« Renouer honnêtement avec l’esprit pionnier de la démocratie locale à Grenoble »

sep article



TRIBUNE LIBRE – Deux semaines après l’annulation par le tribunal administratif du dispositif de votation citoyenne à Grenoble, les conseillers municipaux d’opposition Matthieu Chamussy (Les Républicains) et Jérôme Safar (en retrait du parti socialiste) dénoncent dans une tribune l’échec de cette expérimentation. Et appellent à réfléchir à de nouvelles initiatives pour la démocratie locale.

 

 

Matthieu Chamussy et Jérôme Safar © Joël Kermabon - Place Gre'net

Matthieu Chamussy et Jérôme Safar © Joël Kermabon – Place Gre’net

La déci­sion du tri­bu­nal admi­nis­tra­tif d’annuler le dis­po­si­tif de la vota­tion citoyenne a pro­vo­qué de nom­breuses réac­tions dont celles-là mêmes des auteurs de ce texte. Pour autant, nous n’en n’avons pas fini avec le sujet puisqu’au-delà du dis­po­si­tif en lui-même, c’est la ques­tion de la démo­cra­tie locale qui est, une fois de plus, inter­ro­gée.

 

Nous y contri­buons bien volon­tiers puisque l’un et l’autre nous por­tions en 2014 devant les Grenoblois des pro­po­si­tions fortes en la matière. Nous le fai­sons sciem­ment d’une même plume pour mieux affir­mer que cette ques­tion doit dépas­ser toute approche par­ti­sane. Elle ren­voie à un socle com­mun de valeurs et de prin­cipes et notam­ment la volonté d’associer au plus près nos conci­toyens au pro­ces­sus de construc­tion de la déci­sion publique.

 

De ce point de vue, nous avons la convic­tion que, loin d’être une perte, le temps que l’on y consacre est un gain pré­cieux puisqu’il favo­rise l’appropriation de la déci­sion publique par le plus grand nombre et contri­bue donc à ce qu’elle soit mieux accep­tée. Au moment où les popu­lismes et les solu­tions sim­plistes et exces­sives reprennent vigueur en Europe et dans notre pays il s’agit donc bien de défendre notre bien com­mun le plus pré­cieux, une démo­cra­tie saine et apai­sée.

 

 

« Qui peut sincèrement se satisfaire d’un tel bilan ? »

 

Ceci posé, il nous faut reve­nir sur le bilan de la vota­tion citoyenne. Son échec devant le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif n’est pas suf­fi­sant pour ana­ly­ser la situa­tion. Cette vota­tion n’a eu lieu qu’une seule fois, au sujet des nou­veaux tarifs de sta­tion­ne­ment. Les deux tiers des habi­tants qui s’étaient expri­més avaient demandé l’annulation de la déli­bé­ra­tion ins­tau­rant les nou­veaux tarifs, sans pour autant obte­nir gain de cause. Un autre vote aurait dû être orga­nisé sur la réou­ver­ture des biblio­thèques fer­mées sans concer­ta­tion mais la majo­rité muni­ci­pale a refusé de l’organiser.

 

Matthieu Chamussy. Conseil municipal de Grenoble. 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Matthieu Chamussy. Conseil muni­ci­pal de Grenoble. 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

C’est dire qu’au final ce pré­tendu « droit nou­veau » n’a rien pro­duit de concret, si ce n’est l’incompréhension et la colère de celles et ceux qui ont eu le sen­ti­ment de ne pas être écou­tés et res­pec­tés.

 

Qui peut sin­cè­re­ment se satis­faire d’un tel bilan ? Qui peut dire, sin­cè­re­ment, qu’une telle expé­rience aura donné envie à davan­tage de nos conci­toyens de s’impliquer dans la vie locale ?

 

Mais si la jus­tice admi­nis­tra­tive a décidé de sanc­tion­ner ce dis­po­si­tif c’est aussi parce qu’il ne res­pec­tait aucune règle de droit.

 

Nous sommes sur­pris de devoir rap­pe­ler les règles de base qui garan­tissent un scru­tin sin­cère et loyal et notam­ment la néces­sité de dis­po­ser de listes des élec­teurs et la pré­sence d’isoloirs dans les bureaux de vote. Dans une démo­cra­tie, le vote est quelque chose de sérieux qu’il n’est pas sou­hai­table de gal­vau­der. Instrumentaliser le vote et son péri­mètre, alors que nous avons la chance de béné­fi­cier du suf­frage uni­ver­sel, com­bat de nos aînés, est dan­ge­reux.

 

 

« Travailler à définir un nouveau cadre d’engagement citoyen »

 

Nos alertes, nom­breuses depuis quatre ans, n’ont pas été enten­dues et il n’est pas pos­sible d’en res­ter à ce fiasco. Il nous appa­raît indis­pen­sable de tra­vailler à défi­nir un nou­veau cadre d’engagement citoyen. Nous vou­lons le faire dans la trans­pa­rence, la diver­sité des sen­si­bi­li­tés et la robus­tesse d’un cadre juri­dique. Nous appe­lons à le faire avec méthode, esprit d’écoute et sérieux. Le contraire de ce qui a été entre­pris. Nous regret­tons le spec­tacle donné et pour tout dire déma­go­gique du maire de Grenoble, qui ren­voie son échec à l’État et à ses ins­ti­tu­tions. La ficelle est grosse mais elle peut faire impres­sion.

 

Jérôme Safar. ©Véronique Serre - placegrenet.fr

Jérôme Safar. ©Véronique Serre – placegrenet.fr

Le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif a sanc­tionné une absence de rigueur juri­dique, et même si cela n’est pas l’objet de son juge­ment, « un coup de comm” » et une méthode uti­li­sés  au détri­ment de la véri­table expé­ri­men­ta­tion et inno­va­tion démo­cra­tique. Le débat sur la moder­nité ne se tranche pas devant la jus­tice, il évo­lue par le tra­vail et une réelle péda­go­gie.

 

 

« Sortir des schémas partisans »

 

Nous pen­sons qu’il aurait été inté­res­sant, sur­tout quand on évoque les insuf­fi­sances de la loi, alors que les dis­po­si­tions sur le non-cumul des man­dats sont entrées en vigueur, que le pou­voir muni­ci­pal mobi­lise l’ensemble des acteurs sur ce dos­sier dont l’intérêt dépasse le strict cadre muni­ci­pal. Nous devons et nous pou­vons trou­ver ensemble, dans un cadre ouvert aux acteurs de la vie démo­cra­tique locale, de nou­velles méthodes de tra­vail tenant compte de l’intérêt com­mun et sor­tant des sché­mas par­ti­sans.

 

UNE Eric Piolle, maire de Grenoble réagit devant la presse, suite à la décision du tribunal administratif d'annuler le dispositif d'interpellation et de votation citoyenne © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Eric Piolle réagis­sant devant la presse, suite à la déci­sion du tri­bu­nal admi­nis­tra­tif d’an­nu­ler le dis­po­si­tif d’in­ter­pel­la­tion et de vota­tion citoyenne © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

C’est pour­quoi nous pro­po­sons aux deux dépu­tés de l’Isère dont la cir­cons­crip­tion com­prend des quar­tiers de Grenoble, Émilie Chalas et Olivier Véran, de réflé­chir avec eux à des ini­tia­tives qui pour­raient être por­tées loca­le­ment et qu’ils pour­raient sou­hai­ter voir tra­duire dans la loi.

 

Cela passe par de nom­breuses ques­tions à trai­ter au-delà de l’arrêt du tri­bu­nal admi­nis­tra­tif et qui sont appa­rues à Grenoble : les moyens alloués à la cam­pagne d’information, le calen­drier de ces vota­tions, le col­lège élec­to­ral, les inci­dences sur l’assemblée com­mu­nale… L’appui et l’expertise de pro­fes­sion­nels, uni­ver­si­taires, juristes et mili­tants asso­cia­tifs, serait une plus-value essen­tielle.

 

En conju­guant pou­voir d’initiative légis­la­tive, exper­tise d’usage d’élus muni­ci­paux, de mili­tants asso­cia­tifs pré­sents au sein des ins­tances de notre ville et la diver­sité des sen­si­bi­li­tés, nous pro­po­sons ainsi de renouer avec l’esprit pion­nier de la démo­cra­tie locale à Grenoble.

 

Matthieu Chamussy, conseiller muni­ci­pal (Groupe Les Républicains, UDI et société civile) de Grenoble, Jérôme Safar, conseiller muni­ci­pal (Groupe de ras­sem­ble­ment, de gauche et de pro­grès) de Grenoble.

 

***

 

 

Rappel : Les tri­bunes publiées sur Place Gre’net ont pour voca­tion de nour­rir le débat et de contri­buer à un échange construc­tif entre citoyens d’opinions diverses. Les pro­pos tenus dans ce cadre ne reflètent en aucune mesure les opi­nions des jour­na­listes ou de la rédac­tion et n’engagent que leur auteur.

 

Vous sou­hai­tez nous sou­mettre une tri­bune ? Merci de prendre au préa­lable connais­sance de la charte les régis­sant.

 

A la rentrée, (re)mettez-vous en selle en toute sécurité : Grenoble-Alpes Métropole compte plus de 450 km de pistes cyclables.
commentez lire les commentaires
2778 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Mais pour­quoi tou­jours men­tion­ner (LR) lorsque vous citez M. Chamussy ? Il n’est plus adhé­rents LR depuis 2015 ! S’il est tou­jours de  »droite » (?) alors men­tion­nez  »divers Droite ».
    Quand à la conti­nuité des faux-sem­blants et de leurs pro­po­si­tions pom­pées sur le passé, les Grenoblois ne sont pas aussi idiots que le duo Chamussy-Safar le croit !

    sep article
  2. sep article
  3. Bonjour
    Écouter ces deux soit disant poli­tique…
    Franchement vous n’a­vez pas honte.….
    Vous êtes ce que la poli­tique à fait de pire et vous devriez pour le bien des Grenobloises et Grenoblois vous taire et dis­pa­raître .
    Retournez vous et regar­dez votre bilan en face il est plus que vide.
    Malheureusement, le ridi­cule ne tue pas.…Mais la France se meurt de vos stra­té­gies de vos four­be­ries.
    Quelle honte…

    BENYOUB.A

    sep article
  4. sep article