Deux rames de tram décorées pour le Street Art Festival, désormais métropolitain

sep article



FIL INFO – Quatre artistes ont pu s’emparer de deux rames de tramway en amont du Street Art Festival de Grenoble qui se tient du 1er juin au 1er juillet 2018. Organisé par le centre d’art Spacejunk, l’événement prend incontestablement de l’ampleur, notamment grâce au soutien croissant des collectivités locales.

 

 

Deux rames de tramway on été décorées par quatre artistes (Skio, MC Baldassari, Malpegados et Keblo) pour le Street Art Festival de Grenoble de 2018.Un des deux tramways décoré par les artistes © Emilan Tutot - placegrenet.fr

Un des deux tram­ways déco­rés © Emilan Tutot – placegrenet.fr

Le Street Art Festival de Grenoble, qui compte bien mettre la culture urbaine à l’hon­neur pour la qua­trième année de suite, ne cesse de prendre de l’am­pleur.

 

Et pour aider à en faire un fes­ti­val métro­po­li­tain et dépas­ser les limites de la seule ville centre, quel objet plus adé­quat que le réseau de trans­port en com­mun de l’ag­glo­mé­ra­tion ?

 

 

Un événement désormais de taille métropolitaine

 

En 2017 déjà, une rame de tram­way avait été peinte par Nasde et Etien”. Cette année, ce sont deux rames qui ont été mises à la dis­po­si­tion de quatre artistes Street Art. Skio, MC Baldassari, Malpegados et Keblo n’ont eu que deux jours pour recou­vrir cha­cun la façade d’un tram­way long de qua­rante-quatre mètres. Les rames sur les­quelles ils ont pu lais­ser libre cours à leur ima­gi­na­tion ont été pré­sen­tées ce lundi 28 mai au centre de main­te­nance de la Sémitag.

 

 

Porté et orga­nisé par le centre d’art et réseau asso­cia­tif Spacejunk, le pro­jet, déjà sou­tenu par la Ville de Grenoble, béné­fi­cie cette année entre autres de l’ap­pui de Grenoble-Alpes métro­pole, du Syndicat mixte des trans­ports en com­mun (SMTC) et de la Société d’é­co­no­mie mixte des trans­ports publics de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise (Sémitag).

 

 

Un moyen de « promener l’art dans l’espace public »

 

Cette démarche artis­tique est un excellent moyen pour « pro­me­ner l’art dans l’es­pace public et faire le lien entre les dif­fé­rents espaces de cette métro­pole », affirme Francie Mégevand, vice-pré­si­dente du conseil métro­po­li­tain délé­guée à la culture et l’é­du­ca­tion et maire d’Eybens.

 

Skio, l'un des quatre artistes, signant son oeuvre © Emilan Tutot - placegrenet.fr

L’artiste Skio signant son œuvre © Emilan Tutot – placegrenet.fr

Et si l’en­goue­ment autour du fes­ti­val ne cesse de croître, le pre­mier à s’en réjouir est Jérôme Katz, fon­da­teur et direc­teur de Spacejunk. Selon lui, la métro­pole a été plus pré­sente et s’est impli­quée de manière plus ambi­tieuse encore dans le Street Art Festival cette année. En plus de Grenoble, Saint-Martin-d’Hères, Pont-de-Claix et Fontaine sont ainsi aujourd’­hui offi­ciel­le­ment par­te­naires du fes­ti­val.

 

La 4e édi­tion du Grenoble Street Art Festival ras­sem­blera une soixan­taine d’ar­tistes. Il aura lieu du 1er juin au 1er juillet 2018 à Grenoble, Fontaine, Saint-Martin‑d’Hères, en par­ti­cu­lier sur le cam­pus.

 

ET

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2669 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.