La Région Auvergne-Rhône-Alpes lance un plan de 36 millions d’euros en faveur des artisans

sep article

FIL INFO – La Région Auvergne-Rhône-Alpes s’inscrit dans un plan d’accompagnement des artisans d’une hauteur de 36 millions d’euros. Au programme : des prêts à taux zéro en partenariat avec la Banque populaire, des aides directes et la mise en place d’un « contrat » d’accompagnement ou de financement d’opérations de conseils.

 

 

Le pré­sident du Conseil régio­nal Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez annonce un plan « sans pré­cé­dent » et une aide « excep­tion­nelle » en faveur de l’ar­ti­sa­nat. La Région s’ins­crit ainsi dans une opé­ra­tion de 36 mil­lions d’eu­ros à des­ti­na­tion des arti­sans, qui repré­sentent en Auvergne-Rhône-Alpes 162 850 entre­prises et plus de 450 000 emplois. Le tout pour un chiffre d’af­faires annuel de 38,5 mil­lions d’eu­ros.

 

Banque populaire Auvergne Rhône-Alpes© Chloé Ponset - Place Gre'net

Banque popu­laire Auvergne Rhône-Alpes© Chloé Ponset – Place Gre’net

 

Le plan s’ar­ti­cule autour de trois actions dis­tinctes, dont la pre­mière consti­tue par ailleurs un par­te­na­riat inédit entre la Région et la Banque popu­laire Auvergne-Rhône-Alpes. À par­tir du 2 mai 2018, L’établissement va en effet pro­po­ser un « prêt arti­san » à taux zéro, pour un total de 10 mil­lions d’eu­ros sur trois ans. Ces prêts à taux zéro, d’un mon­tant com­pris entre 3000 et 20 000 euros, se feront tou­te­fois « en com­plé­ment d’un prêt ban­caire ».

 

Quel rôle joue la Région dans cette ini­tia­tive ? Celui de garant. Aux côtés des Sociétés de cau­tion mutuelle arti­sa­nale (Socama) Alpes, Massif cen­tral et Loire et Lyonnais, le Conseil régio­nal s’en­gage à cou­vrir à hau­teur de 50 % les risques en perte finale. Une inter­ven­tion qui pour­rait repré­sen­ter 400 000 euros, font savoir les ser­vices régio­naux.

 

 

2 millions d’aides directes aux artisans pour 2018

 

À ce prêt à taux zéro s’a­joutent des aides directes ver­sées aux arti­sans. Déjà mises en place en 2017 pour un mon­tant de 800 000 euros, ces aides seront recon­duites en 2018 sur un bud­get prévu de 2 mil­lions d’eu­ros. Le dis­po­si­tif s’a­dresse à toutes les com­munes de moins de 2 000 habi­tants, « preuve que le déve­lop­pe­ment du ter­ri­toire est une prio­rité régio­nale affir­mée », tient à faire savoir la Région.

 

Chambre de Métiers et de l'Artisanat de l'Isère, Grenoble © Chloé Ponset - Place Gre'net

Chambre de Métiers et de l’Artisanat de l’Isère, Grenoble © Chloé Ponset – Place Gre’net

 

Le Conseil régio­nal annonce en paral­lèle ren­for­cer encore ces aides en les fusion­nant avec les aides appor­tées aux points-relais de La Poste, qui repré­sentent 500 000 euros. Un rap­pro­che­ment qui, écrit-il, « per­met­tra de pro­po­ser un sou­tien simple d’accès via un dos­sier d’aide unique, monté auprès des chambres consu­laires ».

 

 

Création d’un Contrat région artisan

 

Enfin, der­nière action au sein de son plan arti­san, la Région met en place un « Contrat région arti­san ». Nanti d’un bud­get de 1,5 mil­lion d’eu­ros par an, ce contrat prend la forme d’un accom­pa­gne­ment et du finan­ce­ment d’in­ter­ven­tions directes vis-à-vis des entre­prises dans le cadre d’o­pé­ra­tions de conseil.

 

L’objectif ? « Proposer aux entre­prises des accom­pa­gne­ments sur mesure, indi­vi­duels ou col­lec­tifs, axés sur des thé­ma­tiques clés comme le numé­rique ou encore le déve­lop­pe­ment à l’international », indiquent les ser­vices du Conseil régio­nal. Qui disent espé­rer pou­voir accom­pa­gner pas moins de 1 700 entre­prises arti­sa­nales sur le ter­ri­toire.

 

 

FM

 

 

commentez lire les commentaires
3654 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Bonne ini­tia­tive, bien plus construc­tive que la French Tech car plus géné­ra­trice d’ac­ti­vité et d’emploi.
    Attention aux aides publiques illé­gales !
    Attention ! Ca peut tom­ber dru très vite…
    D’autant que la Commission Européenne a depuis fort long­temps les banques mutua­listes fran­çaises dans le col­li­ma­teur !

    sep article