Parade d'ouverture des 30e Rencontres du jeune théâtre européen. © Créarc

Rencontres du jeune théâtre euro­péen de Grenoble : “Je m’in­ter­roge sur l’a­ve­nir en fonc­tion de l’é­vo­lu­tion de l’UE”

Rencontres du jeune théâtre euro­péen de Grenoble : “Je m’in­ter­roge sur l’a­ve­nir en fonc­tion de l’é­vo­lu­tion de l’UE”

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

TROIS QUESTIONS À – C’est parti pour la 30e édi­tion des Rencontres du jeune théâtre euro­péen orga­ni­sées à Grenoble par le Centre de créa­tion de recherche et des cultures (Créarc) du 29 juin au 8 juillet. Cette nou­velle édi­tion accueille 180 jeunes artistes appar­te­nant à quinze com­pa­gnies en pro­ve­nance de onze pays euro­péens. L’occasion d’é­vo­quer avec Fernand Garnier, direc­teur du Créarc, quelques-unes des spé­ci­fi­ci­tés qui font de ces ren­contres « une école de citoyen­neté, de tolé­rance et de res­pect ».

Le siège du Créarc, rue Pierre Duclot. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le siège du Créarc, rue Pierre Duclot. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Depuis ven­dredi 29 juin, une agi­ta­tion par­ti­cu­lière règne aux abords du Centre de créa­tion de recherche et des cultures (Créarc), rue Pierre Duclot à Grenoble.

De petits groupes de jeunes, badges autour du cou, convergent à lon­gueur de temps vers le siège des 30Rencontres du jeune théâtre euro­péen orga­ni­sées par le Créarc qui se déroulent jus­qu’au 8 juillet, à Grenoble.

Un ren­dez-vous théâ­tral d’en­ver­gure qui, cette année encore, accueille 180 jeunes dan­seurs, jon­gleurs, musi­ciens et acteurs appar­te­nant à quinze com­pa­gnies de spec­tacle vivant en pro­ve­nance de onze pays européens.

Huit jours d’ef­fer­ves­cence théâ­trale, d’a­te­liers et de cafés-débats

Au cours des huit jours que durent les ren­contres, ces jeunes troupes de bala­dins vont pré­sen­ter – une spé­ci­fi­cité du fes­ti­val – des spec­tacles joués dans la langue de leurs pays res­pec­tifs à l’Espace 600, au Théâtre 145, salle Olivier Messiaen et, c’est une nou­veauté, au musée archéo­lo­gique Grenoble – Saint Laurent.

Les jeunes artistes européens lors de la parade d'ouverture. © Créarc

Les jeunes artistes euro­péens lors de la parade d’ou­ver­ture. © Créarc

Mais pas seule­ment puisque des repré­sen­ta­tions auront éga­le­ment lieu en plein air. Notamment dans la cour du musée de l’Ancien évê­ché et dans les rues et places de Grenoble.

Après la grande parade d’ou­ver­ture qui s’est dérou­lée ce samedi 30 juin, inves­tis­sant pour la toute pre­mière fois le quar­tier Saint Laurent, huit jours de repré­sen­ta­tions « ouvertes à toutes les esthé­tiques » pro­po­sées chaque jour par les com­pa­gnies théâ­trales vont suivre.

Deux temps forts sont au pro­gramme. Ainsi le 4 juillet, jour anni­ver­saire des ren­contres nées avec la chute du mur de Berlin, réunira ses acteurs his­to­riques ainsi que ceux du réseau du jeune théâtre européen.

Point d’orgue du fes­ti­val ? La parade-spec­tacle de clô­ture du samedi 7 juillet « consa­crée à une œuvre emblé­ma­tique du génie humain », le Faust de Goethe, adapté par Romano Garnier, fils de Fernand Garnier, direc­teur du Créarc. Et puis bien sûr, ate­liers inter­na­tio­naux et cafés-débats jalon­ne­ront cette semaine d’ef­fer­ves­cence théâ­trale, d’échanges et de col­la­bo­ra­tions internationales.

Fernand Garnier : « les ren­contres sont un foyer de réflexion et d’action »

Ces ren­contres veulent être, plus qu’­hier et moins que demain, une école de tolé­rance, de res­pect et de citoyen­neté. Des notions plus que d’ac­tua­lité à l’heure où l’Europe est confron­tée au pro­blème des réfu­giés et migrants et dont cer­tains pays ont encore tout récem­ment mis la barre à droite, toute.

Affiche des trentièmes rencontres du Jeune Théâtre Européen, 2018.

Affiche des tren­tièmes ren­contres du Jeune Théâtre Européen, 2018.

« Dans un monde qui s’in­ter­roge sur les valeurs qui le fondent et les modèles sociaux et poli­tiques de nature à assu­rer la paix et la pros­pé­rité entre les hommes, les Rencontres sont un foyer de réflexion et d’ac­tion », se réjouit Fernand Garnier.

Quid des spé­ci­fi­ci­tés propres à chaque pays par­ti­ci­pant, des dif­fé­rentes formes théâ­trales pré­sen­tées lors des ren­contres, du théâtre de sub­ver­sion alors que le popu­lisme gagne l’Europe ? Pour le savoir, nous avons ques­tionné Fernand Garnier qui, outre sa cas­quette de fon­da­teur et direc­teur du Créarc, fut éga­le­ment, durant les années 70, le cofon­da­teur avec Renata Scant de la com­pa­gnie Théâtre action. Une com­pa­gnie bien connue à l’é­poque pour son enga­ge­ment popu­laire et militant.

Place Gre’net : Bien que le théâtre soit un art uni­ver­sel, existe-t-il des spé­ci­fi­ci­tés propres aux dif­fé­rents pays repré­sen­tés dans les Rencontres du jeune théâtre européen ?

Fernand Garnier : Oui. Ce qu’il y a de très inté­res­sant dans ces ren­contres, c’est que les troupes viennent de pays qui ont des tra­di­tions théâ­trales dif­fé­rentes. Prenons le théâtre polo­nais. C’est un théâtre spé­ci­fique mar­qué par de très grands auteurs, de très grands met­teurs en scène comme Tadeusz Kantor, et il en est de même pour le théâtre anglais, très par­ti­cu­lier, ou encore ita­lien. Les troupes qui arrivent à Grenoble sont por­teuses de ces spé­ci­fi­ci­tés et tra­di­tions natio­nales et les pro­posent aux autres par­ti­ci­pants. Du coup, il y a une décou­verte, un échange, et ça, c’est effec­ti­ve­ment très intéressant.

Fernand Garnier, directeur du Créarc. © Créarc

Fernand Garnier, direc­teur du Créarc. © Créarc

Il y a aussi des dif­fé­rences qui tiennent à la direc­tion d’ac­teurs. La troupe Theaomai thea­ter stu­dio qui vient de Vilnius en Lituanie et joue la pièce Les Carnets du sous-sol de Dostoïevski est une troupe de comé­diens for­més à la méthode russe, celle du théâtre de Stanislavski, avec un cer­tain style de jeu.

Après, il y a les choix artis­tiques des met­teurs en scène eux-mêmes avec l’ex­pres­sion d’es­thé­tiques dif­fé­rentes les unes des autres. La troupe de Barcelone, le forn de teatre Pa’tothom, qui fait du “théâtre de l’op­primé” crée par le dra­ma­turge Augusto Boal, c’est très spé­ci­fique comme théâtre. Cette troupe tra­vaille avec des jeunes issus de l’im­mi­gra­tion et aborde des thèmes sociaux, cultu­rels.

Quant à la troupe de Bruxelles, le Collectif 1984, elle pra­tique le théâtre-action fondé en 1972 par Renata Scant et moi-même. Après, on a du théâtre clas­sique comme celui de la troupe du Teatr Studyjny, avec une exi­gence de l’ac­teur très par­ti­cu­lière et une sen­si­bi­lité très polonaise.

En même temps, tous ces jeunes comé­diens – ça va de six-sept ans à trente ans – ont en com­mun la culture inter­na­tio­nale et euro­péenne d’au­jourd’­hui, ils ont un lan­gage com­mun. Cette conju­gai­son, cet ensemble, font tout l’in­té­rêt des Rencontres du jeune théâtre européen.

Certains pays euro­péens viennent récem­ment de chan­ger de cou­leur poli­tique, virant au “brun” pour cer­tains. Qu’en est-il du théâtre poli­tique, de sub­ver­sion que vous connais­sez bien ? N’est-ce pas un rude coup porté au théâtre et, par­tant, à la libre expres­sion dans ces pays-là ?

C’est une ques­tion com­plexe. Nous avions par exemple invité, il y a deux ans, une com­pa­gnie hon­groise de Budapest dont le met­teur en scène à décidé d’é­mi­grer en France parce qu’il ne sup­por­tait plus l’am­biance que le gou­ver­ne­ment de Viktor Orban a créée en Hongrie. C’est vrai qu’il y a dans les pays d’Europe cen­trale un pro­blème cultu­rel, artis­tique qui se pose. Ce qui semble démon­ter que la ques­tion de l’é­mi­gra­tion pour des rai­sons poli­tiques se pose pour un cer­tain nombre d’artistes.

Compagnie Histoire 100 fins. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Compagnie Histoire 100 fins. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Le met­teur en scène rou­main Florin Didilescu a abordé dans le spec­tacle qu’il pré­sente cette année la ques­tion de l’é­mi­gra­tion des jeunes Roumains.

Il y a une véri­table hémor­ra­gie. La Roumanie est en train de perdre toute sa jeu­nesse, avec 4,5 mil­lions de Roumains qui sont par­tis dans dif­fé­rents pays euro­péens. À un tel point que cela en devient vrai­ment dra­ma­tique. C’est à la fois lié à des pro­blèmes poli­tiques mais aussi à des pro­blèmes d’or­ga­ni­sa­tion éco­no­mique de l’Union européenne.

Ce qui est inté­res­sant dans ces ren­contres c’est que, dans les cafés-débats qui suivent les spec­tacles, on se rend compte que les jeunes comé­diens sont dépo­si­taires de mémoire et d’his­toire natio­nale si dif­fé­rentes qu’elles sont sources d’in­com­pré­hen­sions. Entre des Polonais, des Roumains, des Hongrois qui ont fait l’ex­pé­rience du régime com­mu­niste et des Anglais ou des Espagnols, il y a vrai­ment quelque chose de fon­da­men­ta­le­ment dif­fé­rent. Le rap­port au passé n’est pas le même. À ce niveau-là, les ren­contres ont une fonc­tion de décou­verte réci­proque qui peut être extrê­me­ment positive.

L’immigration est un sujet d’ac­tua­lité brû­lant, dra­ma­tique et d’am­pleur mon­diale où l’Europe a sa part. Certaines créa­tions ou pièces pré­sen­tées dans ces ren­contres reflètent-elles cette pré­oc­cu­pa­tion de la part des artistes ambas­sa­deurs de la jeu­nesse européenne ?

Oui, on va la retrou­ver dans le spec­tacle de la troupe rou­maine avec cer­ti­tude. Après, je ne sais pas parce que beau­coup de spec­tacles sont des créa­tions faites spé­cia­le­ment pour les ren­contres. Nous ne les avons pas vues.

Par exemple, l’Antigone de la Mandala theatre com­pany d’Oxford, à tra­vers une réécri­ture contem­po­raine de l’œuvre de Sophocle, met en scène des per­son­nages appar­te­nant aux mino­ri­tés, à des “immi­grés”. Est-ce que ça aborde ces ques­tions migra­toires ? Ce qui est frap­pant c’est que nos par­te­naires anglais sont com­plè­te­ment trau­ma­ti­sés par le Brexit. Ils appar­tiennent à cette caté­go­rie d’Anglais qui le vivent comme un drame.

Les jeunes artistes européens lors de la parade d'ouverture. © Créarc

Les jeunes artistes euro­péens lors de la parade d’ou­ver­ture. © Créarc

Moi, par­fois, je m’in­ter­roge sur l’a­ve­nir de ces ren­contres en fonc­tion de l’é­vo­lu­tion de l’Union euro­péenne. Comment, dans les années qui viennent, en fonc­tion de la mul­ti­pli­cité de ces crises qui secouent le conti­nent, va-ton pou­voir pour­suivre ce tra­vail de dia­logue, de mise en réseau, de manière à assu­rer la com­pré­hen­sion et à régu­ler la vio­lence qui pour­rait naître ? Est-ce que ce pro­jet euro­péen doit aller vers une fédé­ra­tion, une Europe des nations ? On voit bien que nous sommes actuel­le­ment en plein dans ce débat.

Toujours est-il que nous aurions dû accor­der une impor­tance beau­coup plus grande à la culture dans la construc­tion euro­péenne, a for­tiori quand on voit le suc­cès du pro­gramme Erasmus+. Après, on entre dans le domaine poli­tique. Nous, nous tra­vaillons dans les domaines de la tolé­rance, de la diver­sité, de la soli­da­rité… Mais si on est dans un sys­tème où c’est la concur­rence sys­té­ma­tique qui est mise en exergue, il y a une anti­no­mie ingérable !

Propos recueillis par Joël Kermabon

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Une fête d’Halloween à la croi­sée de l’ar­chéo­lo­gie et des arts numé­riques au musée Grenoble Saint-Laurent

REPORTAGE VIDÉO - Le musée archéologique Grenoble Saint-Laurent a célébré la fête païenne d'Halloween ce dimanche 31 octobre 2021. Une célébration hybride, à la croisée Lire plus

Anne Lasseur, directrice du musée archéologique, lors de la présentation du nouveau parcours. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Le musée archéo­lo­gique de Grenoble pro­pose à ses visi­teurs un nou­veau par­cours cen­tré sur l’archéo-anthropologie

FOCUS – À l'occasion de ses dix ans, le musée archéologique de Grenoble propose un nouveau parcours permanent centré sur l'anthropologie. Une nouvelle scénographie pour Lire plus

Isère : les annu­la­tions de vide-gre­niers et bro­cantes pèsent sur les finances des asso­cia­tions… et le lien social

  Les annulations de brocantes ou de vide-greniers en Isère ne pénalisent pas que les chineurs dominicaux. Les finances des structures qui les portent, souvent Lire plus

Sarah El Haïry, secrétaire d'État chargée de la Jeunesse et de l'Engagement, entourée des adhérents isérois du MoDem 38. © Sarah Krakovitch - Place Gre'net
Sarah El Haïry, secré­taire d’État char­gée de la Jeunesse et de l’Engagement, de pas­sage en Isère

  EN BREF – La secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, Sarah El Haïry, était en visite à Fontaine, jeudi 28 janvier, Lire plus

Lætitia Vendittelli présente l'exposition sur Saint-Laurent à Patrick Curtaud. © Joël Kermabon - Place Gre'net
« Saint-Laurent d’hier à aujourd’­hui » : un voyage à tra­vers le temps pro­posé par le musée archéo­lo­gique de Grenoble

  FOCUS - Le musée archéologique de Grenoble propose jusqu'au 20 septembre 2020 une exposition sur l'évolution du quartier Saint-Laurent. Intitulée "Saint-Laurent, d'hier à aujourd'hui", Lire plus

Gentiana et la ville de Grenoble mettent en valeur la flore sau­vage urbaine avec des lutins botanistes

  DIAPORAMA – « Rue des murailles », « Cirse commun », « Cymbalaire des murs »… Autant de noms d'espèces de plantes sauvages que l’on peut désormais lire sur les Lire plus

Flash Info

|

18/05

17h47

|

|

18/05

8h02

|

|

16/05

16h29

|

|

16/05

15h22

|

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

|

10/05

17h19

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 31 : « Le bur­kini tou­jours à la une de l’ac­tua­lité à Grenoble »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin