deux pro­ta­go­nistes d’Ensemble à gauche. Ces der­niers sai­sissent donc la justice.

 

 

« Ils pensaient que nous n’allions pas réagir »

 

« La ques­tion orale que nous avons à poser est gênante ! », lance Guy Tuscher. Mais ils n’ont pas le droit de contrô­ler le contenu des ques­tions orales. Et, en outre, celle-ci a par­fai­te­ment trait aux affaires de la Ville ! », pour­fend le conseiller muni­ci­pal d’opposition.

 

Ensemble à Gauche a déposé un référé liberté auprès du tribunal administratif contre la Ville de Grenoble ce vendredi 21 septembre 2018. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Ensemble à Gauche a déposé un référé liberté auprès du tri­bu­nal admi­nis­tra­tif contre la Ville de Grenoble ce ven­dredi 21 sep­tembre 2018. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

L’entrave à la liberté d’ex­pres­sion était suf­fi­sam­ment fla­grante aux yeux des colis­tiers pour qu’ils sai­sissent ce ven­dredi après-midi le juge du tri­bu­nal admi­nis­tra­tif par la voie d’un « référé liberté ».

 

« Ils nous prennent pour des débu­tants et pen­saient peut-être que nous n’allions par réagir. Nous sommes en effet débu­tants mais pas nés de la der­nière pluie », iro­nise Guy Tuscher.

 

Dans qua­rante-huit heures, référé oblige, le juge ren­dra sa déci­sion. La Ville et le groupe Ensemble à gauche seront alors fixés sur la conduite à tenir. La déci­sion doit être exé­cu­tée immé­dia­te­ment, à moins que la par­tie débou­tée fasse appel dans un délai de quinze jours devant le Conseil d’État.

 

Pour les deux conseillers muni­ci­paux du groupe Ensemble à Gauche, il ne fait aucun doute que la Ville est en train de com­mettre une erreur en enfrei­gnant leur liberté d’exercer leur man­dat d’élus locaux, « confor­mé­ment à l’article L 2121 – 19 du Code géné­ral des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales et au règle­ment inté­rieur (et notam­ment à l’ar­ticle 24) de cette assem­blée », indiquent-ils dans le référé liberté adressé au tri­bu­nal administratif.

 

 

Le maire travestit-il une réalité qui dérange… en « rumeur » ?

 

Bien qu’­ha­bi­tué aux ques­tions déran­geantes d’Ensemble à gauche, Eric Piolle redou­te­rait-il plus par­ti­cu­liè­re­ment l’in­ter­ven­tion pré­vue par les oppo­sants ce lundi ? C’est en effet sa parole qui est ici mise en doute. « Le maire de Grenoble a mar­telé à trois reprises, expli­cite Guy Tuscher, lors du conseil muni­ci­pal du 14 mai der­nier, que la démo­li­tion du 1 place des Saules n’était qu’une rumeur ». Mais il a menti, affirme l’opposant.

 

Ensemble à Gauche a déposé un référé liberté auprès du tribunal administratif contre la Ville de Grenoble ce vendredi 21 septembre 2018. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Les pro­pos du maire de Grenoble sur la rumeur de la démo­li­tion du 1 place des Saules à La Villeneuve © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Les preuves réunies par Ensemble à gauche sont élo­quentes. Il y a notam­ment ce docu­ment prou­vant que la démo­li­tion de l’im­meuble situé au 1 place des Saules n’était pas une rumeur mais bien une hypo­thèse de tra­vail dans le cadre du pro­jet de renou­vel­le­ment urbain de la Villeneuve.

 

Ensemble à Gauche a déposé un référé liberté auprès du tribunal administratif contre la Ville de Grenoble ce vendredi 21 septembre 2018. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Document prou­vant que l’hy­po­thèse de la démo­li­tion du 1 rue des Saules n’était pas une rumeur. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

D’autre part, de nom­breux témoins, habi­tants du quar­tier, sont aussi là pour attes­ter que les élus et tech­ni­ciens envi­sa­geaient bel et bien cette éventualité.

 

« Cette démo­li­tion a été pré­sen­tée, indique ainsi Guy Tuscher, lors d’une réunion publique, par la Métropole et la Ville de Grenoble dans le cadre du pro­jet de renou­vel­le­ment urbain du quar­tier La Villeneuve de Grenoble, en 2016 à l’Espace 600 ».

 

Et preuve que l’hypothèse était sérieuse, les habi­tants dudit immeuble – des loca­taires pour une par­tie d’entre eux, et des pro­prié­taires pour l’autre – ont immé­dia­te­ment pro­testé avec force et obtenu une ren­contre avec la Ville et la Métropole. Cette mobi­li­sa­tion sui­vie d’une réunion a suffi pour que les col­lec­ti­vi­tés aban­donnent défi­ni­ti­ve­ment l’idée de démo­lir leur immeuble. Enfin, der­nière preuve, le maire leur a écrit en fai­sant réfé­rence à cette réunion de tra­vail où avait pu être éla­bo­rée une alternative.

 

 

Un mensonge pour éviter la comparaison avec le 10 – 20 galerie de l’Arlequin ?

 

Selon Ensemble à gauche, cette grosse ficèle agi­tée par le maire serait des­ti­née à faire diver­sion. Et Guy Tuscher de se faire plus expli­cite : « Par ce men­songe, le maire ne veut abso­lu­ment pas qu’on puisse faire la com­pa­rai­son avec la requête des habi­tants du 10 – 20 gale­rie de l’Arlequin qui, eux aussi, n’ont jamais voulu de la démo­li­tion de leur immeuble, mais qui ont été igno­rés par la Ville et la Métro. »

 

Manifestation le 16 juin des pétitionnaires contre la démolition du 10-20 de la galerie de l'Arlequin, deux jours avant le débat en conseil municipal © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Manifestation le 16 juin des péti­tion­naires contre la démo­li­tion du 10 – 20 de la gale­rie de l’Arlequin, deux jours avant le débat en conseil muni­ci­pal © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Ces loca­taires de la Scic Habitat ont pour­tant beau­coup bataillé pour obte­nir une ren­contre avec les élus et les tech­ni­ciens, afin d’é­chan­ger sur les alter­na­tives à la démo­li­tion. Car elles existent, rap­pelle Ensemble à gauche.

 

Mais ils n’ont jamais été reçus, contrai­re­ment à ceux de la place des Saules.

 

Hasard ou coïn­ci­dence, un conseiller muni­ci­pal de la majo­rité habite au 1 place des Saules…

 

Deux poids, deux mesures face à une mobi­li­sa­tion de citoyens. Une dif­fé­rence de trai­te­ment que le maire de Grenoble pré­fé­rait mettre sous le tapis, quitte à s’ar­ran­ger avec la réa­lité ? Autant de ques­tions qui appellent indé­nia­ble­ment des expli­ca­tions de sa part…

 

Séverine Cattiaux

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Séverine Cattiaux

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Un "nouveau visage" pour la place Victor-Hugo, avec des travaux jusqu'à l'été 2021
Grenoble : un « nouveau visage » pour la place Victor-Hugo, avec des travaux jusqu’à l’été 2021

  FOCUS — Les travaux de la place Victor-Hugo de Grenoble ont débuté lundi 18 janvier, pour durer jusqu'à l'été 2021. Au programme? Nettoyage des Lire plus

Face à la multiplication des soutiens aux occupants d’un immeuble de l’Abbaye, Eric Piolle interpelle le préfet

  FOCUS - Les militants des lanceurs de tuiles, mouvement proche de la France insoumise, expriment à leur tour leur solidarité avec les 52 personnes Lire plus

52 personne soccupent un immeuble dans le quartier de l'Abbaye à Grenoble. © Tim Buisson – Place Gre’net
Squat de l’Abbaye : le Dal lance une pétition pour rétablir les fluides et écrit une lettre ouverte à Éric Piolle

  FOCUS - Suite à la réquisition d'un immeuble dans le quartier de l'Abbaye début décembre, les militants du Droit au logement (Dal) lancent une Lire plus

Professionnels de la montagne et collectivités saisissent le Conseil d'Etat après la décision de maintenir les remontées mécaniques fermées.
Le Conseil d’Etat saisi par les professionnels de la montagne et les collectivités territoriales

  FLASH INFO - Représentants du monde de la montagne et collectivités territoriales ont comme annoncé déposé un référé liberté devant le Conseil d'Etat. En Lire plus

Deux ex-colistiers d'Eric Piolle dénoncent à quelques heures du second tour le « dernier mensonge » du maire sortant de Grenoble.
Deux ex-colistiers d’Éric Piolle dénoncent son « dernier mensonge de campagne » au sujet d’Alain Carignon

  FIL INFO - Donné grand favori du second tour des municipales, Éric Piolle a-t-il sciemment érigé en chiffon rouge l'ex-maire de Grenoble Alain Carignon Lire plus

Guy Tuscher et Bernadette Richard-Finot refusent de tenir un bureau de vote. Les deux ex-colistiers d'Eric Piolle dénoncent une parodie de démocratie.
À Grenoble, deux élus refusent de tenir un bureau de vote et dénoncent une parodie de démocratie

  EN BREF - Guy Tuscher et Bernadette Richard-Finot ne présideront pas de bureau de vote pour le second tour des élections municipales à Grenoble. Lire plus

Flash Info

|

22/01

16h03

|

|

22/01

15h43

|

|

21/01

12h23

|

|

21/01

9h48

|

|

20/01

11h24

|

|

20/01

10h02

|

|

19/01

13h19

|

|

19/01

11h57

|

|

19/01

11h18

|

|

19/01

0h33

|

Les plus lus

Éric Piolle présentait ses voeux à la presse ce 13 janvier 2022. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Abonnement| Éric Piolle envisage un stationnement plus cher pour les SUV et de la vidéo-verbalisation en centre-ville

Chloé LE BRET

Politique| Grenoble : Chloé Le Bret, conseillère municipale à l’égalité des droits, démissionne suite à « une rupture de confiance »

Politique| Forte affluence à Grenoble pour la journée de grève dans l’Éducation nationale du jeudi 13 janvier

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin