Conseil municipal de Grenoble : les oppositions dénoncent un ordre du jour creux

sep article

FOCUS – Les 79 délibérations à l’ordre du jour du conseil municipal de Grenoble, ce lundi 14 mai, laissent dubitatifs les groupes d’opposition municipale. Certains dénoncent le manque d’ampleur des sujets abordés, d’autres des délibérations essentiellement techniques, quand les derniers disent rester sur leur faim. La majorité se félicite, quant à elle, de présenter des délibérations « allant dans le sens de la ville durable, solidaire, émancipatrice et citoyenne ».

 

 

Bancs de la majorité. Conseil municipal de Grenoble. ©JOël Kermabon - Place Gre'net

Bancs de la majorité, conseil municipal de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Lorsque l’on regarde les thèmes qui sont proposés à travers les délibérations de ce prochain conseil municipal, on se dit que les sujets se tarissent. Pas de délibération porteuse ou stratégique ! », résume Marie-José Salat, conseillère municipale du groupe Rassemblement de gauche et de progrès.

 

« On a bien, ici ou là, quelques délibérations importantes mais, globalement, ce sont des délibérations essentiellement techniques. » Voilà qui donne le ton. Et, une fois n’est pas coutume, le ressenti sur l’ordre du jour du conseil municipal de Grenoble de ce lundi 14 mai fait consensus au sein des oppositions municipales, toutes sensibilités confondues.

 

Le son de cloche n’est bien sûr pas le même du côté de la majorité, laquelle met en avant plusieurs délibérations afférentes à la politique de la ville, à l’aménagement urbain et à la culture « allant dans le sens de la ville durable, solidaire, émancipatrice et citoyenne ».

 

 

« Quand ils ouvrent la bouche, ils leur tombent dessus ! »

 

Outre le manque de délibération “phare” à l’ordre du jour qu’elle regrette, Marie-José Salat lance une attaque tous azimuts. Cette dernière pointe notamment le « comportement méprisant » de certains élus envers ceux du groupe “dissident” Ensemble à gauche, composé de Guy Tuscher et de Bernadette Richard-Finot.

 

Marie-José Salat. Conseil municipal de Grenoble. 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Marie-José Salat, conseil municipal de Grenoble, 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

« Non seulement, quand ils ouvrent la bouche, ils leur tombent dessus, mais on s’aperçoit aussi que certains directeurs de service le font aussi », s’indigne Anouche Agobian, considérant « qu’étant élus, ils ont le droit de s’exprimer ».

 

Des comportements, estime le groupe, qui ne font que se confirmer en dehors du conseil municipal.

 

Les élus de gauche en veulent pour preuve le clash récemment survenu lors de l’assemblée générale de l’Union des habitants du centre-ville (UHCV). Ou encore l’absence de certains élus lors des commissions – hors commission ressources – alors qu’ils sont concernés au premier chef, fustige Marie-José Salat, qui n’hésite pas à dénoncer une ambiance de travail et un « climat pesant ».

 

 

Un ordre du jour « fictif et responsable » en forme de clin d’œil

 

Les élus de l’opposition de gauche regrettent le manque d’évaluation des politiques mises en œuvre depuis quatre ans, l’absence de débats sur la sécurité, les politiques sociales… Ils dénoncent, entre autres, l’inconsistance des premières délibérations du conseil municipal (CM), où l’on retrouve d’habitude des sujets d’importance. À ce titre, le groupe s’est même fendu « en forme de clin d’œil » d’un « ordre du jour fictif et responsable », comportant des délibérations sur des sujets qu’il estime « utiles aux Grenoblois ».

 

Rassemblement de gauche et de progrès. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Rassemblement de gauche et de progrès. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Marie-José Salat insiste : « De quoi devrions-nous parler aujourd’hui à la Ville de Grenoble, compte tenu des préoccupations des administrés ? » Va s’ensuivre une lecture commentée des différents items à l’ordre du jour fictif. Bref, de tout ce dont on aurait dû débattre en priorité en lieu et place d’un programme jugé bien maigrelet.

 

 

« Il n’y a pas dans ce conseil municipal beaucoup de sujets d’ampleur municipale »

 

Du côté de la droite, on chante à l’unisson ou presque. « Bien qu’il y ait quelques délibérations importantes, il n’y a pas dans ce CM beaucoup de sujets d’ampleur municipale », regrette ainsi Matthieu Chamussy, le président du groupe Les Républicains – UDI et Société civile. Néanmoins, l’élu entend bien intervenir, au cours de ce conseil, sur la délibération 14 concernant la fixation des tarifs pour l’enlèvement des déchets abandonnés sur le territoire de Grenoble, mais en l’élargissant au thème de la propreté.

 

Matthieu Chamussy. Conseil municipal de Grenoble. 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Matthieu Chamussy, conseil municipal de Grenoble, 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Matthieu Chamussy critique « une forme d’abandon, de délaissement de l’espace public ». Et enfonce le clou : « Voir Éric Piolle, au bout de quatre ans, sonner la mobilisation générale, ça résonne comme un aveu d’échec », déclare l’élu, qui se rappelle d’une récente déclaration du maire lors d’une opération menée avec les agents de la propreté urbaine.

 

 

commentez lire les commentaires
2355 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Alala,
    peut être un jour Madame SALA sera rattrapée par l’appel d’offre de la gestion des temps de la ville de Grenoble (pointeuse), l’attribution du marché et surtout les notes techniques aux différents soumissionnaires qui tendent à souligner soit une appréciation hazardeuse (ce que je ne peux imaginer) soit un certain « partit pris ». Certains se souviennent encore que c’est elle qui était responsable et qui même est venu qq minutes voir une soutenance. Et peut etre qu’en creusant on s’apercevra que les notes sont « étranges », un produit client serveur mieux noté techniquement que des produits « full web », mais ceci est ancien et tout le monde a gardé le silence.

    sep article
  2. Quelles sont les 79 points à l’ordre du jour du conseil municipal de ce soir ?
    Il faut aller les chercher là :
    http://www.grenoble.fr/agenda/7588/38-conseil-municipal-14-mai-2018.htm?periode=97141
    et cliquer sur le lien, car ce qui aurait dû être des liens dans le texte ne marche pas.
    Il est vrai que c’est technique, et alors ? ce n’est pas le foutoir, ils sont ordonnés par thèmes.
    Quant à l’ordre du jour « fictif et responsable » de l’opposition, j’ai bien ri en lisant le 12e point : « Affichage et recettes publicitaires : Marché Decaux – rétablissement des colonnes Morris et
    sucettes publicitaires. » Elle croit que ça va passer ? la ville n’est pas plus belle sans les affreuses publicités, les panneaux immenses en plein milieu des trottoirs ?
    Oui, ce sont deux visions qui s’opposent … on verra aux prochaines élections qui l’emportera.

    sep article
    • D’accord avec vous pour le retrait des « sucettes » publicitaires, mais j’aurais au moins gardé les colonnes Morris. Cela aurait évité de dépenser du temps et de l’argent pour concevoir de nouvelles colonnes, lesquelles me font systématiquement penser au logo du NPA, avec leurs hauts-parleurs agressifs… Les colonnes traditionnelles s’inséraient parfaitement dans l’espace public…

      sep article