Médecins du monde se mobilise jeudi 29 mars à Grenoble pour le logement et l’hébergement

sep article



FIL INFO – Médecins du monde organise une journée de mobilisation nationale le jeudi 29 mars pour interpeller le grand public sur la question des sans-abri et dénoncer « les promesses non-tenues » du Président de la République. À Grenoble, les militants de l’association seront présents sur la place de la gare à partir de 10 heures.

 

 

« Pas de santé sans toit », tel est le mes­sage que compte faire pas­ser l’as­so­cia­tion Médecins du monde à l’oc­ca­sion d’une jour­née d’ac­tion et de sen­si­bi­li­sa­tion du grand public ce jeudi 29 mars sur l’en­semble de la France. En Isère, l’or­ga­ni­sa­tion de soli­da­rité inter­na­tio­nale (OSI) sera pré­sente devant la gare de Grenoble à par­tir de 10 heures.

 

Maraude du collectif grenoblois Help SDF © Anaïs Mariotti - Place Gre'net

Maraude du col­lec­tif gre­no­blois Help SDF © Anaïs Mariotti – Place Gre’net

Objectif ? Pousser « un cri de colère et de frus­tra­tion face à un État qui pro­met mais qui se désen­gage sur le ter­rain », écrit Médecins du monde.

 

L’organisation n’ou­blie pas les pro­pos tenus par Emmanuel Macron en juillet 2017, dans les­quels le Président de la République disait vou­loir « des héber­ge­ments d’ur­gence par­tout ». Un échec, fait-elle savoir : rien qu’à Paris, 3 400 per­sonnes vivant dans la rue ont été recen­sées. Elles seraient 3 500 en Isère.

 

 

« Propos indécents » et « déni de réalité »

 

Médecins du monde dénonce éga­le­ment les pro­pos « indé­cents, indignes et irres­pon­sables » tenus par cer­tains res­pon­sables poli­tiques, cher­chant selon l’or­ga­ni­sa­tion à mini­mi­ser les chiffres et à rendre les SDF res­pon­sables de leur situa­tion. Dans le col­li­ma­teur, sans le nom­mer, le secré­taire d’État chargé des rela­tions avec le Parlement Christophe Castaner, qui affir­mait en décembre 2017 que des per­sonnes « refu­saient d’être logées ». Ou encore le député En marche Sylvain Maillard, pour qui « la majo­rité des SDF dorment dans la rue par choix ».

 

Le Patio Solidaire sur le campus de Saint-Martin-d'Hères. Médecins du monde demande l'accueil inconditionnel des personnes, migrantes ou non. © Manuel Palvard - Place Gre'net Médecins du monde donne rendez-vous devant la gare de Grenoble, jeudi 29 mars, dans le cadre d'une journée nationale d'alerte sur la question des sans-abri.

Le Patio soli­daire sur le cam­pus de Saint-Martin-d’Hères. Médecins du monde demande l’ac­cueil incon­di­tion­nel des per­sonnes, migrantes ou non. © Manuel Pavard – Place Gre’net

 

Un « déni de réa­lité » et une « décon­nexion totale avec la situa­tion des sans-abris en France », estime le doc­teur Françoise Sivignon, pré­si­dente de l’as­so­cia­tion. Médecins du monde entend donc récla­mer la mise en place d’un plan d’ac­cès au loge­ment de grande ampleur et sur le long terme. Ainsi que l’in­con­di­tion­na­lité de l’ac­cueil dans les centres d’ur­gence, avec abro­ga­tion de la “cir­cu­laire Collomb” qui « orga­nise un tri entre les migrants et les autres per­sonnes à la rue ».

 

FM

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1829 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Sylvain Maillard de La République en Marche n’a pas dit que les SDF dor­maient dans la rue par choix = c’é­tait un rac­courci fait par un jour­na­liste pour buz­zer. En réa­lité il avait dit que par grand froid, la majo­rité de SDF qui dor­maient encore dehors, s’é­taient vus pro­po­sée une solu­tion de mise à l’a­bri et l’a­vaient refu­sée.

    sep article
    • FM

      29/03/2018
      16:54

      Bonjour, merci pour votre com­men­taire. Chacun est natu­rel­le­ment libre de l’in­ter­pré­ta­tion à faire des pro­pos de Sylvain Maillard.

      sep article