Le Grenoblois André Weill sur le chemin des migrants, de la Tunisie aux Alpes

sep article



EN BREF – André Weill, physicien retraité et aujourd’hui professeur de yoga à Grenoble, prépare depuis six mois un projet de marche qu’il a nommé « Ahimsa Latifa Bienveillance ». Une quête personnelle, libre et responsable que s’est donné pour objectif ce grand marcheur. Son parcours de 2 500 kilomètres entre le Maghreb et les Alpes vient tout juste de commencer et devrait se terminer à la mi-août.

 

 

Quatre mois et demi ! C’est le temps prévu par André Weill pour par­cou­rir le che­min des migrants. Il vient de par­tir de la ville de Kairouan, en Tunisie, où se trouve la plus ancienne mos­quée du Maghreb. Après avoir par­couru 2 500 km, il compte reve­nir à la mi-août dans le quar­tier des Béalières à Meylan, son lieu de rési­dence.

 

Carte du périple d'André Weill - Projet Ahimsa Latifa Bienveillance - DR

Carte du périple d’André Weill – Projet Ahimsa Latifa Bienveillance – DR

 

André com­mence son périple à pied, puis il pren­dra le bateau à Tunis jusqu’en Sicile et remon­tera l’Italie jusqu’aux Alpes fran­çaises. Un par­cours à l’image de L’Alchimiste de Paolo Coelho, qui emmè­nera ce grand mar­cheur, non pas vers un tré­sor enfoui au pied des pyra­mides, mais vers un tré­sor au pied de l’arbre de son jar­din.

 

Le tré­sor ? Le bon­heur de ren­trer chez soi, une fois la quête accom­plie. Sans comp­ter les hors-temps de médi­ta­tion. Car, pour lui, il ne s’agit plus d’être à la recherche d’un monde meilleur, mais juste de reve­nir à soi en toute vérité et sim­pli­cité.

 

 

Un voyage empreint de spiritualité au cœur de l’actualité

 

André Weill ne réa­lise par cette quête dans le seul objec­tif de mar­cher d’un point A jus­qu’à un point B. Derrière ce pro­jet, se cache une réelle réflexion per­son­nelle, spi­ri­tuelle. Une volonté de se retrou­ver dans le contexte migra­toire médi­ter­ra­néen actuel, et de décou­vrir la com­plé­men­ta­rité des trois tra­di­tions médi­ter­ra­néennes. Elle se tra­duit aussi par la contem­pla­tion du vivant notam­ment auprès des humains, en pas­sant par les hôpi­taux, les pri­sons, la guerre et la migra­tion.

 

Randonneur senior en montagne. © André Weill

© André Weill

Depuis Agrigente en Sicile, le pro­fes­seur de yoga rejoin­dra l’île de Lampedusa pour ten­ter de témoi­gner du quo­ti­dien des per­sonnes vivant dans ce lieu au sud de l’Europe, qui fait face au conti­nent afri­cain.

 

Il sou­haite aussi pas­ser par le vil­lage de Riace, sujet du docu­men­taire Un paese di Calabria décri­vant une belle his­toire de migra­tion et d’intégration entre les migrants kurdes et les habi­tants du vil­lage.

 

Une très longue marche, durant laquelle André sera à l’écoute de la pro­vi­dence, de la fatigue et des ren­contres.

 

 

Mathilde Iehl

 

 

Un homme aux multiples facettes

 

André Weill, enseignant de yoga à Grenoble et marcheur. DR

André Weill, ensei­gnant de yoga à Grenoble et mar­cheur. DR

Ce phy­si­cien retraité n’en est pas à sa pre­mière longue marche. Il en est même un grand adepte ! Il a déjà rejoint à pied de nom­breux lieux sacrés, connus et sym­bo­liques.

 

Il a ainsi accu­mulé depuis sa pre­mière ran­don­née en 2000 à Compostelle, 15 000 kilo­mètres, asso­ciant dans une même démarche Rome (2002), Drancy-Auschwitz (2005), Jérusalem (2006), les sources du Gange (2009), Cordoue (2010), Moulay Abdessalam (2011), Srebrenica (2015), Assise (2015). Sans oublier la bou­gie ame­née depuis Grenoble jus­qu’à la Promenade des Anglais à Nice, suite à l’attentat du 14 juillet 2016.

 

En plus d’être pro­fes­seur de yoga et grand mar­cheur, André est aussi écri­vain. Il a publié quatre livres au Mercure dau­phi­nois, dont le der­nier « Sur le che­min d’Assise, pré­sence et sim­pli­cité » sera en librai­rie dès le 11 avril 2018.

 

Infos pratiques

 

Il est pos­sible de suivre le che­mi­ne­ment d’André via sa page Facebook – Ahimsa Latifa Bienveillance – ou bien son blog. Vous pou­vez éga­le­ment contri­buer à son périple en par­ti­ci­pant à la cagnotte mise en place spé­ci­fi­que­ment pour cette occa­sion et dont le mon­tant sera inté­gra­le­ment reversé à l’Association Accueil migrants du Grésivaudan.

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2787 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Belle ini­tia­tive, bon cou­rage André !

    sep article