Des comédiens isérois relèvent le défi du Soulier de Satin pour refaire entendre la langue de Claudel

sep article



FOCUS – Après deux ans de travail, l’association Théâtre ensemble s’apprête à livrer des représentations “feuilletonnées” et une intégrale du Soulier de satin de Paul Claudel, pièce magistrale et réputée injouable. Au total, 80 comédiens ont travaillé sur le texte et joueront à la MC2, à l’Hexagone, à l’Amphidice et au Théâtre municipal de Grenoble… avant de conclure l’aventure à deux pas de la tombe de l’auteur en personne. 

 

 

Des dizaines de per­son­nages, une durée de onze heures envi­ron, Le Soulier de satin de Paul Claudel est tout sauf une pièce de théâtre “facile” et compte même parmi ces œuvres répu­tées injouables. Alors, le Soulier est-il inter­dit aux ama­teurs ? L’association Théâtre ensemble compte bien démon­trer le contraire, et relève le défi à l’oc­ca­sion de plu­sieurs repré­sen­ta­tions “feuille­ton­nées”… et d’une repré­sen­ta­tion inté­grale.

 

Bertrand Petit, président de l'association Théâtre Ensemble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Bertrand Petit, pré­sident de l’as­so­cia­tion Théâtre ensemble © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Pourquoi, pour para­phra­ser Molière, se lan­cer dans une telle galère ? Les rai­sons sont mul­tiples. L’envie, d’a­bord, de remettre Claudel sur le devant de la scène, un dra­ma­turge et poète d’im­por­tance tou­te­fois sou­vent « qua­li­fié d’au­teur réac­tion­naire, pour ne pas dire catho­lique inté­griste », regrette Bertrand Petit. « Mais quand on regarde son œuvre, il dit des choses assez pro­vo­cantes sur le monde, la société, la reli­gion », ajoute le pré­sident de Théâtre ensemble.

 

 

Une approche exigeante du théâtre amateur

 

Une “réha­bi­li­ta­tion” de Claudel, si tant est qu’il en ait besoin, à laquelle s’a­joute l’en­vie de se démar­quer des pro­duc­tions du moment. « Nous ne vou­lions pas prendre un pro­jet par­ti­ci­pa­tif qui parle des pro­blèmes d’au­jourd’­hui comme le tra­vail, les migrants, même si ce sont des sujets fon­da­men­taux », explique encore Bertrand Petit. Mais atten­tion, pré­vient-il : « Dans les ques­tions uni­ver­selles posées dans ce texte, on retrouve des élé­ments des pro­blé­ma­tiques d’au­jourd’­hui ! »

 

Visuel de la plaquette du Soulier de satin © Théâtre Ensemble

Visuel de la pla­quette du Soulier de satin © Théâtre Ensemble

Théâtre ensemble assume tota­le­ment le côté “défi” que repré­sente de mon­ter sur les planches avec un texte aussi long et foi­son­nant. Mais l’as­so­cia­tion n’é­tait pas seule pour le rele­ver, bien au contraire. Le texte de Claudel est divisé en quatre « jour­nées », et cha­cune des jour­nées a béné­fi­cié du tra­vail de met­teurs en scène pro­fes­sion­nels, depuis le gre­no­blois Thierry Mennessier à Nadia Vondeheyden, en pas­sant par la sté­pha­noise Kathleen Dol du Collectif X ou plu­sieurs comé­diens et comé­diennes des Tréteaux de France.

 

Car si l’as­so­cia­tion Théâtre ensemble prône et veut défendre le sta­tut d’a­ma­teur, elle n’en veut pas moins pro­po­ser à ses membres une réelle expé­rience, proche de la « for­ma­tion ». Un terme que Bertrand Petit rechigne tou­te­fois à employer.

 

En face, l’in­ves­tis­se­ment n’est pas ano­din : 80 comé­diens ama­teurs, âgés de 15 à 75 ans, ont consa­cré pen­dant deux ans de nom­breux week-ends et des congés pour répé­ter et appré­hen­der une intrigue et un texte aussi beaux que com­plexes.

 

 

Une intégrale d’une dizaine d’heures… à deux pas de la tombe de Paul Claudel

 

La consé­cra­tion ? Les aven­tu­riers du Soulier joue­ront dans des lieux pres­ti­gieux. À com­men­cer par une repré­sen­ta­tion de la pre­mière jour­née à la MC2 le dimanche 3 juin à 18 heures, puis de la deuxième jour­née le samedi 9 juin à l’Hexagone de Meylan. Les troi­sième et qua­trième jour­nées auront, elles, droit à deux repré­sen­ta­tions cha­cune : res­pec­ti­ve­ment à l’Amphidice les 15 et 16 juin, et au Théâtre muni­ci­pal de Grenoble les 22 et 23 juin.

 

Un moment de répétition du Soulier de satin © Théâtre Ensemble

Un moment de répé­ti­tion du Soulier de satin © Théâtre Ensemble

 

Sans oublier une repré­sen­ta­tion inté­grale des quatre jour­nées du Soulier de Satin le dimanche 1er juillet. Un moment intense à plus d’un titre : la repré­sen­ta­tion aura lieu de 11 heures du matin à minuit, au sein du Parc du domaine de Paul Claudel de Brangues (Nord-Isère), soit près de la tombe du poète… et ceci l’an­née célé­brant les 150 ans de sa nais­sance.

 

 

Faire entendre la langue de Claudel au plus grand nombre

 

Bertrand Petit espère à pré­sent que le public sera au ren­dez-vous. « Nous vou­drions que, dans la popu­la­tion, on sache le tra­vail que nous avons engagé depuis deux ans, parce que c’est une aven­ture sin­gu­lière et qu’elle a du sens ! », s’en­thou­siasme-t-il. Tout en pré­ve­nant : « L’objectif n’est pas de pré­sen­ter le nec plus ultra du spec­tacle. Il sera à notre mesure, avec les moyens que nous avons. »

 

Un tableau en salle de répétition qui résume toute la complexité du Soulier de satin de Claudel © Florent Mathieu - Place Gre'net

Un tableau en salle de répé­ti­tion qui résume toute la com­plexité du Soulier de satin de Claudel © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Une ode à Claudel autant qu’au théâtre ama­teur en somme, pour célé­brer une œuvre puis­sante par son ampleur, avec l’en­vie de faire entendre aux spec­ta­teurs la langue sans doute trop oubliée d’un auteur incon­tour­nable en son temps.

 

Des esprits cha­grins auraient pu pen­ser que la taille du défi allait avoir rai­son de la moti­va­tion des comé­diens. Il n’en fut rien. Preuve, comme l’é­crit Claudel lui-même en sous-titre de son Soulier de satin que « le pire n’est pas tou­jours sûr ».

 

 

Florent Mathieu

 

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
1674 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.