Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

L’adjoint à la démocratie locale de Grenoble nommé à la Commission nationale du débat public

sep article

FIL INFO – L’adjoint à la démocratie locale à la ville de Grenoble, Pascal Clouaire, a été nommé membre de la commission nationale du débat public dans une relative discrétion. Il faut dire que le contexte n’est pas très favorable : le dispositif grenoblois d’interpellation et de votation citoyenne – dont le préfet de l’Isère demande l’annulation – risque fort de se faire retoquer par la justice.

 

 

Pascal Clouaire. Conseil municipal de Grenoble. 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Pascal Clouaire, conseil municipal de Grenoble, 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Pascal Clouaire, adjoint à la démocratie locale à la ville de Grenoble, a été nommé par décret membre de la commission nationale du débat public, le 20 mars dernier. La CNDP est une autorité administrative indépendante qui, saisie sur les projets de plus de 300 millions d’euros, est chargée d’organiser un débat public et de donner son avis.

 

L’adjoint à la ville de Grenoble rejoint le groupe des six élus locaux qui composent la commission, aux côtés d’élus nationaux, de membres du Conseil d’État, de la Cour de cassation, de la Cour des comptes, des juridictions administratives ou de représentants d’associations de protection de l’environnement.

 

Une nomination, par ailleurs très discrète – la municipalité ne s’étant fendue d’aucun communiqué – qui tombe alors que la ville de Grenoble a été déférée par le préfet de l’Isère devant la justice. Le représentant de l’État réclame en effet que soit annulé le dispositif d’interpellation et de votation citoyenne, avec toutes les chances de voir ce dispositif tomber à l’eau, le rapporteur public – dont les conclusions sont en général suivies par le tribunal administratif – ayant donné raison au préfet de l’Isère.

 

 

Le Center parcs de Roybon et le réaménagement de l’A480 exempté de débat public…

 

La CNDP est présidée depuis le 20 mars par l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, Chantal Jouanno, que l’on n’a guère entendue sur deux récents projets en Isère.

 

Tout d’abord, le Center parcs de Roybon, dont le budget de 387 millions d’euros entraînait automatiquement la saisine de la commission, a été dispensé de débat public. Depuis une jurisprudence du Conseil d’État du 28 décembre 2005, ce n’est en effet plus le coût total du projet qui est pris en compte, mais uniquement le coût des bâtiments et infrastructures, en excluant le coût des équipements dont les bâtiments sont dotés…

 

Plus récemment, c’est le projet d’aménagement de l’A480 qui a échappé à la CNDP et ce faisant au débat public. Le projet porté et financé par Area en a été exempté par un décret du 25 avril 2017 signé de la main de Manuel Valls.

 

 

PC

 

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
1986 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. je dis félicitation ! Et je ne suis pas toujours d’accord avec Clouaire, mais franchement en matière de democratie ca avance au niveau des grands dispositifs ! Au niveau des consultations en urbanisme c’est une autre affaire !

    sep article
  2. La classe Pascalou !

    sep article
  3. Au moins, lui il essaie d’innover, même si ce n’est pas parfait.

    sep article
  4. On peut dire ce qu’on veut mais c’est une reconnaissance nationale. Bravo ! Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain.

    sep article
  5. Encore un comité Théodule auquel il va falloir demander des comptes.

    sep article
  6. Un anti démocrate qui crée les conditions du baillonement public avec un faux et trompeur dispositif d’interpellation et de votation citoyenne, nommé à la commission nationale du débat public, on marche sur la tête.

    sep article