Failles du parc nucléaire : les élus régionaux écologistes appellent l’État à “protéger” les Rhônalpins

sep article

FOCUS – Les élus régionaux du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire (RCES) dénoncent les failles du parc nucléaire français, dans la foulée d’un rapport parlementaire alarmant sur les questions de sûreté et de sécurité nucléaire. L’évacuation des populations serait en outre problématique, en particulier en cas d’accident sur le site du Bugey, situé près de Lyon.

 

 

C’est un texte qui pourrait bien faire date. Non que le rapport de la commission d’enquête parlementaire sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires révèle quantité de faits nouveaux, mais il dresse le portrait d’un parc nucléaire français fort vulnérable. Pourtant, comme l’indique son préambule, « le moindre incident peut avoir des conséquences catastrophiques pour des millions de personnes et pendant des dizaines de milliers d’années ».

 

La centrale nucléaire de Tricastin, dans la Drôme.

La centrale nucléaire de Tricastin, dans la Drôme.

Entendons-nous bien sur les termes : la sûreté et la sécurité nucléaire sont bien deux problèmes distincts, même s’ils sont souvent liés. La sûreté nucléaire renvoie au bon fonctionnement d’une centrale atomique dans le but de protéger la population et l’environnement de la radioactivité. La sécurité nucléaire, elle, recouvre la prévention du risque terroriste.

 

Or, aucune des deux n’est assurée sur le territoire français, selon les auteurs du document. « Le parc nucléaire français comporte plus de fragilités que je ne le pensais », a d’ailleurs avoué dans les colonnes du Monde Barbara Pompili, qui a piloté le travail de la commission d’enquête.

 

 

Un appel à « protéger les Auvergnats et les Rhônalpins » du risque nucléaire

 

La députée La République en Marche de la Somme pointe une série de lacunes potentiellement dangereuses : recours accru à la sous-traitance (source, dit-elle, de perte de compétences et de dilution de responsabilités), vieillissement des réacteurs, accès excessivement facile via Internet à des données sensibles concernant la localisation des centrales, prévisibilité des transports de matières radioactives…

 

Les élus du Rassemblement citoyen écologique et solidaire (RCES) au conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes ont aussitôt réagi à la publication de ce rapport parlementaire. Le 6 juillet, ils ont publié un communiqué appelant à « prendre au sérieux » les préconisations du document pour « protéger les Auvergnats et les Rhônalpins ».

 

Les élus du groupe Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire (RCES) en Auvergne-Rhône-Alpes. Crédit photo : RCES.

Les élus du groupe Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire en Auvergne-Rhône-Alpes. © RCES.

« C’est un rapport très complet, qui présente un certain nombre de propositions intéressantes pour la région », commente Florence Cerbaï, conseillère régionale de l’Ardèche, intervenue à plusieurs reprises à ce sujet. De concert avec les autres élus de son groupe politique, elle explique que les interrogations soulevées par la commission s’appliquent particulièrement à la région Auvergne-Rhône-Alpes.

 

 

« Le rapport pointe nettement les problèmes liés à la vétusté »

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
1233 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Oui et sinon on utilise les trains au charbon, on fait rouler les tramways avec des chevaux, on ferme le CEA, Schneider, ST micro, et on va à l’hôpital en journée lorsqu’il fait jour ?
    Ou alors on ouvre des formidables centrales à charbon comme en Allemagne ?

    À force de critiquer le nucléaire on oublie juste que l’on ne peut pas passer d’un monde à consommmation électrique forte à un monde moins consommateur avec énergies renouvelables en claquant des doigts.
    Et puis la priorité reste de ne pas émettre de CO2…alors le nucléaire n’a pas que des défauts chers écolos dogmatiques.

    sep article
  2. L’habituelle « scare tactics » des écolos qui n’ont pas d’autres arguments.

    Le risque zéro comme dans toute activité humaine n’existe pas! Et le risque en France est sans doute le mieux géré au monde.

    Savez vous la charge explosive qu’il faut pour percer la coque d’un réacteur nucléaire?

    Ca été conçu pour résister aux bombes et aux munitions perforantes (genre bunkerbuster).

    Si les zozos de Greenpeace ont réussi a pénétrer dans une centrale, c’est parce qu’on les a laissé faire (et en plus ils avaient prévenu, comme toujours).
    Si on veut pas laisser passer, ça passe pas mais alors il y a des morts et des blessés.

    Connaissez -vous les accréditations qu’il faut pour pouvoir mettre les pieds dans une centrale? L’enquête administrative, qui est refaite régulièrement pour toute personne y travaillant, sous-traitants compris, est à peu près du même niveau que celui du secret défense.

    Alors il faut arrêter!

    Il y a des cibles bien plus intéressantes parce que plus facile à atteindre et provoquant des dégâts potentiellement plus grand pour des terroristes, qu’on va pas lister ici non plus.

    sep article