Mobilisation contre la loi Vidal : nouveau blocage de la galerie des amphis et partiels annulés à Grenoble

sep article



FOCUS – Après les violences policières survenues lundi à l’Université Grenoble-Alpes, les étudiants mobilisés contre loi Vidal ont de nouveau bloqué la galerie des amphithéâtres, ce mercredi 9 mai au matin. Les manifestants ont ainsi obtenu l’annulation des partiels prévus au calendrier. Une action qui est toutefois loin de faire l’unanimité…

 

 

« Malgré les pres­sions qu’on subit depuis désor­mais plu­sieurs semaines de la part de la direc­tion et mal­gré l’inter­ven­tion presque quo­ti­dienne de la police, nous sommes encore nom­breux à nous mobi­li­ser contre la réforme de l’accès à l’université. Les blo­cages tiennent bon et nous conti­nue­rons notre action jus­qu’à ce que la loi Ore [loi d’Orientation et de réus­site des étu­diants, ndlr] soit reti­rée. » Ainsi se réjouis­saient les étu­diants gré­vistes de l’Université Grenoble-Alpes, regrou­pés devant les accès obs­trués de la gale­rie des amphi­théâtres, ce mer­credi matin.

 

La gale­rie des amphi a été blo­qué par une tren­taine de mili­tants, ce mer­credi matin. © Giovanna Crippa – Place Gre’net

C’est dans ce bâti­ment que 420 étu­diants des UFR Arts et sciences humaines (Arsh) et Sciences de l’homme et de la société (SHS) auraient dû pas­ser leurs par­tiels, ce même jour.

 

« À 7 heures, une tren­taine d’entre nous se sont ren­dus sur le cam­pus pour blo­quer les accès à la gale­rie », relate Anatole, syn­di­qué à l’Union natio­nale des étu­diants de France (Unef). Ce mili­tant de la pre­mière heure pour­suit : « Environ deux cents per­sonnes nous ont ensuite rejoints. » Une brève consul­ta­tion s’est alors tenue. La ques­tion en débat ? Décider de per­mettre ou non l’ac­cès à l’é­di­fice. Bien que la majo­rité des pré­sents se soit expri­mée en faveur de la tenue des par­tiels, les mani­fes­tants ont choisi de main­te­nir le blo­cage.

 

« Maintenant, la balle est dans le camp de la direc­tion de l’UGA et du gou­ver­ne­ment. Au lieu de répondre à nos reven­di­ca­tions par la vio­lence, ils doivent cher­cher des solu­tions viables pour que les exa­mens soient amé­na­gés », résume Anatole.

 

 

La session d’examens a été annulée

 

Ce débat, un cer­tain nombre de pro­fes­seurs y ont assisté. « Face aux vio­lences qui se sont pro­duites ce lundi, de plus en plus d’en­sei­gnants réflé­chissent à la mise en sécu­rité des étu­diants, explique une ensei­gnante en his­toire de l’art, entou­rée par un petit groupe d’élèves. La meilleure solu­tion pour les mettre à l’abri est d’être pré­sent phy­si­que­ment. C’est pour­quoi nous avons décidé de nous ras­sem­bler en leur sou­tien, ce mer­credi matin. »

 

S’improvisant média­teurs entre les dif­fé­rentes par­ties en pré­sence, les membres de la direc­tion de l’UFR Arsh ont annoncé aux forces de l’ordre leur déci­sion d’annuler les par­tiels, afin d’empêcher une nou­velle inter­ven­tion poli­cière.

 

Vers 8 heures, la police s’est ren­due sur le cam­pus pour déblo­quer l’é­di­fice. Suite à l’an­nonce de l’an­nu­la­tion des par­tiels, les forces de l’ordre ont ensuite quitté les lieux sans inter­ve­nir. Prise d’é­cran.

 

Une ini­tia­tive qui a vite per­mis d’apaiser les ten­sions. Arrivés en grand nombre sur le cam­pus vers 8 heures, les CRS sont donc repar­tis en four­gons une heure plus tard, en évi­tant tout affron­te­ment avec les mili­tants.

 

Vers 13 h 30, la mobi­li­sa­tion s’est tou­te­fois pour­sui­vie au sein de l’IUT, à Grenoble, où des par­tiels de l’UFR Langues étran­gères avait été pré­cé­dem­ment dépla­cés. « Cette fois-ci, les étu­diants ont pu accé­der au bâti­ment grâce à un fil­trage par liste d’é­mar­ge­ment tenue par des agents de sécu­rité », affirme le pré­sident de l’UGA Patrick Lévy dans un com­mu­ni­qué.

 

 

Une décision qui ne fait pas l’unanimité

 

La mobi­li­sa­tion aurait donc porté ses fruits ? Si les mili­tants s’empressent de crier vic­toire, les diver­gences entre oppo­sants à la loi Vidal et étu­diants non gré­vistes sont encore loin de s’estomper. « Je com­prends le point de vue des mani­fes­tants, mais ils ne peuvent pas empê­cher aux gens de pas­ser leurs par­tiels », pro­teste une jeune fille ins­crite en licence de psy­cho­lo­gie. Et celle-ci de ren­ché­rir : « J’espère que la situa­tion va se déblo­quer avant que tout cela dégé­nère. »

 

Las du bras de fer entre uni­ver­sité et “blo­queurs”, d’autres étu­diants ont confié leur exas­pé­ra­tion au micro de Place Gre’net.

 

Reportage Joël Kermabon

 

 

Patrick Lévy n’entend pas « céder au chantage »

 

Alors que blo­cages et déblo­cages s’en­chaînent depuis désor­mais plus d’un mois, quelle mesure la direc­tion de l’UGA envi­sage-t-elle de mettre en place pour sor­tir de cette impasse ? « À plu­sieurs reprises, j’ai sol­li­cité le recours à la force publique et je me suis assuré à chaque fois avec mon équipe, en lien avec les ser­vices de la pré­fec­ture, que ces inter­ven­tions s’ef­fec­tuent selon les règles d’u­sage et de sécu­rité », affirme Patrick Lévy dans un com­mu­ni­qué cin­glant.

 

Suite au blocage de la galerie des amphithéâtres, une centaine de manifestants de l'UGA a obtenu l’annulation des partiels prévus ce mercredi 9 mai.

L’intervention de la police lors du blo­cage de la gale­rie des amphis de ce lundi 7 mai. DR

« La pré­sence des forces de l’ordre est ainsi, de fait, face à ces blo­cages, le seul moyen régle­men­taire per­met­tant aux étu­diants de pas­ser leurs exa­mens en toute sécu­rité », se défend-il, en omet­tant toute réfé­rence aux vio­lences poli­cières sur­ve­nues ce lundi 7 mai.

 

Pour le pré­sident de l’UGA, il n’est donc pas ques­tion de « céder au chan­tage en fer­mant l’u­ni­ver­sité ou en repor­tant les exa­mens », celui-ci se disant « conscient du pré­ju­dice que cela occa­sion­ne­rait pour des mil­liers d’é­tu­diants ». 

 

Les blo­queurs, pour­suit-il, « péna­lisent une grande majo­rité d’é­tu­diants ayant tra­vaillé tout au long de l’an­née et sou­hai­tant pas­ser leurs exa­mens tels que pré­vus dans le calen­drier uni­ver­si­taire ». Et de conclure : « Contester la loi ne néces­site pas d’en­tra­ver le dérou­le­ment des exa­mens ou l’ac­cès des per­son­nels à leur lieu de tra­vail. »

 

 

La concertation se poursuit au sein de l’UFR Arsh

 

Quoi qu’il en soit, la polé­mique s’accroît, notam­ment au sein de l’UFR Arsh. « Les repré­sen­tants d’une asso­cia­tion ni poli­tique ni syn­di­cale d’étudiants ont envoyé, ce mardi, une lettre ouverte adres­sée à la direc­tion de leur com­po­sante pour expri­mer leur colère face à la répres­sion conduite par la direc­tion de l’UGA, mais aussi leur peur de se rendre aux exa­mens », nous raconte un ensei­gnant de l’Arsh qui sou­haite res­ter ano­nyme. « Ils nous deman­daient par ailleurs de repor­ter les exa­mens pré­vus aujourd’hui. »

 

Suite au blocage de la galerie des amphithéâtres, une centaine de manifestants de l'UGA a obtenu l’annulation des partiels prévus ce mercredi 9 mai.

© Giovanna Crippa – Place Gre’net

 

Une mesure adop­tée donc « dans l’urgence », sur laquelle les ensei­gnants sont reve­nus en fin de mati­née. À l’issue de la mobi­li­sa­tion, ces der­niers se sont en effet réunis en assem­blée d’UFR pour se concer­ter sur les moda­li­tés d’aménagement des par­tiels. « Nous avons trouvé une solu­tion per­met­tant de garan­tir la qua­lité des exa­mens ainsi que la valeur des diplômes », assure le pro­fes­seur de la com­po­sante d’arts et sciences humaines. Avant de conclure : « La déci­sion finale sera prise lors du pro­chain conseil de l’Arsh, fixé pour ce lundi 14 mai. »

 

 

Giovanna Crippa, cor­res­pon­dante à Saint-Martin-d’Hères

 

 

UNE CONSULTATION EN LIGNE TRÈS CONTESTÉE

 

Quelques semaines après le vote élec­tro­nique sur les blo­cages, le dis­po­si­tif de consul­ta­tion en ligne mis en place par la pré­si­dence de l’UGA ne cesse de sus­ci­ter de vives polé­miques. En cause : le (sup­posé) non-res­pect de la confi­den­tia­lité des don­nées de la part de l’université.

 

Fin avril, le syn­di­cat étu­diant La Licorne avait en effet dénoncé la non-décla­ra­tion de ce vote à la Commission natio­nale de l’in­for­ma­tique et des liber­tés (Cnil). Une accu­sa­tion à laquelle l’université avait répondu en mon­trant son numéro d’inscription. En l’occurrence, le 1 016 668.

 

Assemblée générale de étudiants de l'UGA, le 24 Avril 2018. © Léa Raymond - placegrenet.fr

Assemblée géné­rale de étu­diants de l’UGA, le 24 avril 2018. © Léa Raymond – placegrenet.fr

« Alors que plus d’une semaine après la « consul­ta­tion », sa décla­ra­tion n’apparaît tou­jours pas dans les registres de la Cnil (libre­ment consul­tables ici), des per­son­nels mobi­li­sés contre la loi Ore ont fait une décou­verte éton­nante » relate la Licorne dans un com­mu­ni­qué.

 

Le résul­tat de cette enquête ? « Absent dans le registre des décla­ra­tions à la lettre [U] (comme Université Grenoble-Alpes), sa pré­sence à la lettre [G] cor­res­pond bien à une décla­ra­tion, enre­gis­trée le 3 mai 2004, il y a qua­torze ans qua­si­ment jour pour jour, par le Grand Orient de France pour décla­rer sa liste de dif­fu­sion. »

 

 

Entre fausses déclarations et menaces de poursuites pénales

 

« Il n’y a que deux expli­ca­tions pos­sibles », enchaîne la Licorne : « Soit l’Université aurait sous-traité l’organisation de cette consul­ta­tion au Grand Orient de France […] Soit l’Université a sciem­ment com­mu­ni­qué un faux numéro de décla­ra­tion Cnil sur tous les sup­ports. »

 

« Le numéro d’enregistrement cor­res­pond au registre local géré par notre Cil » [à savoir, le Correspondant infor­ma­tique et liber­tés, ndlr] rétorque sur les réseaux sociaux le direc­teur géné­ral des ser­vices de l’UGA Joris Benelle.

 

Et d’assurer : « Ce numéro n’est pas connu de la Cnil mais, si elle le sou­haite, elle peut très bien accé­der à notre décla­ra­tion locale via une requête auprès du pré­sident. »

 

Une réponse qui ne convainc guère ses accu­sa­teurs. « En refu­sant de com­mu­ni­quer les docu­ments qu’elle doit obli­ga­toi­re­ment tenir à dis­po­si­tion des votants et en com­mu­ni­quant de fausses infor­ma­tions, l’Université contre­vient aux dis­po­si­tions des articles 226 – 16 et sui­vants du Code pénal, puni de cinq ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende », fus­tigent ainsi les membres de la Licorne.

 

D’où leur déci­sion de conti­nuer à enquê­ter sur cette (pos­sible) infrac­tion à la loi, tout en bran­dis­sant la menace d’éventuelles « pour­suites sur les fausses décla­ra­tions répé­tées de la pré­si­dence de l’université ». Affaire à suivre.

 

 

Immobilier des Alpes - Offres exceptionnelles de séjours aux 2 Alpes
commentez lire les commentaires
2639 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. oO oh!!! Ça sent mau­vais cette his­toire de men­songe pos­sible sur le numéro.„ avant de sau­ter que le pré­sident fasse le ménage et ban­nisse à vie si c est pos­sible du cam­pus les 40 éner­gu­mènes qui pour­rissent tout et ont conduit à l impen­sable ; du privé et la police sur le cam­pus.
    Et que les choses rede­viennent au mieux, avec Un ges­tion bien­veillante du manque de res­source et le choix le moins mau­vais entre tirage au sort ou sélec­tion

    sep article