Les élus RCGE de Grenoble condamnent l’évacuation du site de Notre-Dame-des-Landes

sep article

Notre indépendance c

FIL INFO – Le Rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes (RCGE) de Grenoble dénonce dans un communiqué l’opération d’évacuation du site de Notre-Dame-des-Landes. Et plaide pour la signature de conventions d’occupation afin de favoriser le développement de modèles agricoles alternatifs.

 

 

Pour le Rassemblement citoyen de la gauche et des éco­lo­gistes (RCGE) de Grenoble, l’o­pé­ra­tion d’é­va­cua­tion de Notre-Dame-des-Landes est « le théâtre de scènes de vio­lences indignes d’un pays démo­cra­tique ». Dans un com­mu­ni­qué, le groupe majo­ri­taire de la Ville de Grenoble appelle à la reprise du dia­logue.

 

Zad Notre-Dame-des-Landes. DR

Zad Notre-Dame-des-Landes. DR

 

« Il est pos­sible de trou­ver une solu­tion paci­fique per­met­tant la sau­ve­garde, à Notre-Dame-des-Landes, d’un modèle agri­cole et socié­tal d’avenir au pro­fit de l’intérêt géné­ral », écrivent les élus. Pour les éco­lo­gistes de Grenoble, Notre-Dame-des-Landes consti­tue en effet un « lieu d’expérimentations de la tran­si­tion vers des modes de pro­duc­tion et de dis­tri­bu­tion res­pec­tueux des ter­ri­toires et des per­sonnes. »

 

 

Le groupe écologiste plaide pour des conventions d’occupation

 

Les élus de Grenoble regrettent donc « la dis­pro­por­tion de la vio­lence phy­sique et morale [des] opé­ra­tions », et citent les des­truc­tions de dif­fé­rentes exploi­ta­tions du site telles que la Ferme des 100 noms, la Chèvrerie ou le Lama fâché, jugées hau­te­ment sym­bo­liques. À cette heure, une tren­taine de “squats” auraient été éva­cués par les forces de l’ordre.

 

Laurence Comparat, co-présidente du groupe RCGE © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Laurence Comparat, copré­si­dente du groupe RCGE © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Expliquant répondre à l’ap­pel de l’Acipa et du Cedpa*, le groupe RCGE de Grenoble plaide pour l’ar­rêt des opé­ra­tions poli­cières, et « l’élaboration de conven­tions d’occupation des terres, indi­vi­duelles et col­lec­tives ». Avec pour objec­tif de per­mettre la sau­ve­garde « d’un modèle agri­cole et socié­tal d’avenir au pro­fit de l’intérêt géné­ral ».

 

 

FM

 

 

* Respectivement, l’Association citoyenne inter­com­mu­nale des popu­la­tions concer­nées par le pro­jet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et le Collectif des élus dou­tant de la per­ti­nence de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

 

 

commentez lire les commentaires
1930 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Il ne pas pas que par­ler, il faut pas­ser à l action !
    Demain créa­tion de la ZAD Victor Hugo avec culture sur les espaces dis­po­nibles pour le groupe de la ZAD
    Et si un pan­dore ose par­ler de pro­prié­tée col­lec­tive ou pri­vée BAM un grand par­paing ou de l acide sur sa face.
    Le sou­cis du qui­dam moyen c est qu il est mièvre. Il faut oser ! Un bien public ? Non une zone a defd­neee pour le bien de .…… ( rem­plis­sez selon votre pro­jet) et gare à celui égoïste ne pen­sant pas au futur ou à .….…..(rem­plis­sez avec votre argu­ment pro­jet)

    J aime­rai bien que ces beau don­neurs de leçon arrêtent d offrir les ter­rains de l’etat à X ou Y etbouvrent leur appar­te­ment ou mai­son (atten­tion c est aussi valable pour ceux qui pillent les béné­fices de l’état :auto­route et bien­tôt FDJ : l état n est pas une vache à lait sur laquelle tout le monde peut vivre en se ser­vant)

    sep article