Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

À Grenoble, la Maison des habitants Bajatière deviendra associative au 1er janvier 2019

sep article

FOCUS – La Maison des habitants Bajatière et son centre social ne fermeront pas, malgré le désengagement de la Ville de Grenoble qui a mis à exécution son plan d’économie. Se retrouvant au pied du mur, l’association Auesc Bajatière, qui occupe de longue date une partie des locaux, a accepté de reprendre le flambeau. L’association lance une large consultation dans le quartier en vue d’élaborer le futur projet d’établissement.

 

 

La Maison des habitants Bajatière devient associative au 1er janvier 2019. De gauche à droite, Alexia Behar, la nouvelle directrice ; Dominique Vieu, présidente de l'Auesc Bajabière ; Serge Durieux, directeur interim. © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

La Maison des habitants Bajatière devient associative au 1er janvier 2019. De gauche à droite : Alexia Behar, la nouvelle directrice, Dominique Vieu, présidente de l’Auesc Bajatière, Serge Durieux, directeur par intérim. © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

« On se retrouve un peu comme ces ouvriers, contraints de reprendre leur entreprise en Scop [coopérative, ndlr] pour éviter sa fermeture ! », compare Dominique Vieu, présidente de l’Auesc Bajatière (Association des usagers des équipements socio-culturels Bajatière).

 

Ainsi, au terme de plusieurs mois de discussion et d’âpres négociations avec la Ville de Grenoble, l’association a-t-elle accepté, bon gré mal gré, de reprendre la gestion du centre social de la Maison des habitants (MDH).

 

 

« On va tenter le coup ! »

 

Employant déjà une bonne quinzaine de salariés dans le secteur de l’animation et de la petite enfance, l’association va désormais rémunérer trois postes supplémentaires : ceux d’une agente d’accueil, d’une conseillère en économie sociale et familiale et d’une directrice. Tous les trois auparavant occupés par des fonctionnaires de la Ville de Grenoble.

 

La Maison des habitants Bajatière devient associative au 1er janvier 2019. © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

Entrée de la Maison des habitants Bajatière. A droite, la Maison de l’enfance que gère aussi l’Auesc Bajatière © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

Il s’agit d’une nouvelle prise de risques, qui pèse un peu plus sur les épaules des bénévoles de l’association.

 

L’Auesc Bajatière aurait préféré de loin que la Ville accepte de lui mettre à disposition ce personnel mais l’option a été écartée par la commune. « On va donc tenter le coup ! », lance Dominique Vieu.

 

Afin toutefois de permettre à l’association de digérer ses nouvelles responsabilités, les membres du bureau se sont engagés à demeurer à leurs postes pendant les trois prochaines années.

 

Histoire de suivre de près la partie “centre social”, il n’est pas exclu que le conseil d’administration s’étoffe également de nouveaux membres… Bref, il va y avoir du pain sur la planche, mais l’association est prête à y faire face. Et ses salariés également… « J’ai l’impression que le pire est passé et qu’on est en phase de construction. Alors construisons ensemble ! », déclare ainsi Alexia Behar, la nouvelle directrice qui prend ses fonctions ce mois d’avril.

 

 

L’association concerte avec la méthode Spiral

 

Officiellement, l’Auesc Bajatière reprend la complète gestion de l’établissement, et le personnel en janvier 2019. Dans les faits, le passage de relais a déjà commencé. L’association s’attelle d’ores et déjà à préparer pour octobre un nouveau projet d’établissement qu’elle doit remettre à la Caisse d’allocation familiale (Caf), partenaire incontournable des centres sociaux. Cette dernière lui délivrera ensuite un agrément et les aides de fonctionnement qui en découlent (de l’ordre de 80 000 euros).

 

Quant aux services de la Maison des habitants, ils ne devraient pas fondamentalement changer, au regard des finances contraintes. « Mais tant qu’à gérer la MDH, nous souhaitons y apporter notre touche associative », prévient Dominique Vieu, qui ajoute : « On peut aussi avoir de bonne idées qui nécessitent peu de moyens. »

 

La Maison des habitants Bajatière devient associative au 1er janvier 2019. Réunion de l'équipe associative, en présence d'adhérents et d'usagers, mercredi 5 avril 2018 © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

Réunion de l’équipe associative, en présence d’adhérents et d’usagers, mercredi 5 avril 2018 © Séverine Cattiaux – Placegrenet.fr

 

Pour mobiliser largement autour d’elle, l’équipe associative secondée par Serge Durieux, le directeur interim, va consulter les habitants et usagers du quartier selon la méthode Spiral. Le principe ? Des groupes de personnes déjà constitués vont échanger durant une heure et demie avec un binôme de la MDH sur leurs attentes, leurs envies…

 

Le bilan de ces rencontres sera restitué auprès de l’ensemble des participants. Des questionnaires seront également diffusés auprès des usagers (et de leurs familles) qui fréquentent les différentes structures gérées par l’association (la maison de l’enfance, la halte garderie, le secteur jeunesse).

 

Après les vacances de Pâques, la MDH Bajatière ouvrira enfin un “bureau” destiné à accueillir tous les habitants intéressés par le projet de la Maison des habitants… version associative.

 

Séverine Cattiaux 

 

 

UNE ÉCONOMIE DE 50 000 EUROS PAR AN POUR LA VILLE DE GRENOBLE

 

Juillet 2016, les habitants et usagers se sont réunis devant la Maison des Habitants Bajatière pour protester contre la décision de la Ville de quitter la structure. © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

La Ville de Grenoble ne se désengage pas complètement de la MDH Bajatière. Elle demeure propriétaire des locaux, par ailleurs vieillissants, qu’elle met à la disposition de l’association.

 

Elle prend également en charge les fluides. Elle versera une enveloppe de 80 000 euros par an à la MDH associative.

 

« Une subvention qui n’a rien d’exceptionnel. Toutes les communes mettent la main à la poche pour soutenir les centres sociaux associatifs », souligne Dominique Vieu. En revanche, l’association a dû concéder à la Ville de prendre en charge le poste d’agent de nettoyage de la halte garderie,  jusqu’alors rémunéré par la commune. Au final, en se « débarrassant » de son centre social, la Ville de Grenoble économisera 50 000 euros par an.

 

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
994 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.