Huit groupes de musique “expulsés” de la clé de sol, reprise en main par le gestionnaire de la Belle électrique

sep article

DÉCRYPTAGE – Huit groupes de musique semi-professionnels qui répétaient jusqu’alors au sein de La Clé de sol à Grenoble, gérée par l’association Hadra, ont appris quinze jours avant qu’ils devraient avoir quitté les lieux le 1er juillet prochain. En cause : la reprise en main de ce bâtiment public par MixLab, gestionnaire de La Belle électrique, suite à un appel à projets lancé par la Ville de Grenoble. Un manque d’anticipation et de « respect » qui ulcère les groupes en question, tandis que les acteurs du dossier se renvoient la balle.

 

 

Les huit groupes de rock-métal héber­gés jus­qu’a­lors à la Clé de sol n’en reviennent tou­jours pas : le 1er juillet, ils devront tous avoir libéré ce bâti­ment public, situé au 51 bou­le­vard Gambetta, à proxi­mité de la caserne de Bonne. Problème : ils ont appris cette déci­sion ven­dredi. Difficile de s’or­ga­ni­ser juste avant la sai­son des fes­ti­vals et alors que cer­tains avaient des pro­jets d’en­re­gis­tre­ment dans les tuyaux…

 

Les huit groupes sur le départ… © Music'ngre

Les huit groupes sur le départ… © Music’ngre – tous droits réser­vés

 

Tout a com­mencé le 14 juin, lorsque les groupes de musique qui répé­taient dans les sous-sols de la Clé de sol ont reçu un mail de Frédéric Lapierre, direc­teur de La Belle élec­trique, leur annon­çant qu’ils devraient avoir quitté les lieux le 1er juillet. La rai­son ? MixLab, l’as­so­cia­tion qui gère la salle de musiques actuelles, reprend en main la Clé de sol suite à un appel à pro­jets lancé par la Ville de Grenoble.

 

 

« Expulsé comme une merde »

 

Frédéric Lapierre explique dans cet échange privé qui a été rendu public par un des des­ti­na­taires : « À court terme, nous allons devoir vider l’en­semble du bâti­ment afin de faire quelques tra­vaux (néces­saires semble-t-il !). Donc que vous libé­riez les locaux. À moyen terme, les trois stu­dios devraient être uti­li­sés sur des accom­pa­gne­ments de groupes et des ate­liers. Un sur des usages MAO [musique assis­tée par ordi­na­teur, ndlr], deux sur des for­ma­tions “clas­siques”. Sur ces deux der­niers, l’un serait dédié aux groupes accom­pa­gnés par MixLab, l’autre sur des courtes rési­dences de créa­tion. » Une déci­sion tar­dive, dont per­sonne ne veut por­ter la res­pon­sa­bi­lité…

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
4528 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Pascal CLEROTE ici : je n’ai jamais dit que le Label SMAC ouvrait droit à un cré­dit d’un mil­lion d’eu­ros, j’ai dit que ce label ouvrait droit à des cré­dit consé­quents du minis­tère de la culture. [rec­ti­fié, ndlr]

    Ce que j’ai éga­le­ment dit est que si mes sou­ve­nirs sont exacts MixLab tou­chait entre 600K et 800K euros par an dans le cadre du mar­ché de DSP. On est train de pas­ser en revue les ave­nants pour avoir les sommes exactes.

    Je confirme éga­le­ment que « l’ap­pel à pro­jet » n’existe pas en droit fran­çais, en tout cas pas sous cette forme. La Clef de Sol est un bâti­ment muni­ci­pal qui a deux des­ti­na­tion : bureaux et locaux de répé­ti­tion. Il s’a­git d’ac­ti­vi­tés indus­trielles et com­mer­ciales qui doivent être sou­mise à mar­ché concur­ren­tiel.

    sep article
  2. Il va être de faire le ménage à la Belle Electrique heu­reu­se­ment la DSP tombe bien­tôt j’es­père que RPO pro­fi­tera de l’oc­ca­sion pour mon­ter un dos­sier !

    sep article