Le nouveau CAP Primeur sera mis en place à Grenoble dès la rentrée 2018

sep article



FIL INFO – Le Marché d’intérêt national (Min) de Grenoble et l’École nationale des industries du lait et des viandes (ENILV) de Pont-de-Claix travaillent ensemble à la mise en place du premier CAP Primeur sur Grenoble. Validé par l’État en 2017, le nouveau diplôme fera son apparition sur le territoire grenoblois dès la rentrée 2018.

 

 

Finis les “mar­chands de légumes” dont l’é­choppe se trans­met­tait de père en fils. Alors que le métier de pri­meur évo­lue à la demande des clients, des normes en vigueur ou des exi­gences envi­ron­ne­men­tales, un nou­veau certi­fi­cat d’ap­ti­tude pro­fes­sion­nelle voit le jour. Le CAP Primeur arri­vera dès la ren­trée 2018 dans cinq villes de France, dont Grenoble.

 

Marché d’intérêt national de Grenoble © MIN Grenoble

Marché d’intérêt natio­nal de Grenoble © Min Grenoble

 

Diplôme acces­sible en deux ans validé le 31 mai 2017 par le minis­tère de l’Éducation natio­nale, ce CAP est basé sur le prin­cipe de l’al­ter­nance et atteste de deux types de com­pé­tences. D’une part, l’ap­pro­vi­sion­ne­ment, le sto­ckage et la pré­pa­ra­tion des fruits et légumes. D’autre part, la mise en valeur et la vente des fruits et légumes.

 

 

Vers une nouvelle génération de primeurs ?

 

C’est l’École natio­nale des indus­tries du lait et des viandes (ENILV) de Pont-de-Claix qui cha­peau­tera pour la pre­mière fois ce diplôme, fruit d’une « stra­té­gie com­mune » avec le Marché d’in­té­rêt natio­nal (Min) de Grenoble. Car la proxi­mité d’un mar­ché de gros à proxi­mité de la for­ma­tion appa­raît comme la meilleure assu­rance pour les diplô­més de trou­ver un emploi.

 

Maxime Lafranceschina, meilleur ouvrier de France primeur 2015. © Alexandra Moullec - Place Gre'net

Maxime Lafranceschina, meilleur ouvrier de France pri­meur 2015. © Alexandra Moullec – Place Gre’net

 

Objectif pour les deux par­te­naires ? « Tirer la pro­fes­sion vers le haut », explique le Min de Grenoble. Face à une filière qui peine à recru­ter, le CAP Primeur « tend à valo­ri­ser le métier, en le pro­fes­sion­na­li­sant et tout en conser­vant les spé­ci­fi­ci­tés liées à chaque région ».

 

Circuits courts, hygiène et sécu­rité ou trai­te­ment numé­rique des res­sources : c’est une « nou­velle géné­ra­tion de pri­meurs » qui s’an­nonce, juge Maxime Lafranceschina, meilleur ouvrier de France 2015 et par­te­naire du pro­jet.

 

FM

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2527 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.