Réforme de l’apprentissage : la sénatrice de l’Isère Frédérique Puissat dénonce « une absence du respect du débat démocratique »

sep article



FIL INFO – Alors que l’Assemblée nationale a adopté mardi 31 juillet le projet de loi Pour la liberté de choisir son avenir professionnel, la sénatrice de l’Isère Frédérique Puissat dénonce une « absence du respect du débat démocratique ». La veille, le Palais du Luxembourg avait en effet rejeté le texte, à l’initiative notamment de l’élue Les Républicains.

 

 

Le pro­jet de loi est passé… mais passe mal. Mardi 31 juillet, l’Assemblée natio­nale approu­vait défi­ni­ti­ve­ment le texte de loi Pour la liberté de choi­sir son ave­nir pro­fes­sion­nel, por­tant sur l’ap­pren­tis­sage et la for­ma­tion, et défendu par la ministre du Travail Muriel Pénicaud. Au grand dam de la séna­trice Les Républicains de l’Isère Frédérique Puissat, qui décrit dans un com­mu­ni­qué « un net sen­ti­ment d’ab­sence du res­pect du débat démo­cra­tique ».

 

 

Le rôle des conseils régionaux dans l’apprentissage en question

 

Motif de son cour­roux ? La veille de son adop­tion par l’Assemblée, le Sénat avait rejeté la même loi, lui oppo­sant une ques­tion préa­lable por­tée par quatre séna­teurs, dont Frédérique Puissat. Très cri­tique sur la méthode du gou­ver­ne­ment, le texte le ren­voyait dans les cordes en esti­mant que le Palais du Luxembourg n’a­vait « pas lieu de pour­suivre la déli­bé­ra­tion sur le pro­jet de loi ». Une opi­nion par­ta­gée par une majo­rité de séna­teurs : 195 voix pour, et 23 contre.

 

Frédérique Puissat, sénatrice LR de l'Isère © Frédérique Puissat

Frédérique Puissat, séna­trice LR de l’Isère © Frédérique Puissat

 

« Le Sénat par­ta­geait les objec­tifs et approu­vait les grandes lignes du texte du gou­ver­ne­ment, il sou­hai­tait sim­ple­ment en amé­lio­rer les moda­li­tés », écrit Frédérique Puissat. En jeu : la place au sein du dis­po­si­tif des conseils régio­naux, qui se ver­raient pri­vés de leur com­pé­tence sur l’ap­pren­tis­sage. En jan­vier 2018, le Conseil régio­nal Auvergne-Rhône-Alpes disait déjà craindre une « pri­va­ti­sa­tion » de l’ap­pren­tis­sage, au pro­fit d’une « vision pari­sienne erro­née ».

 

 

Le travail du Sénat « balayé d’un revers de main »

 

Les dépu­tés de la majo­rité En marche n’ont fina­le­ment pas été sen­sibles aux argu­ments des séna­teurs Les Républicains. « Tout le tra­vail et les apports du Sénat ont été balayés d’un revers de main par les dépu­tés LREM », dénonce Frédérique Puissat. Avant de tacler l’exé­cu­tif : « Une nou­velle fois, la pra­tique de ras­sem­ble­ment, de dia­logue et de res­pect que prô­nait le can­di­dat Macron n’est pas au ren­dez-vous ».

 

Salle du Sénat du palais du Luxembourg. DR

Salle du Sénat du palais du Luxembourg. DR

 

Frédérique Puissat dit craindre à pré­sent que la loi n’en­traîne des fer­me­tures de centres d’ap­pren­tis­sage en milieu rural, ainsi que des dif­fi­cul­tés pour les Régions d’en construire de nou­veaux ou de réno­ver les exis­tants. Autre inquié­tude : une « dif­fi­culté pour les branches de se posi­tion­ner sur l’apprentissage créant ainsi un vide de plu­sieurs années », pesant sur les embauches et le chô­mage. « Si tel est le cas, le gou­ver­ne­ment en por­tera seul la res­pon­sa­bi­lité », conclut la séna­trice.

 

FM

 

 

 

commentez lire les commentaires
3588 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.