Grenoble lance un appel à projets pour la prochaine Biennale des villes en transition

sep article

Notre indépendance c

FIL INFO – En amont de la prochaine Biennale des villes en transition, qui aura lieu en mars 2019, la Ville de Grenoble lance un appel à contributions aux personnes engagées dans une réflexion sur la question : acteurs économiques et sociaux, chercheurs, élus, citoyens… Objectif : valoriser les initiatives qui fleurissent dans l’agglomération.

 

 

Comme son nom l’in­dique, la Biennale des villes en tran­si­tion a lieu tous les deux ans – tou­jours à Grenoble. Le pro­chain ren­dez-vous est donc fixé au mois de mars 2019, après l’in­tense épi­sode média­tique qu’a­vait consti­tué la pre­mière édi­tion de cet évé­ne­ment, ima­giné par le maire éco­lo­giste de Grenoble Eric Piolle.

 

 

La Biennale des villes en tran­si­tion se pré­sente comme un moment d’é­change entre dif­fé­rentes métro­poles ayant engagé une tran­si­tion démo­cra­tique, envi­ron­ne­men­tale, éco­no­mique et sociale. Tables rondes, confé­rences, débats… Il s’a­git de mettre au jour et de par­ta­ger des idées inno­vantes et sin­gu­lières, avec la tran­si­tion sous toutes ses formes en ligne de mire.

 

Les villes sont donc à l’hon­neur de la ren­contre, qui leur sup­pose un rôle moteur dans la réponse aux défis du siècle nou­veau, aux pre­miers rangs des­quels le réchauf­fe­ment cli­ma­tique. De très nom­breuses métro­poles du monde entier avaient ainsi été invi­tées à l’é­di­tion 2017, à l’i­mage d’Oxford (Royaume-Uni), Quito (Équateur), Ouagadougou (Burkina Faso) ou Suzhou (Chine) pour ne citer qu’elles.

 

 

Un programme aussi riche qu’en 2017 ?

 

En 2017, Grenoble pou­vait se tar­guer de la pré­sence de figures célèbres comme Laurence Tubiana, négo­cia­trice en chef de la France pour l’ac­cord de Paris sur le cli­mat en 2015, ou encore Nicolas Hulot, que l’on ne pré­sente plus. Il faut dire que le ren­dez-vous était riche de dizaines d’é­vé­ne­ments orga­ni­sés sur quatre jours.

 

Présentation de la première édition de la Biennale "Villes en transition" à Grenoble, du 9 au 12 mars prochains © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

Présentation de la pre­mière édi­tion de la Biennale « Villes en tran­si­tion » à Grenoble © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

Dans l’es­poir de pro­po­ser un pro­gramme aussi varié en 2019, le Comité édi­to­rial de la Biennale des villes en tran­si­tion lance dès à pré­sent un appel à contri­bu­tions des­tiné aux acteurs éco­no­miques et sociaux, aux cher­cheurs, aux élus et aux citoyens enga­gés dans la réflexion sur la tran­si­tion. C’est ainsi que la Biennale espère valo­ri­ser les ini­tia­tives locales qui fleu­rissent dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise.

 

Vous pou­vez répondre à l’ap­pel à contri­bu­tion en rem­plis­sant un for­mu­laire sur le site web de la Ville de Grenoble. Attention ! La date butoir est fixée au 22 juin 2018.

 

SR

 

 

commentez lire les commentaires
2573 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Les éner­gies fos­siles sont amne­nées à dis­pa­raitre dans quelques dizaine d’an­nées . Notre éco­no­mie respo­sant sur le pétrole est en voie de dis­pa­ri­tion et le pétrole devien­dra de plus en plus cher comme on peut le consta­ter à la pompe… Il serait temps de trou­ver un nou­veau modèle repo­sant sur des éner­gies renou­ve­lables..

    sep article
  2. Avec les nou­veau bou­chons à gre­noble pas­sée de la 10ème à la 6ème place des villes les plus embou­teillées de france grâce à cvcm voulu par Piolle et sa majo­rité muni­ci­pale et métro­po­li­taine, ainsi que l’ex­plo­sion de la pol­lu­tion, on la voit bien la tran­si­tion.

    sep article