Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Campus de Grenoble : les étudiants bloqueurs disent craindre des attaques armées de « groupes fascisants »

sep article

FIL INFO – Les opposants au Plan étudiants du gouvernement disent craindre sur le campus de Saint-Martin-d’Hères des attaques violentes et armées de la part de « groupes fascisants ». Réunis dans la nuit du dimanche 13 au lundi 14 mai devant le bâtiment occupé du Centre de langue vivante, les militants ont appelé la présidence de l’UGA à dénoncer les violences et à mettre fin à une « communication mensongère ».

 

 

« Nous répondrons à la violence par le nombre », clame dans un communiqué le Comité de mobilisation des étudiants contre la loi Ore (Orientation et réussite des étudiants). La violence ? Les auteurs du texte mentionnent la présence à Grenoble de « groupes fascisants » opposés aux blocages sur le campus. Des groupes, affirment les militants, qui prévoiraient « de s’armer pour attaquer les étudiants ».

 

 

C’est pourquoi le Comité contre le Plan étudiant du gouvernement appelait « l’ensemble des personnes et des organisations souhaitant condamner ces violences » à se réunir durant la nuit du dimanche 13 au lundi 14 mai devant le Centre de langue vivante (CLV) du campus de Saint-Martin-d’Hères. Une centaine de personnes étaient présentes devant le bâtiment universitaire occupé, nous indique une membre du syndicat Solidaires étudiants.

 

Les étudiants bloqueurs dénoncent la « communication mensongère » de l’UGA

 

Objectifs du rassemblement ? Dénoncer « la violence de ces groupes », mais également les récentes interventions policières sur le campus, qui « favorisent ce climat d’une extrême violence ». Les étudiants demandent également à la présidence de l’Université Grenoble-Alpes (UGA) de condamner publiquement les attaques, et « de cesser d’attiser ces violences par une communication mensongère et le recours à la répression ».

 

Le centre de langue vivante occupé sur le campus de Saint-Martin-d'Hères © Giovanna Crippa - Place Gre'net

Le centre de langue vivante occupé sur le campus de Saint-Martin-d’Hères © Giovanna Crippa – Place Gre’net

 

« Les étudiant(e)s mobilisé(e)s subissent depuis plusieurs semaines déjà ces attaques », écrit encore le Comité. Avant d’évoquer les incendies contre les jardins autogérés présents sur le campus, ou encore les actions menées de nuit par des étudiants opposés aux blocages. Des opposants qui, pour leur part, renvoient les accusations de violence sur les bloqueurs eux-mêmes, évoquant des jets de projectiles et même l’usage de battes de base-ball.

 

FM

 

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
2225 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Ne pas être d’accord et user de la violence pour arriver à ses fins n’est justifiable que quand on est de gauche, sinon c’est du fascisme.
    J’ai bon?

    sep article
  2. N’importe quoi!!!
    Cette extrême gauche chouineuse qui hurle au loup est insupportable.

    sep article