La Fête des tuiles scénographiée pour donner le coup d’envoi de l’été à Grenoble

sep article

Notre indépendance c

FOCUS – La quatrième édition de la Fête des tuiles va se dérouler à Grenoble ce samedi 9 juin sur les cours Jean-Jaurès et de la Libération libérés des voitures. Véritable coup d’envoi de la saison estivale, l’événement fait l’objet cette année d’une scénographie autour de thèmes environnementaux.

 

 

© Ville de Grenoble« Recoudre la ville, c’est un parti pris fort là, au niveau de la Fête des tuiles, mais c’est aussi un parti pris poli­tique impor­tant face aux frac­tures dans les moments actuels », a déclaré Éric Piolle en pro­logue à la pré­sen­ta­tion de la 4e édi­tion de la Fête des tuiles.

 

Libérés des voi­tures, les cours Jean-Jaurès et de la Libération vont ainsi une nou­velle fois accueillir, samedi 9 juin, cet évé­ne­ment fes­tif d’am­pleur, cher à la muni­ci­pa­lité, qui donne le coup d’en­voi des fes­ti­vi­tés de l’été. Lancée en 2015, la Fête des tuiles est désor­mais « un temps fort attendu par de nom­breux Grenoblois », se targue la Ville de Grenoble forte, estime-t-elle, de « trois pre­mières édi­tions réus­sies ».

 

Réussies mais contes­tées pour ce qui concerne les édi­tions 2015 et 2016. C’est du moins ce qu’il res­sort de l’enquête pré­li­mi­naire pour favo­ri­tisme ouverte après un signa­le­ment de la Chambre régio­nale des comptes sur laquelle Éric Piolle s’est récem­ment exprimé.

 

 

Inviter le public à une promenade à travers des paysages variés

 

Toujours est-il que ce 9 juin, de 10 heures à minuit, les deux cours rede­ve­nus des espaces ouverts vont four­miller d’i­ni­tia­tives citoyennes, asso­cia­tives, artis­tiques et com­mer­çantes. Au pro­gramme, jeux, sports, musique, danses et per­for­mances artis­tiques. Sans oublier le grand défilé car­na­va­lesque des tuiles, concocté par les struc­tures socio-cultu­relles de l’agglomération. Chars, marion­nettes géantes et fan­fares en tous genres ten­te­ront d’é­blouir petits et grands.

 

Édition 2017 de la Fête des tuiles. © Severine Cattiaux - Place Gre'net

Fête des tuiles, édi­tion 2017. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

« Nous avons cette année lar­ge­ment mobi­lisé dans les quar­tiers, ce qui a per­mis à plus de 150 asso­cia­tions d’être pré­sentes sur cette édi­tion. Nous avons éga­le­ment tenu compte des années pré­cé­dentes et nous avons voulu faire évo­luer cette fête », explique Olivier Bertrand, le conseiller muni­ci­pal délé­gué à l’a­ni­ma­tion et aux évé­ne­ments fes­tifs. Comment ? De trois façons.

 

Tout d’a­bord, grâce à une scé­no­gra­phie autour de thèmes tels que les espaces natu­rels sen­sibles et la nature en ville. L’idée ? Inviter le public à une pro­me­nade à tra­vers des pay­sages variés où se concen­tre­ront des stands « à la manière de petits vil­lages » : une prai­rie, un chêne, une grotte, un lac, des alpages, une tour­bière ou encore une forêt.

 

Ensuite, de nom­breux ren­dez-vous et ani­ma­tions ponc­tue­ront la jour­née et pro­po­se­ront au public de bou­ger, décou­vrir, par­ta­ger, créer, échan­ger… Fabien Palin, chargé de pro­jet sur la Fête des tuiles, nous fait part des prin­ci­pales nou­veau­tés qui seront pro­po­sées au public lors de cette jour­née fes­tive.

 

Carte avec les animations de la Fête des Tuiles 2018 à Grenoble.

Carte avec les ani­ma­tions de la Fête des Tuiles 2018 à Grenoble.

 

Enfin, der­nier aspect, le défilé démar­rera à 18 h 30, « parce qu’il peut faire par­fois chaud », jus­ti­fie Olivier Bertrand. Le fruit d’un « énorme tra­vail avec les asso­cia­tions », qui regroupe une cin­quan­taine de par­te­naires mais aussi des habi­tants qui ont fabri­qué les chars au cours d’a­te­liers et répété des cho­ré­gra­phies, des chants, des batu­ca­das… Et, nou­veauté cette année, la com­pa­gnie de théâtre de rue Tout en vrac pro­po­sera une ani­ma­tion théâ­trale autour de cette déam­bu­la­tion car­na­va­lesque.

 

 

Un budget annoncé de 350 000 euros

 

Combien tout cela va-t-il coû­ter ? Olivier Bertrand annonce un bud­get de 350 000 euros. « Depuis l’é­di­tion de l’an­née der­nière, nous avons inter­na­lisé la Fête des tuiles », rap­pelle l’élu. Ce der­nier, qui flaire la chausse-trappe quand on parle de bud­get, pré­cise :

 

Présentation de la Fête des tuiles 2018. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Présentation de la Fête des tuiles 2018. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Il y a des bud­gets consa­crés, avec des mar­chés, et des fac­tures que nous hono­rons notam­ment pour payer la sécu­rité, le col­lec­tif du défilé ou encore la publi­cité. Ensuite, il y a la par­tie interne et c’est ça que nous avons valo­risé quand nous par­lons de bud­get. Nous par­lons bien de ce qui a été mis en place par la Ville de Grenoble », mar­tèle-t-il.

 

Et l’élu de pon­dé­rer : « Nous avons cepen­dant une petite marge sur les ques­tions de sécu­rité qui peuvent être par­fois com­pli­quées, les élé­ments four­nis par la pré­fec­ture nous par­ve­nant bien sou­vent au der­nier moment ».

 

Joël Kermabon

 

 

commentez lire les commentaires
2416 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Une belle ini­tia­tive avec ces dif­fé­rents stands (alpage , tour­biere..) pour décou­vrir les mul­tiples asso­cia­tions culte­relles, spor­tives et les com­mer­çants

    sep article
  2. sep article