Échirolles : surprises, poésie et guinche lors de la soirée cabaret organisée à La Rampe

sep article



EN BREF – La compagnie Arcosm proposait, ce vendredi 4 mai, une véritable soirée cabaret pour marquer la clôture d’une résidence de trois ans à La Rampe d’Échirolles. Extraits de spectacles de danse, percussions corporelles et chansons françaises revisitées ont ponctué la soirée, avant qu’elle ne s’achève, très tard, par un « bal déjanté ».

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

C’est à une soi­rée inha­bi­tuelle que la com­pa­gnie de danse Arcosm a invité le public ce ven­dredi 4 mai à La Rampe d’Échirolles, dans le cadre du week-end fes­tif Surprise party. Les artistes, aux­quels la direc­tion de la salle avait donné carte blanche, ont en effet concocté pour l’oc­ca­sion une véri­table soi­rée caba­ret aux petits oignons.

 

Un sub­til cock­tail mêlant extraits de spec­tacles de danse, de per­cus­sions cor­po­relles, de chan­son fran­çaise « aux limites du presque trop », le tout se ter­mi­nant par un « bal et un bœuf déjan­tés » avec la com­pli­cité d’un public enchanté par ces grains de folie. Une manière aussi, pour la célèbre salle échi­rol­loise, de mar­quer de manière fes­tive la fin d’une troi­sième sai­son de com­pa­gnon­nage avec sa com­pa­gnie fétiche dans le cadre d’une rési­dence artis­tique.

 

 

Une création unique et originale « 100 % made in Échirolles »

 

« Nous avions envie non seule­ment de quelque chose de décalé mais aussi d’in­vi­ter les gens à par­ti­ci­per avec nous », nous confie Frankie Rocher, le direc­teur de La Rampe. Un pari réussi si l’on en juge à la bonne éner­gie et à l’hu­meur joyeuse qui ont régné tout au long de cette soi­rée caba­ret. D’ailleurs, le public ne s’y est pas trompé, se met­tant en mou­ve­ment et par­ti­ci­pant acti­ve­ment et sans chi­chis au bal final sur des musiques entraî­nantes autant que colo­rées.

 

Retour sur quelques séquences de cette soi­rée pas comme les autres qui a per­mis de décou­vrir La Rampe sous un angle inat­tendu avec une créa­tion unique et ori­gi­nale « 100 % made in Échirolles. »

 

 

 

 

« Nous avons envie de développer les moments d’optimisme grâce à l’art »

 

« Nous avons besoin de bon­heur avec des artistes de talent. C’est eux qui nous aident à vivre et à tra­ver­ser les dif­fi­cul­tés que nous avons tous dans notre exis­tence », sou­ligne Franckie Rocher. Le direc­teur de la Rampe se dit séduit par l’i­dée de « réin­ven­ter le monde ». Tout un pro­gramme… mais il suf­fit de le vou­loir, selon lui.

 

L’homme de l’art en est convaincu, il faut que les lignes bougent. « Ça fait tout de même dix-huit ans que nous sommes dans ce siècle avec des images dou­lou­reuses, mar­quantes. Heureusement, il y a aussi des moments d’op­ti­misme et nous avons envie de les déve­lop­per, grâce à l’art, grâce au spec­tacle vivant », conclut-il.

 

Joël Kermabon

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
2116 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.