Lettre ouverte au préfet de l’Isère : l’ODTI veut être intégré aux réunions sur la sécurité dans les quartiers

sep article
9,80 € par mois pour prendre le bus et le tram : et si c

FIL INFO – Le président directeur général de l’Observatoire sur les discriminations et les territoires interculturels (ODTI) Claude Jacquier reprend la plume. Après s’être adressé au procureur de la République de Grenoble, c’est au préfet de l’Isère qu’il envoie cette année une nouvelle lettre ouverte pour demander une réunion sur les questions de sécurité au sein du quartier Très-Cloîtres de Grenoble.

 

 

Après avoir signé une lettre ouverte emplie d’ironie au procureur de la République de Grenoble en août 2017, le président et directeur de l’Observatoire sur les discriminations et les territoires interculturels (ODTI) Claude Jacquier reprend la plume. Cette fois pour interpeller le préfet de l’Isère Lionel Beffre, à travers une (longue) lettre où se retrouve le style, habituel, de l’ex-directeur de recherche du CNRS, soutien d’Éric Piolle en 2014, entre phrases semi-cathédrales et référence impromptues, de Brecht à Lord Mountbatten*, dont une copie a été adressée au président de la République.

 

Visuel ODTI

Visuel ODTI

 

L’objet de la missive ? Claude Jacquier demande aux services de la préfecture une réunion sur la sécurisation de l’ODTI et de la place où se trouve les locaux de l’Observatoire, au cœur du quartier Très-Cloîtres de Grenoble. Claude Jacquier avait déjà signalé l’omniprésence des dealeurs dans ce secteur, à deux pas pourtant de l’Hôtel de police. Et avait reçu des menaces de la part de ces revendeurs, ainsi qu’il l’affirmait dans un second courrier diffusé en 2017, quelques jours après le premier.

 

 

Intégrer l’ODTI dans les réunions sur la sécurité

 

Claude Jacquier, président de l'ODTI © Photos Linkedin

Claude Jacquier, président de l’ODTI © Photos Linkedin

« Le temps est venu de faire enfin la clarté sur la capacité des services de l’État […] d’assurer la sécurité des habitant-es du quartier Très-Cloîtres et particulièrement de nos résident-es de l’ODTI », écrit ainsi en préambule Claude Jacquier.

 

Ce dernier rappelle sa colère face à un rapport d’inspection datant de l’année dernière, dans lequel la préfecture s’interrogeait… sur la capacité de l’ODTI à assurer elle-même la sécurité des personnes qu’elle suit. « Un grand classique de l’action publique à la française et de son administration jacobine », persifle le directeur.

 

Estimant les membres de l’ODTI « fins connaisseurs » de la réalité du secteur, Claude Jacquier attend donc qu’ils soient associés aux stratégies élaborées par les autorités en matière de sécurité… tout en ajoutant douter que de telles stratégies existent. Ce qui ne l’a pas empêché de demander à plusieurs reprises de participer aux travaux du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD). Et d’estimer que sa participation au Comité de pilotage du QPV (Quartier prioritaire de la ville) est « à peine tolérée », sinon méprisée.

 

 

Très-Cloîtres exclu de CVCM

 

Ce mépris reflète-t-il celui porté à l’ensemble du quartier et à sa population ? Le directeur de l’ODTI n’en doute pas une seconde. « Ces personnes ne votent pas et personne ne vient faire son marché électoral auprès d’elles ! Les autorités n’en font jamais mention dans leurs bilans et dans leurs campagnes médiatiques, sauf à l’extrême droite et dans la droite extrême », écrit-il ainsi.

 

Un exemple, selon lui ? L’exclusion du secteur du plan de piétonnisation Cœurs de ville, cœurs de métropole (CVCM), diligenté par la Métro. « Aurait-on voulu stigmatiser ce territoire et le livrer encore plus aux malfaisants qu’on ne s’y serait pas pris autrement ! », peste Claude Jacquier. Qui se demande avec cynisme si le but n’est pas d’encourager la circulation automobile des nombreux clients venant s’approvisionner en stupéfiants.

 

 

Des « bricolages » en guise de solution ?

 

Le directeur de l’ODTI dénonce enfin des propositions préfectorales faisant figure à ses yeux de « bricolages ». « Votre dernière proposition d’embaucher des médiateurs de nuit […] est pour le moins étonnante », affirme-t-il en promettant le pire : « Soit ces médiateurs seront là pour le décor et la bonne conscience des autorités, soit ils essaieront d’être efficaces et la police peut d’ores et déjà pré-signer les constats de décès de ces vaillants combattants. »

 

A l'extérieur de la salle de prière du quartier Très Cloitres. Une population qui ne vote pas ? © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

A l’extérieur de la salle de prière du quartier Très-Cloitres. Une population qui ne vote pas ? © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Pessimisme toujours, quand Claude Jacquier juge que « la stratégie du “containment” ne peut être efficace qu’un temps » et prédit au préfet de l’Isère une prochaine “explosion du couvercle”. « Il est grand temps […] que les autorités publiques, étatiques et territoriales prennent enfin leurs responsabilités, au risque que tout cela déborde sur le reste du centre-ville, sur la Métropole voire dans vos bureaux érigés en forteresse-bunker place de Verdun », prévient-il.

 

La solution n’est pas dans les budgets ou les effectifs, juge enfin Claude Jacquier. « Ce qu’il faut ce n’est pas plus d’État […] mais mieux d’État, un État qui retrouverait à l’occasion un peu de la confiance des citoyen-nes », juge-t-il. Avant d’inviter le préfet à la dixième édition de la manifestation annuelle de l’ODTI, Equinox Métis, les 21 et 22 septembre 2018. Une réponse positive serait à ses yeux « l’esquisse d’un changement symbolique », aucun préfet de l’Isère n’ayant jamais fait le déplacement à cet événement.

 

FM

 

 

* Dernier vice-roi de l’Inde britannique, et premier gouverneur général de l’Inde indépendante.

 

 

commentez lire les commentaires
2294 visites | 22 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 22
  1. Caro 30/08/2018 16 :08
    Réponse CJ
    Commentaires raisonnables de Caro et merci pour les compliments concernant l’ODTI.
    Une précision : l’ODTI Office Dauphinois des Travailleurs Immigrés est devenu Observatoire des Discriminations et des Territoires Interculturels en 2003 à la demande de salarié-es. Je n’étais à l’époque ni président (on m’a confié la présidence en 2004, personne n’en voulait) et j’ai dû m’occuper de la direction générale en 2007 pour faire face aux énormes baisses de subventions de l’Etat qui ont conduit l’ODTI à la cessation de paiement. Depuis 2007 je rame avec les administrateurs et les salarié-es, en tant que président et directeur général bénévole pour assurer un redressement judiciaire et rembourser 535 000 euros de dettes avec un budget de 1 100 00 euros. Depuis dix ans, à l’ODTI, je ne reçois ni salaire, ni indemnité, ni remboursement de frais (voir rapport du commissaire aux comptes). J’utilise mon ordinateur et mon téléphone personnel dont je paie personnellement tous les frais. Je m’enrichis socialement et culturellement.

    sep article
    • L’action idéaliste personnelle au service d’une association
      humaniste(loi 1901), n’est en rien liée à la disparition ou à
      l’augmentation des incivilités.je ne vois donc pas l’intérêt
      de l’ODTI, à intégrer les réunions sur la sécurité des quartiers.
      « Le maire a de nombreuses prérogatives en matière de police, générale ou spéciale, et s’appuie sur les forces de police municipale ou d’Etat.
      En vertu de l’articleL2212-1 du Code général des collectivités territoriales, le maire doit veiller, à travers ses pouvoirs de police, à assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publique dans sa commune. Le champ d’intervention dans ces domaines est très large et très divers.
      Le bon ordre rassemble les trois notions de sécurité publique, de salubrité et de tranquillité publique ».

      sep article
      • Stef 04/09/2018 7:23
        Réponse CJ. L’anonymat d’un commentateur, je vous l’ai dit, n’est pas une garantie de débat démocratique. Donnez votre nom et votre adresse d’autant plus que vous voulez contribuer à « l’analyse métropolitaine » de la sécurité et de la sûreté, le second des droits de l’homme après la liberté de conscience selon Spinoza. Au lieu d’instruire de faux-débat en déformant les propos, reportez-vous à ce que nous écrivons en clair et de manière non anonyme.

        L’ODTI n’a jamais revendiqué de se substituer au maire, celui-là, le précédent et celles et ceux qui suivront, maires successifs que nous n’avons d’ailleurs de cesse et depuis longtemps de renvoyer à cet article du CGCT mais de participer à un CLSPD Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance, conseil créé par la loi en 2002 et présidé par le maire ou par sa première adjointe et qui est ouvert, normalement, à de nombreux partenaires dont les associations(il devrait y en avoir 6 sur Grenoble commune dont un couvrant le territoire de Très-Cloîtres)

        Nous avons fait la demande d’y être invité par écrit au maire à quatre reprises en 2017. Nous n’avons reçu aucune réponse mis à part du silence. Donc ne vous cachez pas derrière votre petit doigt et ne confondez pas tomme avec Rome. La sécurité n’est pas un fromage, ni un os à ronger, dans une seule perspective politicienne !

        sep article
        • D’une part notre pays n’est pas une démocratie au sens que
          nous l’entendons, l’indice de démocratie de la France, nous
          met à la 29 place derrière le Chili,l’Espagne,l’Italie et la
          totalité des pays de l’Europe du Nord. Nous vivons dans
          une démocratie imparfaite, où la voix du peuple n’est pratiquement
          jamais écoutée.le référendum de mai 2005 ,donne 54,5% de voix
          à ceux qui rejettent le traité établissant la constitution européenne;
          le premier jour de juillet 2008, le peuple prenait ses vacances et
          le traité de Lisbonne a été adopté par l’assemblée nationale
          en toute discrétion .Ce n’était pas une action de démocratie, mais
          plutôt une forme de trahison de cette démocratie .
          La morale politique est dépendante de l’intérêt financier, entrer en
          politique,c’est engranger des tas d’avantages sans engager sa
          responsabilité.
          je n’ai aucune sympathie pour la politique, hélas , nous ne pouvons
          pas l’ignorer puisqu’elle dirige nos vies .
          je n’ai aucune perspective politicienne . je pense que la « Tolérance
          Zéro », et la vidéosurveillance pourrait faire baisser les incivilités .
          le maire de New-York, Rudolph Giuliani, avait fait baisser avec cette
          application de plus de 60% les incivilités ( crimes de sang compris)
          en l’espace de quatre ans .
          Stéfan Sos ,allée des deux mondes 38100 Grenoble

          l

          sep article
  2. Si l’ODTI et son président connaissent mieux le quartier que quiconque, alors ils savent qui fait quoi et qui deale quoi. Qu’ils dénoncent ces personnes. Il existe plein de manières de le faire anonymement. Ne pas le faire c’est se rendre complice.

    sep article
    • Gilce 31/08/2018 15 :51.
      Réponse CJ : Rassurons ce commentateur. Le personnel de l’ODTI a l’obligation sous peine de faute professionnelle de faire tous les signalements et dépôts de plainte nécessaires. Non seulement ce personnel le fait et de manière non anonyme, mais les personnes qui font l’objet d’une plainte sont averties par nous de ce dépôt de plaintes. Pour Gilce qui veut nous donner des leçons sur notre complicité éventuelle avec des « gens de mauvaise vie », qu’il sache que nous avons le courage de le faire. Nous rappelons au passage comme nous le faisions dans la lettre ouverte au préfet que sans doute Gilce n’a pas lu, que nous avons une délégation de service public de la part de l’Etat sur certaines de nos activités et que nous avons l’obligation de faire ces signalements sans pour autant disposer de la violence légitime. Nous n’avons pas d’armes et agissons sans aucune protection (gilet pare-balles, casque lourd). Nous attendons le courageux Gilce qui se cache derrière un pseudo ! Il a nos coordonnées.

      sep article
  3. Mais bien sûr… les autorités auraient maintenu volontairement la circulation automobile pour que les drogués puissent continuer à s’approvisionner en voiture… Quand je lis une telle absurdité, je crois que tout est dit concernant le prisme d’analyse de ce président d’association, lequel semble voire de la discrimination partout, y-compris lorsqu’il n’y en a pas! Or, le quartier Très-Cloîtres et en plein centre-ville et n’est ni plus, ni moins bien intégré à la République Française; de telle sorte qu’on ne nous fera pas cette fois-ci le coup de « l’enclavement »! Par ailleurs, puis-je préciser à ce monsieur que la rue Très-Cloître est contigüe à un quartier piéton (quelle chance!) et que les rues voisines Brocherie et Chenoise, sont en voie d’être piétonnisées! Et après cela rien ne serait fait pour le quartier? Et « ces » personnes qui ne votent pas, de qui parlez-vous? Allez, c’est qui, le « ces »? Essentialisez-vous les gens selon leur origine, comme le fait l »extrême-droite? Admettons que certaines personnes n’aient pas le droit de vote, elles n’en sont pas moins, pour certaines d’entre-elles, des parents qui devraient être capable d’interdire à leurs gamins de traîner le soir, ce qui suffirait à contenir le problème de la drogue et de la tranquillité publique! Enfin, petite précision à l’intention de ce président de « l’observatoire des discriminations et des territoires interculturels »: contrairement à vos affirmations et à ce que laisse entendre le nom de votre association, il n’y a pas chez nous de République qui « discriminerait » des « territoires interculturels » mais une République Française « une et indivisible » et « des citoyens libres et égaux devant la loi »! Évoquer l’idée de « territoires interculturels », c’est admettre l’idée d’une balkanisation ou de « grandslacsquisation » de la France: est-ce vraiment ce que vous voulez? Que les citoyens, à commencer par les vendeurs, (et acheteurs!) de drogue ainsi que leurs alliés objectifs (par exemple: votre association) en prennent de la graine!

    sep article
    • Bonjour Gilce, il faut reconnaitre que la Rue Très Cloitre est séparée par la place Notre Dame des rues Brocherie et Chenoise. Pour l’instant, il y a eu juste quelques améliorations, entre autres, sur la place où est implanté l’ODTI, mais ce n’est pas extraordinaire. Cette rue Très Cloitre fait partie d’un ensemble qu’il faudrait réaménager, c’est vrai. avec la rue du Vieux Temple, rue Hauquelin et toutes les rues perpendiculaires. Il y a des « vrais » commerces sympas qui auraient besoin d’un environnement plus clean mais qui s’en tirent pas mal.
      Je connais des gens qui y habite et qui font quand même très attention aux fréquentations de leurs enfants … Il a beau y avoir une salle de pr!ères, il y a des trucs pas clairs qui circulent
      Jacquier me fait rire, l’ODTI a changé de nom, maintenant, « observatoire » ça fait bien 😉
      Il fait quand même du bon travail auprès des migrants anciens (logeant dans le foyer) et nouveaux, assurant, par exemple, des cours de français ou de droit des étrangers etc
      Il pourrait effectivement être consulté sur l’avenir du quartier.

      sep article
    • Le quartier de l’Alma en plein centre-ville est un quartier qui vit refermé sur lui-même.
      C’est d’ailleurs la spécificité grenobloise: les « quartiers » sont dans la ville et pas seulement en banlieue.
      Pour le reste, nous sommes d’accord.

      sep article
      • GAM 30/08/2018 20 :34
        Réponse CJ : Le seul quartier est Très-Cloîtres. Ce quartier ne vit pas refermé sur lui-même. Il est complètement ouvert aux quatre vents sur tous les trafics et cela depuis longtemps. Ce n’est en rien une spécificité de Grenoble que « les quartiers » soient dans la ville. Encore une bêtise de notre analyste métropolitain. Voyagez un peu !

        sep article
    • Gilce 30/08/2018 15 :16
      Réponse CJ Ce commentateur connaît bien mal la configuration de Très-Cloîtres, son histoire et son fonctionnement dans le plan de circulation du centre de Grenoble. Il n’y a aucune partie piétonnisée dans le quartier Très-Cloîtres mis à part la place Edmond Arnaud et le jardin de l’Alma. Quant à la proximité d’autres espaces piétonnisés ou en voie de l’être (Chenoise, Brocherie), de l’autre côté de la place Notre Dame, elle-même non piétonnisée, on ne voit pas très bien la pertinence de l’argument. La liberté de circulation pour les véhicules à moteur est totale dans ce territoire.
      Nulle part dans ma lettre ouverte au préfet je ne parle d’enclavement du quartier, notion que je pense infondée pour qualifier « les quartiers dits sensibles ».

      Le nombre d’électeurs dans ce quartier est très faible : beaucoup d’habitants étrangers n’ont pas le droit de vote, beaucoup de Français électeurs ne sont pas inscrits sur les listes électorales, beaucoup d’inscrits s’abstiennent aux élections. Les candidats aux élections ne viennent pas faire campagne dans un quartier qui se trouve hors de leurs préoccupations… pour le moment. Les zones administratives et militaires toutes proches donneront bientôt des opportunités immobilières et, qui sait, engageront le changement de population du quartier comme cela a été largement amorcé rue Servan.

      La connaissance par ce commentateur du marché de la drogue est un rien déficiente. Les consommateurs de drogue dans le quartier ne sont pas des enfants du quartier échappant au contrôle parental mais bien une population très friquée venue d’ailleurs (de l’hyper-centre, du campus, et de la vallée du Grésivaudan).

      Précision aussi en matière de discrimination et pour corriger une conception naïve qu’a de notre république ce commentateur. En dix ans notre service juridique a fait condamner par les tribunaux une dizaine d’institutions de la république, et pas des moindres, pour discrimination.


      Pour le reste cela fait des siècles, voire des millénaires que notre société française est métissée et multiculturelle. Regardez les premiers plats de notre cuisine nationale républicaine : couscous et pizzas.

      Pour conclure : deux options pour régler la question de la drogue :
      • une mesure radicale, à savoir la fin de la prohibition (la légalisation) avec vente en pharmacie sous ordonnance et contrôle médical et à des tarifs très bas pour casser le marché
      • une mesure répressive avec la dépénalisation des drogues (pas besoin de procédures longues et allègement du travail des policiers) et la verbalisation sévère des consommateurs (750 à 1000 euros de PV). Pour mettre fin à un marché s’en prendre à sa clientèle.

      Cela dit le principal risque auquel nous devons faire face dans l’immédiat est celui de l’utilisation des opiacés (anti-douleurs) vendus en pharmacie sur ordonnance. La principale cause de réduction de l’espérance de vie aux Etats-Unis depuis plusieurs années. Plus personne ne veut, ni ne sait souffrir. Une petite pillule pour la route. Les ravages sont devant nous. Allo maman bobo !

      sep article
  4. sep article
    • Je suis tout à fait d’accord avec les propos de Pascal Clerotte.
      Je trouve très innovateur que le groupe d’analyse Métropolitain,
      aborde le sujet de la responsabilité des élus.Quoi de plus normal
      que de rendre responsable l’élu de ses décisions.
      il ne faut pas permettre à l’élu d’échapper à toute sanction, dans
      le cas ou sa décision pénalise gravement la population,envers
      laquelle il a des obligations, au même titre qu’un médecin,
      un plombier, un policier et un restaurateur, la liste n’est pas
      exhaustive …

      j

      sep article
      • Stef 30/08/2018 18 :54
        Réponse CJ : Il n’y pas que « ces analystes métropolitains » qui abordent la responsabilité des élu-es et plus largement de toutes les autorités publiques étatiques, régionales, départementales, métropolitaines et communales. Si vous aviez lu ma lettre ouverte vous auriez appris des choses et notamment ce que nous apprenons à tous les immigrés que nous recevons et formons et à l’occasion aux Français qui ont la mémoire courte à savoir les Droits de l’Homme et du Citoyens que nous avons affichés sur notre façade principale. En 1789 les Droits avec une majuscule signifiaient droits ET devoirs, Homme avec une majuscule englobait les femmes de même que Citoyens avec une majuscule.
        Un article est très important dans cette déclaration : l’article 15 « La Société a le Droit (et donc le devoir) de demander compte à tout agent public de son administration ». C’est ce que nous faisons en permanence auprès de toutes les autorités publiques et donc auprès du préfet et des élu-es.

        sep article
    • Ca fait plus de 40 ans (44 si je ne me trompe pas) que l’ODTI est installé dans le quartier de la rue Très Cloitre par l’équipe Dubedout. Il doit mieux le connaitre que bon nombre de participants à ces réunions. Claude Jaquier ne propose pas de participer à des réunions dans d’autres quartiers.

      sep article
      • Caro 30/08/2018 18 : 59
        Réponse CJ
        L’ODTI a été créé à Très-Cloîtres en 1970 soit 48 ans. L’ODTI a été créé sous forme d’ »association d’associations » par des associations, des syndicats, des mutuelles à une époque où il était interdit aux étrangers de s’associer (un droit qu’ils n’obtiendront que 13 ans plus tard en 1983). Pour le préfet de l’époque, l’ODTI était une association faux-nez d’une association d’étranger. Elle était de ce fait hors-la-loi. C’est sans doute pour cela qu’en 1974, le préfet a créé l’ADATE qu’il a présidé jusqu’aux lois de décentralisation avant de confier la présidence de l’ADATE au président du conseil général. Ce n’est pas Dubedout qui a créé l’ODTI, mais il est certain que c’est lui qui a fait en sorte que la commune de Grenoble assure une partie de son financement. L’ODTI a alors permis à la commune de Grenoble d’inventer ce qui fait tant défaut à cette ville et à ce pays depuis, une politique d’accueil des immigrés.
        Pour en revenir à la participation de l’ODTI aux dispositifs de sécurité, jamais nous n’avons revendiqué de sortir du quartier Très-Cloîtres. Notre bonne connaissance de ce territoire est avérée. D’ailleurs, les divers services étatiques de sécurité ne se gênent pas pour faire appel à nos connaissances sur les vendeurs et surtout les acheteurs de drogues et à notre savoir-faire. Il n’y a que les ânes bâtés de certaines officines qui l’ignorent. Devons-nous les laisser à leur ignorance ?

        sep article
    • GAM 30/08/2018 14 : 34
      Réponse CJ : Pascal Clérotte du « Groupe d’analyse métropolitain », que je ne connais pas, me fait part de son expertise» sur qui peut ou non siéger dans « les réunions de sécurité des quartiers à la préfecture » convoquée par le préfet. Je le rassure telle n’était point ma demande.

      Ma lettre au préfet faisait référence, entre autres, à une demande de participation au Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD), présidé, non par le préfet, mais par le maire de la commune, par délégation, sa première adjointe, et ouvert à toutes personnes que les autorités municipales jugeraient utiles pour faire progresser leur information et la connaissance des faits sur un territoire, en l’occurrence celui du QPV Quartier Prioritaire de la Politique de la Ville Alma Très Cloîtres Chenoise et qui n’a rien de « régional » comme se croit bon de préciser l’expert qui mélange politique de la ville et procédure ANRU. Je précise que c’est ce que ne manquent pas de faire, vis-à-vis de l’ODTI, et quasiment chaque semaine, tous les services de la Direction Départementale de la Sécurité Publique, bref la police nationale.

      A l’évidence nous avons vraiment besoin de tels « analystes métropolitains » capables d’asséner sans savoir !

      Je lui livre en cadeau cette comptine de ma fabrique
      Moins il en sait,
      Plus il contine,
      En erreur se plait,
      Et confiture tartine.

      sep article
  5. Si,comme indiqué dans l’article, Monsieur Claude jacquier,
    est un soutien de Monsieur Eric Piolle, qui est lui même
    un acteur actif de la destruction de l’élément sécuritaire dans
    notre ville.je ne vois pas comment ce Monsieur, puisse apporter
    un remède efficace à la souffrance des grenoblois ?
    Ce n’est pas avec ceux qui ont permis le développement de
    l’insécurité en combattant la « Tolérance-zéro » et la présence
    de caméras, que l’on va trouver des solutions …

    sep article
    • Stef 30/08/2018 6 :59
      Réponse CJ Les concurrents d’Eric Piolle battus en 2014 ont fait de moi «un soutien de Eric Piolle» parce que j’ai dit aux journalistes qui me le demandaient qu’à défaut de candidat meilleur, je voterai pour lui. Je n’ai pas fait campagne pour lui et j’ai même diffusé avant son élection une critique approfondie et sévère de ses 120 propositions en particulier sur la sécurité et sur les immigrés. Je ne me cache pas derrière la tranquillité publique.
      Vos propos et surtout la logique à laquelle ils obéissent ne sont pas dignes d’un débat démocratique avec de vieux relents inqualifiables !

      sep article
      • L’ODTI, veut participer aux réunions sur la sécurité , si cela doit
        aboutir à faire obstacle aux propositions sur la « tolérance zéro »et
        la vidéosurveillance , les incivilités continueront à se développer .
        La méthode de botter en touche,avec de belles formules sur les « vieux
        relents inqualifiables », ne changerons rien à la réalité du désastre.
        une loi du 5 Avril 1884, précise que le maire doit garantir à ses administrés
        la tranquillité,le bon ordre,la sécurité et la salubrité,dans sa ville .
        La priorité de la ville de Grenoble est de traiter les incivilités .
        nous ne devons ni moi, ni vous, instrumentaliser cette situation
        à l’avantage de quoi que ce soit d’autre,en dehors de faire baisser
        la criminalité dans notre ville.
        je n’habite pas Chicago, j’habite un quartier qui était censé
        être la vitrine de Grenoble , vingt ans de laxisme et le quartier
        est plombé …
        Qui sont selon vous ,les responsables de cette situation ?

        sep article
        • Les responsables de cette situation ? A l’évidence tout le monde et vous-même qui vous défilez en tenant des propos sans queue, ni tête. Ainsi que je l’écrivais en réponse aux autres contradicteurs, l’ODTI, ses salariés et ses administrateurs ont toujours fait face à leurs responsabilités en déposant plaintes et en s’opposant aux mafieux. Au lieu de vous en prendre aux autres et de les accabler de mille maux, demandez-vous en quoi vous avez fait quelque chose pour la sécurité. En premier chef, la lutte pour la sécurité, passe par la sortie de l’insulte anonyme. Donnez votre nom et votre adresse ! De qui avez-vous peur si ce n’est de vous même !

          sep article
          • Désolé , je trouve mes propos aussi pertinents que les vôtres.
            je suis conscient que chacun a sa vérité et son interprétation
            personnelle de la réalité.
            cela fait 22 ans que je suis retraité et je vois la ville de Grenoble
            se détruire d’année en année, sans qu’aucun décideur ne puisse
            imposer un arrêt.
            J’ai commenté avec mon prénom et mon nom sous l’article
            « Forte baisse du prix des appartements sur Grenoble: Un signe
            de paupérisation des acheteurs ».je suis concerné par la chute
            du prix de l’immobilier dans mon quartier.
            Il est bien évident que si vous le désirez ardemment, je suis près à
            reprendre mon nom et prénom pour commenter, ainsi que mon lieu
            d’habitation (adresse).pour l’instant je garde mon pseudo, qui est
            le diminutif de mon prénom.
            Je ne vous ai jamais insulté , je ne vous ai jamais dit que « vos propos
            ne sont pas digne d’un débat démocratique avec de vieux relents
            inqualifiables » .
            Je vous signale que le pseudo n’est pas interdit d’emploi.
            Vous avez publié un article qui suit l’assassinat d’Adrien Perez,il
            est surprenant que vous puissiez être étonné par les propos des
            commentaires.
            Si vraiment vous avez envie de faire ma connaissance ,je suis
            prêt à discuter avec vous, afin de vous rassurer sur mon anonymat …

            sep article