Un concurrent de la Chartreuse Terminorum en 2017. © Erik Sampers

Benoît Laval : « Finir la Chartreuse Terminorum, ce n’est pas surhumain »

Benoît Laval : « Finir la Chartreuse Terminorum, ce n’est pas surhumain »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

ENTRETIEN – Jeudi 31 mai, quarante coureurs s’élanceront de la Dia, une commune de Saint-Pierre-de-Chartreuse, à l’assaut de la Chartreuse Terminorum. C’est la deuxième édition de cette course de 300 kilomètres sans balisage ni assistance, à boucler en 80 heures maximum. Benoît Laval, fondateur et dirigeant de la société Raidlight, assure que même si « cela doit rester l’exception », terminer l’épreuve est possible.

 

 

LA COURSE À PIED, UNE PASSION DONT BENOÎT LAVAL A FAIT SON MÉTIER

 

Benoît Laval a débuté la course à pied en com­pé­ti­tion à l’âge de dix ans. Tout au long de son ado­les­cence, il pra­tique le demi-fond – 800 m, 1 500 m, 3 000 m steeple – et par­ti­cipe à des cross.

 

Benoît Laval, fondateur de Raidlight, un des organisateurs de la Chartreuse Terminorum. © Laurent Genin

Benoît Laval, fon­da­teur de Raidlight, un des orga­ni­sa­teurs de la Chartreuse Terminorum. © Laurent Genin

« Déjà à ce moment-là, j’aimais bien quand c’était plus long, boueux et com­pli­qué », confie-t-il.

 

À vingt ans, il s’aligne sur son pre­mier mara­thon qu’il boucle en deux heures qua­rante-huit minutes. Une expé­rience qui lui plaît et lui donne envie de continuer.

 

Deux ans plus tard, il réa­lise une autre per­for­mance. « À rai­son de trente à qua­rante kilo­mètres par jour pen­dant trois semaines, j’ai tra­versé les Pyrénées en cou­rant. » S’il habite à l’époque en région pari­sienne et étu­die à Lille, les som­mets l’attirent. « J’aimais pas­ser mes vacances en mon­tagne, été comme hiver. » Un ter­rain de jeu idéal pour exer­cer sa passion.

 

Le succès Raidlight

 

Après ses études, ingé­nieur tex­tile, il recherche un emploi qui pour­rait se rap­pro­cher du sport. Il le trouve à Saint-Étienne. « Ma mis­sion était de conce­voir des sacs à dos, des tentes, des sacs de cou­chage pour des grandes marques de pro­duits de sport », explique-t-il. « Ayant sous la main des tis­sus, des usines, des machines à coudre, tout ce savoir-faire et en tête d’avoir des sacs à dos plus légers, des vête­ments avec plus de poches et plus légers, j’ai adapté les pro­duits. J’en ai fait pour moi, j’ai créé des pro­to­types. »

 

L'entreprise Raidlight à Saint-Pierre-de-Chartreuse. © Laurent Genin

L’entreprise Raidlight à Saint-Pierre-de-Chartreuse. © Laurent Genin

Il décide alors de les vendre, pen­sant que d’autres per­sonnes pour­raient être inté­res­sées. Voici com­ment est née l’entreprise Raidlight en 1999. « Nous avons com­mencé de zéro avec des ambi­tions modestes et réduites. Aujourd’hui, nous avons cin­quante-cinq sala­riés à Saint-Pierre-de-Chartreuse et réa­li­sons 9 mil­lions d’euros de chiffre d’affaires. »

 

Ancien membre de l’équipe de France de trail

 

En paral­lèle de la créa­tion de sa société, Benoît Laval, qui s’est mis au trail en 1998, par­ti­cipe au Grand Raid de la Réunion. Une épreuve où, en sept par­ti­ci­pa­tions, il ter­mi­nera notam­ment deuxième, qua­trième et cin­quième. Il finira aussi dans les dix pre­miers au Marathon des Sables.

 

Ancien membre de l’équipe de France de trail, le qua­dra­gé­naire effec­tue depuis dix-huit ans une dizaine de courses par an. « Sur tous les conti­nents et de tous les for­mats », pré­cise-t-il, « que ce soit la mon­tée de la tour Eiffel en cou­rant ou un 400 km dans le désert de Gobi. » Depuis l’année der­nière, Benoît Laval est un des orga­ni­sa­teurs de la Chartreuse Terminorum, course de 300 km, décli­nai­son en France de la Barkley.

 

 

Place Gre’net – Qu’est-ce qui vous a incité à lancer la Chartreuse Terminorum, course de 300 km dont la première édition a eu lieu en 2017 ?

 

Benoît Laval : Je pré­cise en pre­mier lieu que je ne suis pas le seul orga­ni­sa­teur. Nous sommes quatre amis : Cédric, Emmanuel, Nicolas et moi. Nous habi­tons à Saint-Pierre-de-Chartreuse, connais­sons et aimons pro­mou­voir la Chartreuse.

 

La Chartreuse Terminorum entre histoire et sport. © Erik Sampers

La Chartreuse Terminorum entre his­toire et sport. © Erik Sampers

Personnellement, j’organise des courses depuis vingt-cinq ans. En orga­ni­ser une dans le style de la Barkley, ça m’a inté­ressé. La Barkley est répu­tée comme la course la plus dif­fi­cile, com­por­tant le plus de déni­velé. [Elle se déroule dans une forêt du Tennessee, 160 km sont à par­cou­rir en 60 heures maxi­mum, ndlr]. Il y a eu quinze “fini­shers” [concur­rents qui l’ont ter­mi­née] en trente-trois ans. J’ai moi-même par­ti­cipé à la Barkley pour la troi­sième fois cette année. Je ne l’ai jamais finie.

 

Ce concept de course était inté­res­sant et puis, en Chartreuse, nous avions un ter­rain de jeu qui conve­nait, avec une his­toire à racon­ter autour du monas­tère. Faire un par­cours avec énor­mé­ment de déni­velé et en peu de kilo­mètres, la Chartreuse s’y prête parfaitement.

 

"Laz", l'organisateur de la Barkley, avait donné le départ de la première édition de la Terminorum en 2017. © Erik Sampers

« Laz », l’or­ga­ni­sa­teur de la Barkley, avait donné le départ de la pre­mière édi­tion de la Terminorum en 2017. © Erik Sampers

Après ma pre­mière Barkley, j’en ai parlé à “Laz”, l’organisateur. Il était enthou­siaste. Nous l’avons invité à venir visi­ter la Chartreuse. Cela lui a plu. Il nous a dit : “conti­nuez !”

 

La Terminorum n’est pas une filiale de la Barkley. Il n’y a aucun contrat, rien de finan­cier, de juri­dique. C’est un par­rai­nage bien­veillant. L’année der­nière, “Laz” est venu don­ner le départ. Ça lui a fait plai­sir de regar­der les cou­reurs aban­don­ner les uns après les autres, de se pas­sion­ner pour la course comme il se pas­sionne pour la Barkley.

 

Cette année, il ne sera pas pré­sent mais il a une très bonne excuse. Il tra­verse les États-Unis à pied. Un périple de 5 500 km. Il compte mettre quatre mois pour effec­tuer ces 5 500 km. Il est parti le 10 mai de Newport, une ville à côté de Boston, à l’Est, pour rejoindre un autre Newport, au sud de Portland, côté Pacifique.

 

 

Quelles sont les similitudes et les différences entre la Barkley et la Chartreuse Terminorum ?

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 61 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laurent Genin

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

La Chartreuse Terminorum, course la plus dure de France, de retour le 31 mai dans le massif

Ultra-trail hors norme de 300 kilomètres avec 25 000 mètres de dénivelé positif, la Chartreuse Terminorum revient pour sa deuxième édition à partir du 31 mai dans la forêt Lire plus

Défi relevé pour la 2e édition de la course des garçons de café à Grenoble !

REPORTAGE VIDÉO - Ambiance festive et bon enfant pour la deuxième édition de la Course des garçons de café qui avait lieu ce mercredi 27 Lire plus

La course d’orientation nocturne Run from the dead s'est déroulée au parc de l’Ile d’amour à Meylan samedi le 24 juin. ©Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net
Run from the dead : les coureurs ont tenté d’échapper aux zombies dans le parc de l’Île d’amour

DIAPORAMA PHOTO - Zombies et survivants ont investi le parc de l’Île d’amour à Meylan, à l’occasion d’une course d’orientation Run from the dead, samedi Lire plus

La Chartreuse Terminorum course à pied de 300 km dans le massif de la Chartreuse à parcourir en 80 heures maximum. Photo DR
Aucun concurrent n’a réussi à boucler la terrible Chartreuse Terminorum

Sur les 36 participants à cette première édition de la Chartreuse Terminorum, ultra-trail de 300 kilomètres et 23 000 mètres de dénivelé positif, aucun n'est parvenu à terminer cette épreuve Lire plus

Chambéry accueille le samedi 13 mai, la 11è édition d'Odysséa : une course contre le cancer du sein. @ Odysséa
Chambéry accueille la course Odysséa le 13 mai pour soutenir la lutte contre le cancer du sein

Pour cette 11e édition d’Odysséa, Chambéry attend 11 000 coureurs vêtus de l’emblématique tee-shirt rose dans le parc du Verney, le samedi 13 mai. Placée sous le signe Lire plus

Le vendredi 23 juin aura lieu l'événement Kart à l'aveugle : une course de kart en binôme, avec une personne malvoyante ou aveugle et une personne valide.
Premier grand prix de kart pour malvoyants et aveugles, à Crolles le 23 juin

L’Association sportive du Commissariat à l’énergie atomique et STMicroelectronics Grenoble (AS CEA/ST) organise, le 23 juin prochain, un grand prix de karting pour malvoyants et Lire plus

Flash Info

|

19/10

19h14

|

|

19/10

18h03

|

|

19/10

15h11

|

|

19/10

10h35

|

|

19/10

9h26

|

|

18/10

18h56

|

|

18/10

11h04

|

|

17/10

22h06

|

|

16/10

22h21

|

|

16/10

14h42

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin