La Presqu’île de Grenoble accueille le pavillon de la mobilité, un parking multifonctionnel et “durable”

sep article

Notre indépendance c

FOCUS – Inauguré le vendredi 1er juin, le parking Cambridge, aussi appelé par la Métropole « le pavillon de la mobilité », sera mis en service le 18 de ce même mois. Situé sur la Presqu’île, ce bâtiment est un projet dont la Ville de Grenoble et la Métropole sont fières : il se veut multifonctionnel et environnementalement responsable.

 

La pavillon de la mobi­lité vient d’être inau­guré le ven­dredi 1er juin. Situé au cœur de l’î­lot Cambridge sur la Zac de la Presqu’île, le par­king aura une capa­cité de 475 places, dont dix réser­vées aux véhi­cules élec­triques, et dis­po­sera d’une consigne à vélos de 50 places.

 

Pourquoi ce bâti­ment de 11 mil­lions d’eu­ros sur la Presqu’île ? Tout sim­ple­ment parce que la den­sité urbaine de ce sec­teur est ame­née à dou­bler d’ici 2025, d’a­près les esti­ma­tions de la Métropole. L’objectif est, dans cette optique, de faire col­ler le nombre de voi­tures avec le nombre de places de sta­tion­ne­ment.

 

Le pavillon de la mobilité, inauguré le 1er juin 2018 © Emilan Tutot - Place Gre'net

Le pavillon de la mobi­lité, inau­guré le 1er juin 2018 © Emilan Tutot – Place Gre’net

« La Ville de Grenoble et la Métropole ren­forcent à tra­vers ce par­king leur répu­ta­tion d’Ecocité », s’est féli­cité le pré­fet de l’Isère, Lionel Beffre. Car la Métropole aspire à faire de ce bâti­ment un exemple : « un espace mutua­lisé, inno­vant et éco­lo­gique pour les mobi­li­tés ». Ce « pavillon de la mobi­lité » vise ainsi à inci­ter et accom­pa­gner l’u­sage par­tagé de la voi­ture, tout en fai­sant la pro­mo­tion des modes de dépla­ce­ment qui lui sont alter­na­tifs.

 

« Ce bâti­ment est une prouesse qui doit, dans le futur, deve­nir la norme à Grenoble », estime de son côté Vincent Fristot, adjoint muni­ci­pal à l’ur­ba­nisme, loge­ment-habi­tat et à la tran­si­tion éner­gé­tique.

 

 

Un bâtiment “durable”

 

Si la Ville de Grenoble et la Métropole sont fières de ce bâti­ment, c’est en par­tie pour son aspect durable, envi­ron­ne­men­ta­le­ment par­lant. Le sys­tème de récu­pé­ra­tion et de réuti­li­sa­tion de l’eau de pluie lui per­met, tout d’a­bord, de béné­fi­cier d’une auto­no­mie totale, tant pour le net­toyage du par­king que pour l’ar­ro­sage des jar­dins du toit-ter­rasse.

 

Le préfet de l'Isère, le président de la Métropole, des élus, et l'architecte détaillant son projet sur le toit-terrasse du pavillon de la mobilité © Emilan Tutot - Place Gre'net

Le pré­fet de l’Isère, le pré­sident de la Métropole, des élus, et l’ar­chi­tecte détaillant son pro­jet sur le toit-ter­rasse © Emilan Tutot – Place Gre’net

Si le toit-ter­rasse en ques­tion offre une vue impre­nable sur la Presqu’île, il ne sera en revanche pas acces­sible au public. Pourquoi ? Pour une bonne rai­son : il a été ima­giné comme un « refuge » en milieu urbain pour la faune et la flore.

 

L’éclairage du par­king Cambridge a, quant à lui été conçu pour cap­ter au maxi­mum la lumière natu­relle. Cela a été pos­sible grâce à une struc­ture mixte, entre béton et char­pente métal­lique, lais­sant pas­ser la lumière exté­rieure.

 

Pour finir, le sys­tème géo­ther­mique mis en place – qui per­met de récu­pé­rer de l’éner­gie issue de la nappe phréa­tique – assure le chauf­fage du bâti­ment en hiver et son rafrai­chis­se­ment en été.

 

 

Bien plus qu’un parking

 

Et le par­king Cambridge ne se fait pas appe­ler « pavillon de la mobi­lité » pour rien : c’est plus qu’un parc de sta­tion­ne­ment. Pour le pré­sident de la Métropole, Christophe Ferrari, « c’est un véri­table bâti­ment, dans lequel s’in­sèrent d’autres fonc­tions ».

 

Christophe Ferrari, Président de la Métropole, lors de l'inauguration du parking Cambridge © Emilan Tutot - Place Gre'net

Christophe Ferrari, pré­sident de la Métropole, lors de l’i­nau­gu­ra­tion © Emilan Tutot – Place Gre’net

Car l’ob­jec­tif, à terme, est que le pavillon de la mobi­lité accueille des espaces com­mer­ciaux et des ser­vices ouverts sur la ville au rez-de-chaus­sée. Un espace fit­ness de 400 mètres car­rés de l’en­seigne gre­no­bloise Fifty Nine est déjà prévu. Le bâti­ment héber­gera en outre un espace d’in­for­ma­tion et de ser­vices dédié à la mobi­lité. Enfin, il accueillera en 2019 un Café Vélo, où l’on pourra tout à la fois man­ger et faire répa­rer son deux-roues.

 

Un bâti­ment mul­ti­fonc­tion­nel donc qui rejoint le réseau de par­kings de Grenoble-Alpes Métropole et ses 21 ouvrages.

 

Emilan Tutot

 

 

Les tarifs du parking Cambridge

 

Les tarifs du parking Cambridge (d'après la grille tarifaire adoptée par le Conseil métropolitain du 9 février 2018)

Les tarifs du par­king Cambridge (d’a­près la grille tari­faire adop­tée par le Conseil métro­po­li­tain du 9 février 2018)

 

 

commentez lire les commentaires
5697 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Question sur le « durable » : le bati­ment est il beau, sera t il consi­déré dans XX années comme un bâti­ment « remar­quable » ?
    c’est peut être une dimen­sion à prendre aussi en compte

    sep article