Musée de l’Ancien évêché : un lieu chargé d’histoire tourné vers l’avenir après le succès de ses 20 ans

sep article

La culture nous rassemble : 2020 année de la culture en Isère

REPORTAGE VIDÉO – Le musée de l’Ancien évêché fête cette année ses vingt ans d’existence. Offert aux Grenoblois par le Département de l’Isère en 1998 après dix années de travaux, le musée a marqué le coup avec cinq jours de festivités qui se sont achevées par un concert mémorable ce dimanche 16 septembre. Un anniversaire sur lequel l’équipe du musée compte bien capitaliser pour inciter le public à franchir davantage ses portes.

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« Rien que sur le week-end des 15 et 16 septembre nous avons eu plus de 700 visiteurs le samedi et 500 autres le dimanche, auxquels il faut rajouter les 1 000 spectateurs venus assister au concert de clôture », se félicite Mylène Neyret, chargée d’exposition au musée de l’Ancien évêché.

 

Après cinq journées de festivités qui se sont achevées par un concert mémorable ce dimanche 16 septembre, le tout premier bilan de l’anniversaire des 20 ans du musée a de quoi réjouir l’équipe.

 

 

« Quand le public vient nous voir au musée, c’est déjà une jolie victoire »

 

Le musée a en effet ouvert ses portes en 1998 sous l’égide du Département. Et ce après dix longues années de travaux dont nombre de Grenoblois se souviennent encore, ne serait-ce que par les trésors archéologiques qu’ils ont révélés et ainsi mis en valeur.

 

 

« Nous sommes vraiment ravis, le public a répondu à nos différentes propositions », affirme Mylène Neyret. Qui se réjouit d’autant plus de la diversité des visiteurs. « Nous avons eu un public de tous les âges, des familles, des scientifiques… Pour nous, c’est important », complète-t-elle, même si le musée n’avait pas d’attentes particulières en ce qui concerne la fréquentation.

 

Une visite du musée. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Une visite du musée. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Ce qui nous intéresse vraiment, c’est le contact avec le public. Quand il vient nous voir au musée, c’est déjà une jolie victoire. Et s’il ne nous connaît pas, c’est l’occasion de lui faire découvrir ce beau site qu’est le musée, l’ancien palais de l’évêque », explique, non sans fierté, la chargée d’expositions.

 

Autre motif de satisfaction, le succès rencontré par les animations proposées : concert, visite guidée, jeu de piste ou encore projection de films. « Elles ont toutes fonctionné, il n’y a pas eu une seule animation où personne ne soit venu », se réjouit Mylène Neyret.

 

 

Le paysage et la montagne en estampes japonaises bientôt au programme

 

Bien que s’attachant à retracer et exposer le passé, le musée de l’Ancien évêché n’en a pas moins un avenir. « Nous avons de jolis projets. Notamment à la fin du mois de décembre, où nous allons présenter une exposition sur le paysage et la montagne – année du Japon oblige – en estampes japonaise », dévoile Isabelle Lazier, la directrice du musée.

 

La mystérieuse bague du dauphin Guigues VIII au musée de l'ancien Évêché de Grenoble. DR

La mystérieuse bague du dauphin Guigues VIII au musée de l’ancien Évêché de Grenoble. DR

Mais pas seulement. Les collections départementales sont enrichies d’années en années, à l’issue des nombreuses expositions temporaires proposées au public.

 

« Pour autant, le musée ne dispose pas de réserves propres, les collections sont gérées par le musée Dauphinois », nous précise la directrice.

 

« Nous avons un public qui vient très souvent de l’extérieur, précise-t-elle avec une pointe de regrets. Nombre de Grenoblois gagneraient ainsi à franchir l’entrée du musée. Ce lieu situé dans le centre ancien de la ville mérite d’être découvert, pour nourrir sa curiosité, connaître son passé et passer un bon moment dans les salles du musée. »

 

 

Un concert de clôture décalé

 

S’il avait fallu mesurer le succès de l’opération au nombre de personnes venues assister au concert de clôture de ce dimanche 16 septembre, on aurait assurément parlé de carton plein. En effet, pas moins d’un millier de personnes se sont massées dans la cour du musée et les jardins attenants. Il fallait sérieusement jouer des coudes pour dégoter la moindre place afin de savourer sans trop d’inconfort le concert déjanté du Big ukulele syndicate (Bus).

 

The Big Ukulele Syndicate. © Joël Kermabon - Place Gre'net

The Big Ukulele Syndicate. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Le contraste entre le relatif sérieux de l’anniversaire des 20 ans du musée et le concert festif proposé en point d’orgue n’était pas plus un hasard de programmation qu’une faute de goût. « L’équipe du musée souhaitait avoir un concert très grand public, familial et vraiment festif ! Nous ne voulions pas quelque chose de sérieux mais vraiment fêter un anniversaire », souligne Mylène Neyret.

 

Retour en images sur ce concert survitaminé donné par un groupe revisitant à sa manière, entre autres styles musicaux, des grands classiques du rock et de la pop music.

 

 

Joël Kermabon

 

 

commentez lire les commentaires
1448 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.