Failles du parc nucléaire : les élus régionaux écologistes appellent l’État à “protéger” les Rhônalpins

sep article



FOCUS – Les élus régionaux du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire (RCES) dénoncent les failles du parc nucléaire français, dans la foulée d’un rapport parlementaire alarmant sur les questions de sûreté et de sécurité nucléaire. L’évacuation des populations serait en outre problématique, en particulier en cas d’accident sur le site du Bugey, situé près de Lyon.

 

 

C’est un texte qui pour­rait bien faire date. Non que le rap­port de la com­mis­sion d’en­quête par­le­men­taire sur la sûreté et la sécu­rité des ins­tal­la­tions nucléaires révèle quan­tité de faits nou­veaux, mais il dresse le por­trait d’un parc nucléaire fran­çais fort vul­né­rable. Pourtant, comme l’in­dique son pré­am­bule, « le moindre inci­dent peut avoir des consé­quences catas­tro­phiques pour des mil­lions de per­sonnes et pen­dant des dizaines de mil­liers d’an­nées ».

 

La centrale nucléaire de Tricastin, dans la Drôme.

La cen­trale nucléaire de Tricastin, dans la Drôme.

Entendons-nous bien sur les termes : la sûreté et la sécu­rité nucléaire sont bien deux pro­blèmes dis­tincts, même s’ils sont sou­vent liés. La sûreté nucléaire ren­voie au bon fonc­tion­ne­ment d’une cen­trale ato­mique dans le but de pro­té­ger la popu­la­tion et l’en­vi­ron­ne­ment de la radio­ac­ti­vité. La sécu­rité nucléaire, elle, recouvre la pré­ven­tion du risque ter­ro­riste.

 

Or, aucune des deux n’est assu­rée sur le ter­ri­toire fran­çais, selon les auteurs du docu­ment. « Le parc nucléaire fran­çais com­porte plus de fra­gi­li­tés que je ne le pen­sais », a d’ailleurs avoué dans les colonnes du Monde Barbara Pompili, qui a piloté le tra­vail de la com­mis­sion d’en­quête.

 

 

Un appel à « protéger les Auvergnats et les Rhônalpins » du risque nucléaire

 

La dépu­tée La République en Marche de la Somme pointe une série de lacunes poten­tiel­le­ment dan­ge­reuses : recours accru à la sous-trai­tance (source, dit-elle, de perte de com­pé­tences et de dilu­tion de res­pon­sa­bi­li­tés), vieillis­se­ment des réac­teurs, accès exces­si­ve­ment facile via Internet à des don­nées sen­sibles concer­nant la loca­li­sa­tion des cen­trales, pré­vi­si­bi­lité des trans­ports de matières radio­ac­tives…

 

Les élus du Rassemblement citoyen éco­lo­gique et soli­daire (RCES) au conseil régio­nal d’Auvergne-Rhône-Alpes ont aus­si­tôt réagi à la publi­ca­tion de ce rap­port par­le­men­taire. Le 6 juillet, ils ont publié un com­mu­ni­qué appe­lant à « prendre au sérieux » les pré­co­ni­sa­tions du docu­ment pour « pro­té­ger les Auvergnats et les Rhônalpins ».

 

Les élus du groupe Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire (RCES) en Auvergne-Rhône-Alpes. Crédit photo : RCES.

Les élus du groupe Rassemblement citoyen, éco­lo­giste et soli­daire en Auvergne-Rhône-Alpes. © RCES.

« C’est un rap­port très com­plet, qui pré­sente un cer­tain nombre de pro­po­si­tions inté­res­santes pour la région », com­mente Florence Cerbaï, conseillère régio­nale de l’Ardèche, inter­ve­nue à plu­sieurs reprises à ce sujet. De concert avec les autres élus de son groupe poli­tique, elle explique que les inter­ro­ga­tions sou­le­vées par la com­mis­sion s’ap­pliquent par­ti­cu­liè­re­ment à la région Auvergne-Rhône-Alpes.

 

 

« Le rapport pointe nettement les problèmes liés à la vétusté »

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
2186 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Oui et sinon on uti­lise les trains au char­bon, on fait rou­ler les tram­ways avec des che­vaux, on ferme le CEA, Schneider, ST micro, et on va à l’hôpital en jour­née lorsqu’il fait jour ?
    Ou alors on ouvre des for­mi­dables cen­trales à char­bon comme en Allemagne ?

    À force de cri­ti­quer le nucléaire on oublie juste que l’on ne peut pas pas­ser d’un monde à consomm­ma­tion élec­trique forte à un monde moins consom­ma­teur avec éner­gies renou­ve­lables en cla­quant des doigts.
    Et puis la prio­rité reste de ne pas émettre de CO2…alors le nucléaire n’a pas que des défauts chers éco­los dog­ma­tiques.

    sep article
  2. L’habituelle « scare tac­tics » des éco­los qui n’ont pas d’autres argu­ments.

    Le risque zéro comme dans toute acti­vité humaine n’existe pas ! Et le risque en France est sans doute le mieux géré au monde.

    Savez vous la charge explo­sive qu’il faut pour per­cer la coque d’un réac­teur nucléaire ?

    Ca été conçu pour résis­ter aux bombes et aux muni­tions per­fo­rantes (genre bun­ker­bus­ter).

    Si les zozos de Greenpeace ont réussi a péné­trer dans une cen­trale, c’est parce qu’on les a laissé faire (et en plus ils avaient pré­venu, comme tou­jours).
    Si on veut pas lais­ser pas­ser, ça passe pas mais alors il y a des morts et des bles­sés.

    Connaissez ‑vous les accré­di­ta­tions qu’il faut pour pou­voir mettre les pieds dans une cen­trale ? L’enquête admi­nis­tra­tive, qui est refaite régu­liè­re­ment pour toute per­sonne y tra­vaillant, sous-trai­tants com­pris, est à peu près du même niveau que celui du secret défense.

    Alors il faut arrê­ter !

    Il y a des cibles bien plus inté­res­santes parce que plus facile à atteindre et pro­vo­quant des dégâts poten­tiel­le­ment plus grand pour des ter­ro­ristes, qu’on va pas lis­ter ici non plus.

    sep article