CVCM : la poursuite des travaux va modifier les conditions de circulation à Grenoble

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

FOCUS – L’année 2018 va être marquée par la poursuite des travaux concernant le réseau de chauffage urbain, le rehaussement du passage souterrain Malakoff – Valmy ainsi que les premiers aménagements définitifs du projet Cœur de ville – cœur de métropole (CVCM). Ce qui n’est pas sans conséquences sur la circulation dans Grenoble. Pour autant, la Métropole, le SMTC et la Ville de Grenoble l’assurent, l’accessibilité du centre-ville sera préservée « pour maintenir son dynamisme et sa vitalité commerciale ».

 

 

uneillutration2coeurdevillecoeurdemetropoledr

Fonctionnement de la par­tie Nord des Boulevards Rey-Agutte-Sembat-Lyautey

« Une cir­cu­la­tion auto­mo­bile limi­tée, des dépla­ce­ments en trans­ports en com­mun et à vélos plus simples, des cir­cu­la­tions pié­tonnes plus agréables. Tel sera, demain, le fonc­tion­ne­ment des bou­le­vard Édouard Rey – Agutte Sembat et maré­chal Lyautey. En atten­dant, place aux tra­vaux ! », annoncent conjoin­te­ment la Métropole, la Ville de Grenoble et le Syndicat mixte des trans­ports en com­mun (SMTC).

 

Les col­lec­ti­vi­tés et l’é­ta­blis­se­ment public impli­qués prennent les devants pour limi­ter les consé­quences sur la cir­cu­la­tion de la pour­suite des tra­vaux sur ces axes. Des chan­tiers qui vont concer­ner le réseau de chauf­fage urbain, le rehaus­se­ment du pas­sage sou­ter­rain Mlakoff – Valmy et les pre­miers amé­na­ge­ments défi­ni­tifs de Cœur de ville – cœur de métro­pole (CVCM).

 

Anticipant une pré­vi­sible grogne, la Métropole, la Ville et le SMTC l’as­surent, « l’ac­ces­si­bi­lité du centre-ville sera main­te­nue ». Notamment en valo­ri­sant le com­merce de proxi­mité et en accor­dant aux com­mer­çants les plus tou­chés une « exo­né­ra­tion excep­tion­nelle des droits de voi­rie ».

 

 

« Les riverains sont invités à stationner dans les rues adjacentes »

 

En 2017, une pre­mière phase de tra­vaux de réno­va­tion des réseaux de chauf­fage urbain, d’as­sai­nis­se­ment, d’élec­tri­cité et d’eau potable s’est dérou­lée entre la rue François-Raoult et la rue Clôt Bey. Ces opé­ra­tions ont repris en mars 2018 sur la par­tie nord, entre la rue Clôt Bey et le quai Créqui puis sur la par­tie sud, entre la rue François Raoult et le car­re­four Chavant. La pre­mière phase por­tant sur la réno­va­tion des bran­che­ments d’eaux usées et le renou­vel­le­ment des conduites de chauf­fage urbain devrait s’a­che­ver le 29 juin 2018*.

 

La phase 1 des travaux. © Grenoble-Alpes Métropole

Cliquer pour agran­dir. La phase 1 des tra­vaux. © Grenoble-Alpes Métropole

 

Durant cette période, la cir­cu­la­tion sera main­te­nue sur les deux voies de cir­cu­la­tion du bou­le­vard Édouard Rey, tan­dis que le sta­tion­ne­ment sera sup­primé de part et d’autre de la voie. Quid des rive­rains ? « Ils sont invi­tés à sta­tion­ner dans les rues adja­centes pen­dant les tra­vaux », pré­co­nisent les col­lec­ti­vi­tés.

 

La phase 2 des travaux. © Grenoble-Alpes Métropole

Cliquer pour agran­dir. Phase 2 des tra­vaux. © Grenoble-Alpes Métropole

Pour autant, là ne s’ar­rêtent pas les inter­ven­tions sur les bran­che­ments des eaux usées du bou­le­vard Édouard Rey. Une deuxième phase recou­vrant la pre­mière a déjà com­mencé début mai pour se ter­mi­ner elle aussi le 29 juin. Sur le bou­le­vard, il ne sera pos­sible de cir­cu­ler que sur une voie et le sta­tion­ne­ment sera inter­dit sur les « zones de tra­vaux ».

 

 

Les lignes C1, C4 et 13 seront déviées et des arrêts provisoires créés

 

Quant aux condi­tions de cir­cu­la­tion sur le bou­le­vard Agutte Sembat, elles demeu­re­ront inchan­gées pen­dant le renou­vel­le­ment des conduites de chauf­fage urbain – la troi­sième phase des tra­vaux – qui va se pour­suivre jus­qu’au 29 juin.

 

Lors de la qua­trième phase, consis­tant au renou­vel­le­ment des conduites de chauf­fage urbain sur le bou­le­vard Maréchal Lyautey, du 14 mai au 14 sep­tembre 2018, on ne pourra cir­cu­ler qu’en sens unique dans la direc­tion Chavant – Hoche. Cette dis­po­si­tion concer­nera éga­le­ment les bus et il ne sera pos­sible de sta­tion­ner que sur le côté Poste prin­ci­pale.

 

Les accès à la rue Beccaria seront ponc­tuel­le­ment fer­més. Même chose pour la rue Tartari entre la rue Saint-Joseph et le bou­le­vard Lyautey dans les deux sens du 14 au 17 mai, puis uni­que­ment vers rue Hoche du 17 mai au 14 sep­tembre, période durant laquelle pourra être emprun­tée une dévia­tion par la rue Beyle Stendhal.

 

La cir­cu­la­tion des bus sera éga­le­ment modi­fiée. Celle des bus C1, C4 et 13 sera main­te­nue dans le sens Chavant – Lesdiguières. Dans l’autre sens, en revanche, ainsi que l’an­nonce la Tag, les bus seront déviés du 14 mai jus­qu’à la fin décembre.

 

Avec pour consé­quence la créa­tion d’ar­rêts de bus pro­vi­soires. Mais tout a été prévu. Les usa­gers seront infor­més via des pan­neaux d’in­for­ma­tion dis­po­sés à chaque arrêt et à l’in­té­rieur des bus des lignes concer­nées. L’autorité de trans­port signale par ailleurs que le par­king-relais Vallier – Catane, fermé durant plu­sieurs mois suite à un incen­die, ouvre à nou­veau à par­tir du lundi 14 mai.

 

 

Boulevards Agutte Sembat et Lyautey : des aménagement prévus durant un an

 

Enfin, la cin­quième phase des tra­vaux concerne l’a­mé­na­ge­ment défi­ni­tif du bd Lyautey et du bd Agutte-Sembat, entre la rue Hoche et la rue Lesdiguières. Elle débu­tera en sep­tembre pour une livrai­son en décembre 2018. Les tra­vaux se pour­sui­vront ensuite sur le reste du bd Agutte Sembat et une par­tie du bd Rey, jusqu’à mi-2019. La plan­ta­tion des arbres aura lieu à l’automne 2019.

 

Quel impact a le nouveau plan de circulation sur le flux de véhicules en ville ? © Patricia Cerinsek

Quel impact a le nou­veau plan de cir­cu­la­tion sur le flux de véhi­cules en ville ? © Patricia Cerinsek

La cir­cu­la­tion se fera en sens unique dans le sens Chavant – Hoche. Les auto­mo­bi­listes devront uti­li­ser les iti­né­raires alter­na­tifs signa­lés par des pan­neaux jaunes et emprun­ter le bd Lyautey uni­que­ment pour accé­der au par­king Chavant, à la rue de Strasbourg ou à la place de Metz. L’accès au par­king Hoche se fera depuis la place Gustave Rivet, le bd Gambetta et la rue Hoche. La cir­cu­la­tion des vélos sera quant à elle déviée par la rue de Strasbourg.

 

 

Des travaux pour rehausser le passage souterrain Malakoff – Valmy

 

« Engagé dans une poli­tique volon­ta­riste en matière d’amélioration de la qua­lité de l’air, le SMTC a choisi d’acquérir des bus hybrides ou au gaz pour renou­ve­ler sa flotte de véhi­cules », avaient annoncé la Métropole et le SMTC. Le hic c’est que ces nou­veaux équi­pe­ments se carac­té­risent par une hau­teur supé­rieure à celle des bus die­sel. Problème… Pour per­mettre la mise en cir­cu­la­tion de ces nou­veaux bus sur les lignes 12, 14 et 15, des tra­vaux de rehaus­se­ment du pas­sage sou­ter­rain Malakoff-Valmy, situé sous le bd Jean-Pain, seront réa­li­sés de sep­tembre 2018 à mai 2019.

 

Un Irisbus Agora GNV sur la ligne 13 de la TAG (Grenoble), à son terminus Grenoble

Un Irisbus Agora GNV sur la ligne 13 de la Tag (Grenoble), à son ter­mi­nus Grenoble – 3 Dauphins – © Matthieu Riegler, CC-BY

Là aussi, les condi­tions de cir­cu­la­tion vont chan­ger à par­tir du 28 août 2018 et durant toute la durée les tra­vaux. C’est ainsi que la cir­cu­la­tion sera fer­mée au niveau du pas­sage sou­ter­rain
Malakoff – Valmy et que seront mis en place des iti­né­raires de dévia­tion afin de pré­ser­ver la cir­cu­la­tion entre le sud-est de l’agglomération et le centre-ville.

 

L’accès au pont de Savoie res­tera inchangé tan­dis qu’une deuxième voie sera créée pour tour­ner à gauche en direc­tion de l’avenue du 19 mars 1962. De quoi rejoindre Saint-Martin‑d’Hères et le quar­tier Clémenceau à Grenoble. L’itinéraire sera le même en sens inverse. Qu’en est-il des bus cir­cu­lant sur le sec­teur ? Les lignes 12, 14 et 15 seront déviées et, là aussi, des arrêts pro­vi­soires seront mis en place, dès le mois d’août.

 

 

Allègement des droits de voirie pour les commerçants les plus touchés

 

« Avec plus de 1 500 com­merces en centre-ville et un taux de vacance com­mer­ciale en baisse, Grenoble se classe parmi les centres-ville les plus dyna­mique de France », arguent de concert Grenoble-Alpes Métropole, la Ville de Grenoble et le SMTC. Qui mettent en avant leur volonté d’ap­por­ter un sou­tien tout par­ti­cu­lier aux acteurs éco­no­miques en période de tra­vaux, notam­ment en valo­ri­sant le com­merce de proxi­mité et en leur accor­dant quelques faci­li­tés.

 

Rue Lafayette. © Véronique Magnin - Place Gre'net

Rue Lafayette. © Véronique Magnin – Place Gre’net

« Faire du shop­ping en centre-ville, c’est facile ! », vante le dépliant éla­boré en concer­ta­tion avec Label ville, le grou­pe­ment des unions com­mer­çantes de Grenoble. L’objectif ? « Fournir aux usa­gers des infor­ma­tions pra­tiques pour venir en voi­ture et sta­tion­ner faci­le­ment dans les par­kings cou­verts et en enclos non loin du centre-ville, ou dans les par­king-relais connec­tés aux lignes de trans­ports en com­mun ».

 

Mais ce n’est pas tout. La Métropole et le SMTC ont aussi apporté leur sou­tien maté­riel et finan­cier à Label Ville pour la réa­li­sa­tion d’un tram­way séri­gra­phié à l’effigie des com­mer­çants gre­no­blois pour contri­buer au rayon­ne­ment du com­merce de proxi­mité. Ce tram cir­cule actuel­le­ment sur la ligne A mais il ser­vira éga­le­ment de sup­port à des acti­vi­tés d’animation tout au long de l’année.

 

Le tramway aux couleurs des commerçants. © Label ville

Le tram­way aux cou­leurs des com­mer­çants. © Label ville

Enfin, « atta­chée à pré­ser­ver et à déve­lop­per le dyna­misme éco­no­mique du ter­ri­toire », Grenoble-Alpes Métropole a décidé, le 10 novembre 2017, du prin­cipe d’une « exo­né­ra­tion de la rede­vance d’occupation du domaine public pour les com­mer­çants implan­tés dans les zones de tra­vaux les plus consé­quentes du pro­jet Cœurs de Ville – Cœurs de Métropole – Grenoble ». Une mesure qui per­met­tra aux com­mer­çants de béné­fi­cier d’un allè­ge­ment pro­vi­soire des droits de voi­rie.

 

Joël Kermabon

 

 

* Les dates indi­quées sont sus­cep­tibles d’évoluer en fonc­tion des aléas cli­ma­tiques ou de chan­tier.

 

 

Quels seront les nouveaux aménagements ainsi planifiés ?

 

La nou­velle confi­gu­ra­tion du bd Maréchal Lyautey pré­voit une voie de bus dans chaque sens, une voie de cir­cu­la­tion tous véhi­cules entre le car­re­four Chavant et la rue Hoche et un axe Chronovélo, au centre de la chaus­sée « pour des iti­né­raires sécu­ri­sés et plus confor­tables », pro­mettent les pro­ta­go­nistes du pro­jet.

 

Pour ce qu’il retourne du bd Agutte Sembat, une voie de cir­cu­la­tion dans chaque sens sera réser­vée aux bus, aux taxis, aux habi­tants et com­mer­çants du bou­le­vard et à leurs livreurs, aux véhi­cules de sécu­rité, d’urgence et aux ser­vices urbains dans le cadre de la Zone à tra­fic limité (ZTL). Les trot­toirs seront élar­gis et végé­ta­li­sés pour offrir aux pié­tons des che­mi­ne­ments plus agréables. Sans oublier un nou­vel axe Chronovélo.

 

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
6926 visites | 8 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 8
  1. On peut dif­fi­ci­le­ment échouer plus lamen­ta­ble­ment. CVCM devait faire grim­per le nombre des vélos de +171%. Résultat : +5% et aucun sur la fameuse auto­route à vélos d’Agutte Sembat. Par contre, ce qui grimpe c’est les embou­teillages et la pol­lu­tion ! Il fau­drait pro­po­ser CVCM au Guinness Book des records, dans l’une ou l’autre des caté­go­ries gros men­songes, ou plan­tage idéo­lo­gique, ou incom­pé­tence crasse.

    sep article
  2. Je ne voyais pas ce qu’é­tait ce « pas­sage sou­ter­rain Malakoff – Valmy » qui devait être « rehaussé »…
    J’ai com­pris qu’il s’a­gis­sait d’une pas­se­relle, un pas­sage aérien et non sou­ter­rain…

    sep article
    • JK

      12/05/2018
      23:03

      Bonsoir

      Le com­mu­ni­qué de presse parle bien de «[..] tra­vaux de rehaus­se­ment du pas­sage sou­ter­rain Malakoff-Valmy, situé sous le bou­le­vard Jean Pain »

      sep article
  3. Comme signalé à la rédac­tion, gros manque de rigueur dans l’ar­ticle notam­ment sur les noms des lignes des bus et des arrêts. Et il reste des coquilles. L’article n’a pas dû être relu.

    sep article
    • JK

      09/05/2018
      23:21

      Bonsoir,
      Pourriez-vous être plus pré­cis ? Notamment concer­nant les noms des lignes de bus qui sont stric­te­ment ceux qui nous ont été four­nis par le SMTC. Quant aux arrêts, aucun n’est men­tionné dans l’ar­ticle.

      sep article
  4. Il est peut être temps que les très vieux réseaux d’eau et de chauf­fage soient réno­vés. Il n’y a pas de chan­tiers sans gêne, je ne vois pas com­ment ils auraient pu être réno­vés tout en main­te­nant la cir­cu­la­tion.
    C’est jus­te­ment à la fin des tra­vaux de réno­va­tion que l’on pourra juger de l’op­por­tu­nité des rues réser­vées aux bus, aux vélos et aux pié­tons.
    C’est mon avis et je le par­tage 😉

    sep article
  5. Une auto­route à vélos sur lyau­tey et agutte sem­bat ou qua­si­ment aucun vélo ne passe natu­rel­le­ment, cher­chez l’er­reur !

    Et ce qu’as­sure les pro­mo­teurs du pro­jet, Municipalite Piolle en tête, ne ras­surent qu’eux mêmes, et encore.

    En atten­dant, la pol­lu­tion aug­mente depuis avril 2017, les nui­sances ne se comptent plus, une réus­site !

    sep article
  6. Attendez-vous à encore plus de pol­lu­tion et de conges­tion !

    A moins que le Tribunal Administratif, qui a inté­rêt à faire fissa pour juger le recours de Grenoble à Coeur parce qu’au fond il n’a jamais été retiré, n’an­nule tout cela.

    Ca va être très drôle d’a­na­ly­ser les rele­vés de pol­lu­tion d’Atmo Air Rhône Alpes.

    sep article