« Patrick Lévy, ça gaze(ra) ? » : la Licra juge antisémite un tag sur un bâtiment de l’Université Grenoble-Alpes

sep article
Changeons nos vieux poêles avec la Prime Air Bois Grenoble Alpes Métropole doublée à 1600 euros !

FIL INFO – Un tag antisémite aurait-il fleuri sur les murs d’un bâtiment de l’Université Grenoble-Alpes ? C’est ce que la Licra pointe du doigt, en partageant une photo qui associe le président de l’UGA Patrick Lévy à l’expression « ça gaze ». Pour d’autres, le tag fait simplement référence aux gaz lacrymogènes des CRS, lors des interventions policières du mois de mai sur le campus.

 

 

« À l’Université Grenoble Alpes, les antisémites aussi ont fait leur rentrée ». Ce message, c’est la Licra (Ligue contre le racisme et l’antisémitisme) qui l’a posté sur son compte Twitter lundi 3 septembre en début d’après-midi, accompagné d’une photographie représentant un mur tagué avec la mention « Effacez les mails de Lévy » et, en-dessous, « La rentrée, ça gaze(ra) ? »

 

« Patrick Lévy, ça gaze(ra) ? ». Le tag sur un bâtiment de l'UGA pointé par la Licra est-il antisémite, ou fait-il référence aux gaz lacrymogènes des CRS ?Le tag incriminé par la Licra. DR

Le tag incriminé par la Licra. DR

 

Une référence à la Shoah, et à l’appartenance supposée (du fait de son patronyme) de Patrick Lévy, président de l’Université Grenoble-Alpes, à la communauté juive ? C’est ce que considère la Licra, qui apporte « son soutien total » à l’intéressé. Suivie par Stéphane Gemmani qui, le premier, fait part de sa colère en partageant le message sur Facebook et en ajoutant : « Jamais nous ne composerons avec l’extrémisme dans ce rejet de l’autre. »

 

 

Maladresse ou antisémitisme patent ?

 

L’intention antisémite était-elle aussi claire ? Dans les commentaires du post Twitter de la Licra, certaines personnes n’en doutent pas un instant, quand d’autres jugent que le tag fait référence au gaz lacrymogène utilisé par les CRS. Et ceci alors que les interventions policières en réaction aux blocages du mois de mai sur le campus sont encore dans toutes les mémoires… et que de nouvelles assemblées générales d’étudiants sont d’ores et déjà programmées.

 

« Patrick Lévy, ça gaze(ra) ? ». Le tag sur un bâtiment de l'UGA pointé par la Licra est-il antisémite, ou fait-il référence aux gaz lacrymogènes des CRS ?Les policiers étaient bien présents sur le campus durant les mouvements du mois de mai, et les gaz lacrymogènes ont été utilisés à plusieurs reprises © Grenoble en lutte

Les policiers étaient présents sur le campus durant les mouvements du mois de mai, et les gaz lacrymogènes ont été utilisés à plusieurs reprises. © Grenoble en lutte

 

Pour Stéphane Gemmani, l’intention réelle importe peu. « Dire qu’ils l’ont fait sciemment, je ne sais pas, mais s’ils l’ont fait de façon irréfléchie, ça peut être intéressant de leur montrer que ce n’est pas juste un tag révolutionnaire se plaignant d’un gazage éventuel de la part des CRS, mais qu’il y a aussi dans les temps actuels une connotation ». Et d’ajouter que ses amis appartenant à la communauté juive ont été « profondément touchés  » par la vision d’un tel graffiti.

 

Contacté par Place Gre’net, le mouvement Solidaires étudiants ne croit pas vraiment à une dimension antisémite du message. « Il semble que cela se réfère plus aux interventions des CRS de l’année dernière qui ont utilisé du gaz lacrymogène sans vergogne. L’absence totale de symbole propre a l’extrême droite (croix celtique, gammée etc.) semble confirmer cela », écrit le syndicat. Tout en précisant ne pas être « grand fan » des tags sauvages comme moyen d’action. De surcroît sans doute lorsque leur interprétation pose à ce point question.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
2773 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.