Coupe du Monde féminine 2019 : la Fédération française de football recrute des volontaires sur Grenoble

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

EN BREF – Le comité d’organisation de la Coupe du monde féminine de football 2019 était à Grenoble, mercredi 30 mai au matin, pour y présenter son programme de recrutement de volontaires. Ce sont pas moins de 250 bénévoles qui sont attendus pour participer à l’organisation de cet événement planétaire.

 

 

Lancement du programme de volontaires pour la Coupe du monde féminine 2019. Crédit photo : Samuel Ravier.

Lancement du pro­gramme de volon­taires pour la Coupe du monde fémi­nine 2019. © Samuel Ravier.

J‑377. Dans à peine plus d’un an, le 11 juin 2019 pré­ci­sé­ment, sera donné le coup d’en­voi du pre­mier match de la Coupe du monde fémi­nine de foot­ball, qui se dérou­lera en France pour la pre­mière fois de l’his­toire de cette jeune com­pé­ti­tion.

 

Les vingt-quatre meilleures nations du globe s’af­fron­te­ront pen­dant un mois dans l’es­poir de suc­cé­der aux États-Unis, vain­queurs en 2015.

 

Non rete­nue lors de l’Euro de foot­ball en 2016, Grenoble compte cette fois parmi les neuf villes choi­sies pour accueillir des ren­contres du tour­noi. Cinq au total auront lieu au Stade des Alpes, dont un hui­tième de finale. Les dates pré­cises ne sont pas encore connues.

 

Parce qu’un évé­ne­ment comme la Coupe du monde ne s’or­ga­nise pas d’un coup de baguette magique, la Fédération fran­çaise de foot­ball lance un pro­gramme de recru­te­ment de volon­taires avec l’am­bi­tion d’en recru­ter deux mille cinq cents sur l’en­semble du ter­ri­toire fran­çais, dont deux cent cin­quante sur Grenoble.

 

 

Avoir dix-huit ans, être motivé et disponible

 

« Pour vous aussi, c’est le moment de briller » : le slo­gan de ce pro­gramme est accro­cheur. Il faut dire que la par­ti­ci­pa­tion des béné­voles est indis­pen­sable au dérou­le­ment serein de la com­pé­ti­tion, selon Ophélie David, la mar­raine du pro­gramme des volon­taires au pal­ma­rès déjà bien garni. Professionnelle de ski alpin, licen­ciée du club de l’Alpe d’Huez, elle fut notam­ment cham­pionne du monde en 2016. « Ces évé­ne­ments n’existent pas sans les béné­voles, qui sont le sque­lette de ces moments », explique-t-elle.

 

Lancement du programme de volontaires pour la Coupe du monde féminine 2019. Intervention d'Ophélie David, marraine du programme. Crédit photo : Samuel Ravier.

Lancement du pro­gramme de volon­taires pour la Coupe du monde fémi­nine 2019. Intervention d’Ophélie David, mar­raine du pro­gramme. © Samuel Ravier.

Les condi­tions requises pour deve­nir béné­vole sont peu res­tric­tives. Il suf­fit seule­ment d’être majeur au 1er mars 2019, d’être motivé et d’être dis­po­nible pour deux jour­nées de for­ma­tion au prin­temps 2019, puis pen­dant la durée de la Coupe du monde. Seule démarche à faire au préa­lable : dépo­ser sa can­di­da­ture via un for­mu­laire en ligne sur le site web de la Fifa.

 

« Nous vou­lons recru­ter des volon­taires qui res­semblent à nos ter­ri­toires et à l’en­semble de la popu­la­tion de Grenoble », pré­cise Juliette Vachon, res­pon­sable locale du pro­gramme. Étudiants, actifs, retrai­tés, amou­reux du GF38 ou pas­sion­nés de sports d’hi­ver sont autant de pro­fils espé­rés par les orga­ni­sa­teurs. « Il faut que ça repré­sente la diver­sité de la ville gre­no­bloise », abonde Romain Delieutraz, en charge du dis­po­si­tif au niveau natio­nal.

 

 

« On va vivre de grands moments »

 

Les tâches confiées aux béné­voles du tour­noi seront mul­tiples, de la logis­tique à la billet­te­rie en pas­sant par l’ac­cueil des médias ou les trans­ports. Au total, le comité d’or­ga­ni­sa­tion local pro­po­sera qua­rante mis­sions, répar­ties sur qua­torze sec­teurs. « Pour chaque pro­fil, on a un poste de volon­taire », reven­dique Juliette Vachon.

 

Lancement du programme de volontaires pour la Coupe du monde féminine 2019. Ettie, mascotte du Mondial, se promène rue Félix Poulat. Crédit photo : Samuel Ravier.

Lancement du pro­gramme de volon­taires pour la Coupe du monde fémi­nine 2019. Ettie, mas­cotte du Mondial, se pro­mène rue Félix Poulat. © Samuel Ravier.

Olivia Chabrol est la pre­mière volon­taire enga­gée sur Grenoble. Étudiante en mana­ge­ment du sport à l’Université Grenoble-Alpes, elle a vu dans le pro­gramme de volon­taires « une oppor­tu­nité unique qui ne se repré­sen­tera pas de pou­voir par­ti­ci­per à un évé­ne­ment mon­dial ».

 

Elle s’at­tend à gar­der « plein de sou­ve­nirs » de son été. Ophélie David, la mar­raine, est elle aussi opti­miste : « On va vivre de grands moments, par­ta­ger de grandes émo­tions. Après les hommes il y a vingt ans [réfé­rence à la vic­toire des Bleus lors de la Coupe du Monde 1998, ndlr.], je pense que c’est au tour des femmes de nous faire vibrer, crier, dan­ser, chan­ter. » On ne demande qu’à la croire.

 

 

Samuel Ravier

 

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
2748 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Bonsoir je suis une came­rou­naise volon­taire de la croix rouge came­rou­naise j’ai­me­rais être volon­taire pen­dant la coupe du monde fémi­nine quelle est la pro­cé­dure à suivre ? Merci

    sep article