Grenoble Fiertés change de braquet avec la Grenoble Pride Festival pour mobiliser au-delà du public LGBTQI

sep article



FOCUS – L’association Grenoble Fiertés organise quinze jours d’événements pour promouvoir la diversité et la tolérance envers la communauté LGBTQI. Autrefois Semaine des fiertés, l’événement s’appelle désormais Grenoble Pride Festival et a adopté une organisation nouvelle.

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Exit la Semaine des fier­tés. Place au Grenoble Pride Festival. Forte du suc­cès des trois pre­mières édi­tions (2015, 2016 et 2017), l’as­so­cia­tion Grenoble Fiertés a entre­pris de trans­for­mer de fond en comble la pro­gram­ma­tion et la mise en scène de cet évé­ne­ment des­tiné à la sen­si­bi­li­sa­tion aux com­bats de la com­mu­nauté LGBTQI (les­biennes, gays, bisexuels, trans­genres, queers et inter­sexes) et à la pro­mo­tion de la tolé­rance et de la diver­sité.

 

Jusque-là limité à une semaine, le Grenoble Pride Festival est deux fois plus long cette année. Il s’est ouvert le 26 mai par la Marche des fier­tés et se conclura le 9 juin par une soi­rée queer héber­gée dans la salle de concert L’Ampérage.

 

 

« L’affluence a dépassé nos attentes cette année »

 

L’objectif de ces mou­ve­ments ? Selon Léo Gattelier, pré­sident de Grenoble Fiertés, il s’a­git de « don­ner plus de visi­bi­lité aux évé­ne­ments du fes­ti­val », « d’en­vi­sa­ger un rayon­ne­ment régio­nal, et notam­ment alpin, en fai­sant par­ti­ci­per des artistes et mili­tants de Lyon, Annecy ou Genève » et, enfin, de « faire écho au mou­ve­ment inter­na­tio­nal des Prides » par l’u­ti­li­sa­tion de son voca­bu­laire.

 

L'association Grenoble Fiertés organise 15 jours d'événements avec la Grenoble Pride Festival, pour promouvoir la tolérance envers les LGBTQI. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Dans le cor­tège de la Grenoble Pride Festival 2018. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Manifestation de clô­ture des édi­tions pré­cé­dentes, la Marche des fier­tés qui s’est dérou­lée samedi a consti­tué un véri­table suc­cès pour les orga­ni­sa­teurs. « L’affluence a dépassé nos attentes cette année, avec deux mille per­sonnes contre mille sept cents selon nos pré­vi­sions les plus opti­mistes », se féli­cite Léo Gattelier. Le défilé s’est déroulé dans une ambiance joyeuse et fes­tive, mal­gré quelques débor­de­ments (voir enca­dré).

 

 

Permanences, expositions, lectures…

 

Pendant ces quinze jours, comme toute l’an­née, des mili­tants du centre LGBTQI de Grenoble et de l’as­so­cia­tion Rita (Ressort Intersexes et Trans de Grenoble) tiennent des per­ma­nences. Jeudi 7 juin, il s’a­gira d’ac­cueillir et de sou­te­nir des étran­gers per­sé­cu­tés dans leur pays en rai­son de leur orien­ta­tion sexuelle et venus cher­cher refuge en France. Or plu­sieurs asso­cia­tions accusent la loi asile et immi­gra­tion, votée à l’Assemblée natio­nale fin avril, de mettre leur vie en dan­ger.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Dans un registre plus léger, les orga­ni­sa­teurs du Grenoble Pride Festival ont aussi prévu moult évé­ne­ments didac­tiques ou ludiques autour de la ques­tion LGBTQI. Au bar La Bobine, une expo­si­tion de « natures vivantes » colo­rées inter­roge les sym­boles liées à l’i­den­tité de genre.

 

Le 31 mai, deux femmes liront à voix haute la cor­res­pon­dance entre deux hommes au sein de l’an­cienne mai­son Félix Viallet. L’œuvre, coécrite par Arthur Dreyfus et Dominique Fernandez, est une réflexion sur la place de l’ho­mo­sexua­lité dans notre société.

 

 

Ouverture au-delà du public LGBTQI

 

Pour les orga­ni­sa­teurs, le but est aussi d’é­lar­gir leur audience, de tou­cher un public moins sen­si­bi­lisé aux thèmes LGBTQI. C’est en ce sens qu’a été pen­sée la pro­gram­ma­tion du Grenoble Pride Festival. « En géné­ral, le public est encore majo­ri­tai­re­ment com­posé de per­sonnes LGBTQI, explique Léo Gattelier, mais nous pré­voyons des évé­ne­ments dans des lieux accueillant d’autres publics, comme La Bobine, La Basse-Cour ou encore La Passoire. Cela a pour objec­tif de sen­si­bi­li­ser le grand public à nos cultures. »

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Alors que le Parlement doit adop­ter une loi de révi­sion bioé­thique d’ici la fin de l’an­née, Grenoble Pride Festival se veut aussi un espace émi­nem­ment poli­tique. Au-delà de la dénon­cia­tion de l’ho­mo­pho­bie et la trans­pho­bie, les orga­ni­sa­teurs espèrent obte­nir plu­sieurs avan­cées pour la recon­nais­sance des droits des membres de la com­mu­nauté LGBTQI.

 

Accès à la pro­créa­tion médi­ca­le­ment assis­tée (PMA) pour toutes les femmes, sim­pli­fi­ca­tion du chan­ge­ment d’é­tat civil pour les per­sonnes trans­genre, arrêt des muti­la­tions des per­sonnes inter­sexes sans néces­sité médi­cale, ouver­ture du don du sang aux hommes gays aux mêmes condi­tions qu’aux hété­ro­sexuels… sont autant de leurs reven­di­ca­tions. Seront-elles enten­dues ? « Au vu des pre­mières actions d’Emmanuel Macron, l’es­poir demeure mince, comme tou­jours », lâche Léo Gattelier, amer.

 

Samuel Ravier

 

 

Le pro­gramme com­plet dense et riche est dis­po­nible sur le site web de l’é­vé­ne­ment.

 

 

Retour sur les incidents lors de la Marche des Fiertés

 

Aux abords du char et du bar La Vocalise, un inci­dent est venu trou­bler l’at­mo­sphère bon enfant de la Marche des fier­tés ce samedi 26 mai. Selon nos infor­ma­tions, la ten­sion est mon­tée lorsque le grand écran, qui dif­fu­sait des images des gay prides du monde entier, a retrans­mis celles du défilé à Tel-Aviv, en Israël.

 

Des membres du groupe « Trans” pédés gouines contre le pink­wa­shing et en soli­da­rité avec la Palestine » auraient alors tenté de débran­cher le dis­po­si­tif, au grand dam du pro­prié­taire du char, inquiet pour son maté­riel coû­teux. S’en sont sui­vis des heurts et des vio­lences, jus­qu’à ce que la police inter­vienne, comme on peut le voir dans cette vidéo tour­née par notre jour­na­liste sur place.

 


Reportage : Joël Kermabon

 

 

A la rentrée, (re)mettez-vous en selle en toute sécurité : Grenoble-Alpes Métropole compte plus de 450 km de pistes cyclables.
commentez lire les commentaires
2458 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.