Elsa Roch : « J’écris pour explorer une à une les failles de l’être humain »

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

RENCONTRE – Avec déjà deux polars à son actif publiés par Calmann-Lévy, Elsa Roch se fait petit à petit une place dans le monde du roman noir francophone. Un rêve pour l’auteure grenobloise, psychologue clinicienne, qui explore à travers ses récits et son personnage principal les faiblesses et les tourments de l’humanité.

 

 

Son nom sonne comme un per­son­nage de polar : Elsa Roch, à pro­non­cer comme dans “Rock’n Roll”. L’auteure gre­no­bloise a fait son appa­ri­tion dans le champ de la lit­té­ra­ture noire en 2017, avec Ce qui se dit la nuit. Un pre­mier roman rural sur fond de sus­pi­cion de matri­cide, de rites païens et de secrets ances­traux… et un coup de maître : Elsa Roch a été repé­rée et publiée par les pres­ti­gieuses édi­tions Calmann-Lévy.

 

Oublier nos promesses, le second polar “urbain” d'Elsa Roch © Calmann-Lévy

Oublier nos pro­messes, le second polar “urbain” d’Elsa Roch. © Calmann-Lévy

Aujourd’hui, la Grenobloise compte deux romans à son actif : début 2018, son deuxième opus Oublier nos pro­messes, offrant une ambiance très dif­fé­rente, fidèle à l’es­prit “Quai des orfèvres”, a rejoint le rayon noir des librai­ries. Pas ques­tion de s’ar­rê­ter en si bon che­min : un troi­sième roman est d’ores et déjà sur les rails, mais ne comp­tez pas sur l’au­teure pour en déflo­rer le pro­pos ou l’in­trigue.

 

Une chose est sûre : Elsa Roch n’a pas envie de se lais­ser enfer­mer dans des petites cases. « Un coup, j’ai écrit un polar rural, puis le deuxième est 100 % urbain… et le troi­sième sera dif­fé­rent. J’ai envie d’être un peu libre, et c’est pour ça que j’ai choisi le polar », explique-t-elle. Un sen­ti­ment de liberté que l’au­teure n’ar­rive pas encore à res­sen­tir dans la lit­té­ra­ture dite “blanche”. « Dans le noir, tout est pos­sible ! », résume-t-elle.

 

 

Amaury Marsac, personnage fatigué et torturé

 

Dans ses deux romans, un même per­son­nage prin­ci­pal : Amaury Marsac, qua­dra fati­gué de son quo­ti­dien de flic, confronté à des meurtres par­ti­cu­liè­re­ment sor­dides et qui mène ses enquêtes tout en affron­tant ses propres démons. Pourquoi avoir choisi un homme ? Par goût du chal­lenge, confie Elsa. Qui pense avoir appris de son per­son­nage. « Ça m’offre un autre point de vue. L’écriture et la vie finissent pas s’en­tre­mê­ler… et je suis peut-être un peu plus indul­gente vis-à-vis des hommes. »

 

Elsa Roch © Florent Mathieu - Place Gre'net

Elsa Roch. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Un homme « par­ti­cu­liè­re­ment tor­turé ». Et pour cause : « J’écris pour explo­rer une à une les failles de l’être humain », confie-t-elle. Elsa Roch jure tou­te­fois ne nour­rir aucune cruauté de plume à l’é­gard de Marsac. Au contraire, dit-elle : « Je veux qu’on l’aime et qu’on s’y attache »… sans savoir elle-même exac­te­ment quel ave­nir elle lui réserve. « Mon édi­trice m’a dit : si un ven­dredi à 18 heures tu veux tuer Marsac, tu m’ap­pelles ! », s’a­muse-t-elle, tout en pré­ci­sant que la mise à mort n’est pas à l’ordre du jour. « Je l’aime suf­fi­sam­ment pour vou­loir le gar­der en vie… mais j’en ferai mou­rir d’autres ! »

 

 

Une adaptation audiovisuelle en projet

 

À l’i­mage de Flaubert, Elsa Roch pour­rait-elle décla­rer « Amaury Marsac, c’est moi » ? La ques­tion la fait sou­rire, mais des lec­teurs et lec­trices lui ont déjà fait la réflexion. « Je ne renie pas une parenté quel­conque. En tout cas, il vient de moi ! », concède-t-elle. Mais c’est fina­le­ment l’u­ni­vers tout entier de ses romans qu’in­ves­tit Elsa Roch, à tra­vers son expé­rience de psy­cho­logue cli­ni­cienne ainsi que sa ren­contre, ado­les­cente, avec une jeune autiste qui aura mar­qué sa vie à tout jamais.

 

Ce qui se dit la nuit est aujourd'hui disponible en livre de poche. DR

Ce qui se dit la nuit est aujourd’­hui dis­po­nible en livre de poche. DR

L’auteure revient tou­jours à ces réa­li­tés que sa pro­fes­sion l’a ame­née à côtoyer, der­rière le rideau noir des appa­rences sociales.

 

Si Elsa Roch se défend de s’ins­pi­rer de cas de patients concrets, elle recon­naît volon­tiers que ses per­son­nages, et notam­ment ses « salauds », pro­viennent de ce qu’elle a pu voir ou entendre. Ce qui leur donne, au demeu­rant, un carac­tère sin­gu­lier, loin des sché­mas arché­ty­paux des per­son­nages “clas­siques” de polar.

 

Aujourd’hui, Elsa Roch a mis sa car­rière de psy­cho­logue entre paren­thèses pour vivre son rêve d’é­cri­vain, entre écri­ture inten­sive et ren­contres avec les lec­teurs au cours de dédi­caces ou dans des salons lit­té­raires, dont le pres­ti­gieux Quais du polar.

 

Et tan­dis que son pro­chain roman devrait voir le jour en 2019, un autre pro­jet se des­sine : une société audio­vi­suelle a acquis les droits de son pre­mier ouvrage. Avec peut-être à la clé, bien­tôt sur nos écrans, un Amaury Marsac en chair et en os.

 

Florent Mathieu

 

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
2606 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.