Une partie du quartier des Eaux-Claires va passer en stationnement payant

sep article



EN BREF – À partir du 18 juin 2018, le nord du quartier des Eaux-Claires passera au stationnement payant. Cette décision a été prise de concert par les habitants, l’union de quartier et la mairie, les résidents y voyant un certain nombre d’avantages. Sa mise en œuvre soulève cependant la question des reports.

 

 

Des agents de stationnement dans les rues de Grenoble. © Léa Raymond - placegrenet.fr

À par­tir du 18 juin, le sta­tion­ne­ment dans le nord des Eaux-Claires sera payant. © Léa Raymond – placegrenet.fr

La nou­velle ne va sans doute pas faire plai­sir à tout le monde : à par­tir du 18 juin le sta­tion­ne­ment dans le nord des Eaux-Claires sera payant. Et bien que l’ins­tal­la­tion du maté­riel n’ait pas encore com­mencé, tout devrait être en place à temps.

 

Suivra une « période de sen­si­bi­li­sa­tion » de deux semaines, pré­cise Lætitia Lemoine, adjointe au sec­teur 3. Les agents de sta­tion­ne­ment se conten­te­ront alors de rap­pe­ler que le quar­tier est passé en zone payante. Puis le prix à payer pour un sta­tion­ne­ment illé­gal sera de 35 euros.

 

 

Une décision qui fait suite à un long processus

 

Cette déci­sion a été prise de concert par les habi­tants, l’u­nion de quar­tier et la mai­rie, suite à des pro­blèmes de sta­tion­ne­ment qui remontent à plus de dix ans, d’a­près Robert Darves-Blanc, ex-pré­sident de l’Union des habi­tants des Eaux-Claires (Udhec)

 

À l’é­poque, lorsque la rue Louis le Cardonnel était pas­sée au sta­tion­ne­ment payant, l’Udhec avait déjà demandé à ce que le quar­tier y passe éga­le­ment. Il n’a­vait pas obtenu gain de cause. Aujourd’hui, c’est chose faite et il a été décidé que le quar­tier pas­se­rait en zone verte (favo­ri­sant le sta­tion­ne­ment des rési­dents et le sta­tion­ne­ment de longue durée).

 

Des membres de l'UDHEC et leur présidente Aline Medina, avec Laeticia Lemoine (adjointe au Secteur 3) et Jacques Wiart (conseiller municipal délégué aux Déplacements et à la Logistique urbaine). © Emilan Tutot - Place Gre'net

Des membres de l’Udhec et leur pré­si­dente Aline Medina, avec Lætitia Lemoine, adjointe au sec­teur 3, et Jacques Wiart, conseiller muni­ci­pal délé­gué aux Déplacements et à la Logistique urbaine. © Emilan Tutot – Place Gre’net

Ce sont les habi­tants du quar­tier eux-mêmes qui ont fait connaître à l’Udhec leur désir de pas­ser au sta­tion­ne­ment payant.

 

Car c’est un fait acquis pour tous : ce chan­ge­ment per­met­tra de réduire le nombre de véhi­cules tam­pons dans la zone, lais­sant ainsi aux rési­dents plus de place pour se garer. Finalement, l’Union des Habitants des Eaux-Claires, après avoir inter­rogé les habi­tants et com­mer­çants s’est adres­sée à la mai­rie, qui les a enten­dus.

 

 

Un moyen d’assurer une présence policière accrue dans le quartier

 

Certains rési­dents voient éga­le­ment dans ce chan­ge­ment un moyen comme un autre d’as­su­rer une pré­sence poli­cière plus fré­quente dans le quar­tier. Les membres de l’Udhec, dont la pré­si­dente Aline Medina, espèrent ainsi que les agents du sta­tion­ne­ment en ser­vice pour­ront avoir un œil sur le quar­tier quand « il s’y passe quelque chose de dif­fi­cile ». Pour Robert Darves-Blanc, c’est un des avan­tages du pas­sage en zone verte : le quar­tier, par­fois sujet à cer­tains troubles, sera sans doute plus agréable à vivre.

 

Zone verte de stationnement payant à compter du 18 Juin 2018. © Emilan Tutot - Place Gre'net

Zone verte de sta­tion­ne­ment payant à comp­ter du 18 Juin 2018. © Emilan Tutot – Place Gre’net

Reste que cette déci­sion pour­rait juste repous­ser le pro­blème… Les membres de l’Union des habi­tants des Eaux-Claires le disent eux-mêmes, le report est inévi­table. Un exemple de cir­cons­tance l’illustre : depuis que la zone située au nord du bou­le­vard Joseph-Vallier est pas­sée en sta­tion­ne­ment payant, le nombre de voi­tures tam­pons dans les Eaux-Claires a inexo­ra­ble­ment aug­menté.

 

Il est donc fort pro­bable que le pas­sage en zone verte per­mette aux rési­dents de trou­ver des places plus faci­le­ment mais qu’au contraire cela soit encore plus dif­fi­cile pour ceux des rues adja­centes.

 

Si les reports ne font aucun doute, leur ampleur en revanche est dif­fi­cile à éva­luer. Pour répondre à cette ques­tion et ten­ter de palier le pro­blème, des éva­lua­tions seront mises en place, indique Jacques Wiart, conseiller muni­ci­pal délé­gué aux Déplacements et à la Logistique urbaine. Elles auront lieu dans le sec­teur et sa péri­phé­rie, et ce dès le mois d’oc­tobre, soit après les vacances d’été et la ren­trée des classes.

 

Emilan Tutot

 

 

Nouveaux tarifs à compter du 18 juin 2018

 

Stationnement gra­tuit : de 12 heures à 14 heures, et de 19 heures à 9 heures

Tarifs pour les rési­dents : 12 euros par mois, 9 euros par semaine ou 3 euros par jour

Tarif pour les visi­teurs : 1,50 euros par heure pour les trois pre­mières heures, 9,50 euros pour huit heures

 

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
4657 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. J” habite une des rares rues non payantes et on me refuse le ticket résident sous pre­texte que ma rue est gra­tuite ! C’est un scan­dale car il n’y a jamais de places et je passe des heures a cher­cher des places gra­tuites ! Le ser­vice de la mai­rie et les par­king se ren­voient la balle, et moi je suis au milieu comme une conne dans l’im­pos­si­bi­lité de résoudre le fait qu’on me refuse de pos­sé­der un ticket résident…

    sep article
  2. Comme le dit cette article, le soit disant pro­blème de voi­ture trom­pons sera sim­ple­ment déplacé…

    Étant moi même pro­prié­taire dans ce quar­tier, je n’ai jamais eu de convo­ca­tion à ce sujet.

    Je suis tota­le­ment contre de payer 12€/mois pour pou­voir sta­tion­ner en bas de chez moi, d’au­tant plus que ce n’est pas une zone com­mer­çante.

    C’est une honte pour la ville de Grenoble, qui cherche sim­ple­ment à se faire de l’argent et ne cherche pas de réel solu­tion au pro­blème de fond !

    En atten­dant, le quar­tier est tou­jours peut éclai­rer, et les routes dans un état pitoyable (nid de poule, déchets…)
    En espé­rant, que l’argent récol­ter de la faudre per­met­tra de finan­cer cela.

    sep article
  3. C’est scan­da­leux de nous faire payer une place de sta­tion­ne­ment au lycée les eaux claires que les parents n’ont plus accès gra­tuit de dépo­ser leurs enfants au lycée les eaux claires ( inter­nat, réunions sco­laires , réunions péda­go­giques pour les lycéens han­di­ca­pés , etc…), vous vous réjouis­sez pour votre place parce que vous habi­tez dans ces lieux, je consi­dère vos actes dis­cri­mi­na­toires et égoïstes du quar­tier!… je suis moi même parent d’un élève han­di­capé 80% et je n’ha­bite pas à Grenoble , honte à vous !!.
    il serait plus intel­li­gent de créer un par­king réservé pour le lycée , que les parents des élèves sco­la­ri­sés dans ce lycée obtiennent un badge d’accès gra­tuit et non pour les rési­dents qui ont affaire ailleurs .

    sep article
  4. Excellente nou­velle. Dommage que ce sta­tion­ne­ment payant ne concerne pas tout le quar­tier des Eaux Claires .

    sep article
  5. Heu pré­sence poli­cière des employé d’une société pri­vée met­tant des PV de sta­tion­ne­ment ?
    Vous rigo­lez !
    On a vu ce que ça donne à Paris. Pas de rai­son qu’il en soit autre­ment à Grenoble.

    sep article
    • Oú avez-vous vu qu’il s’agirait d’une société pri­vée ? À Grenoble le contrôle du sta­tion­ne­ment est fait par des agents publics. Pas de chan­ge­ment pour ce sec­teur.

      sep article