Trois journalistes… et quatre collégiens lauréats du concours du Club de la presse de Grenoble

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

FOCUS – Les prix du concours Journalisme et société organisé par le Club de la presse et des médias de Grenoble et de l’Isère ont été remis à leurs lauréats ce vendredi 23 mars dans le salon d’honneur de la préfecture. Près de vingt reportages envoyés par des journalistes et cinq travaux de collégiens concourraient dans quatre catégories. Le thème ? « Discriminations, inégalités, racisme et antisémitisme, comment traiter ces enjeux sociétaux ? »

 

 

De gauche à droite : Robby Judes (Dilcrah), Lionel Beffre, préfet de l'Isère et Martine Kholy, vice-présidente du Conseil départemental de l'Isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Robby Judes (Dilcrah), Lionel Beffre, pré­fet de l’Isère et Martine Kholy, vice-pré­si­dente du Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Ce prix donne un coup de pro­jec­teur média­tique sur les actions et les témoi­gnages en faveur de la mobi­li­sa­tion contre le racisme, l’an­ti­sé­mi­tisme et les dis­cri­mi­na­tions […]. Et l’on peut for­mer le vœu que les médias soient inon­dés d’un tout autre dis­cours que celui de la haine. »

 

Ainsi Lionel Beffre, le pré­fet de l’Isère a‑t-il intro­duit, ce ven­dredi 23 mars, la céré­mo­nie de remise des prix Journalisme et société orga­nisé par le Club de la presse de Grenoble.

 

Ces prix visaient à récom­pen­ser les meilleurs des repor­tages sou­mis par des jour­na­listes de toute la France et par des col­lé­giens isé­rois. Et ce dans quatre caté­go­ries : col­lé­giens (prix doté de la somme de 300 euros), presse écrite ou web, radio ou télé­vi­sion et, enfin, ce n’é­tait pas prévu, le coup de cœur du jury. Ces der­nières étaient gra­ti­fiées cha­cune d’un chèque de 1 000 euros.

 

 

Renouer avec la tradition d’un prix du reportage

 

Le dis­cours de Grenoble de Nicolas Sarkozy, le repor­tage d’Envoyé spé­cial « La Villeneuve, le rêve brisé », le double meurtre dÉchirolles… autant de sujets de société qui ont pu ques­tion­ner sur les pro­blèmes que sont le racisme, l’an­ti­sé­mi­tisme, les dis­cri­mi­na­tions ou les inéga­li­tés. « C’est la rai­son pour laquelle le Club de la presse avait vrai­ment envie d’as­su­mer sa mis­sion de débat public au sein de la pro­fes­sion », explique Marie Lyan, sa pré­si­dente.

 

Robby Judes, (Dilcrah) lors de sa prise de parole. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Robby Judes, (Dilcrah) lors de sa prise de parole. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Comment ? En renouant avec la tra­di­tion d’un prix du repor­tage en par­te­na­riat avec la Délégation inter­mi­nis­té­rielle à la lutte contre le racisme, l’an­ti­sé­mi­tisme et la haine anti-LGTB (Dilcrah) créée en février 2012, et le dépar­te­ment de l’Isère. Le tout dans le cadre de l’ap­pel à pro­jets locaux « Mobilisés contre le racisme et l’an­ti­sé­mi­tisme », lancé en décembre 2017 par la Dilcrah.

 

Lionnel Beffre et Robby Judes, de la Dilcrah ont d’a­bord rap­pelé le contexte natio­nal* dans lequel s’ins­crit ce prix du repor­tage, notam­ment le Plan natio­nal de lutte contre le racisme et l’an­ti­sé­mi­tisme 2018 – 2020 et le plan de mobi­li­sa­tion contre la haine et les dis­cri­mi­na­tions anti-LGBTH. Puis Martine Kholy, vice-pré­si­dente du dépar­te­ment de l’Isère, a tenu à rap­pe­ler les enjeux dépar­te­men­taux et sou­haité que ce prix puisse faire des col­lé­giens des « acteurs sen­sibles » de la société.

 

 

« C’est grâce aux médias que mon histoire est connue »

 

Isabelle Doucet, la por­teuse du pro­jet au sein du Club de la presse, a pré­senté les lau­réats de chaque caté­go­rie. Le prix des col­lé­giens revient à quatre jeunes élèves du col­lège La Salle l’Aigle de Grenoble pour une vidéo réa­li­sée sur le thème du racisme, de l’an­ti­sé­mi­tisme et du har­cè­le­ment, avec l’aide d’un de leurs pro­fes­seurs. Un pro­jet de deux mois à tra­vers lequel les jour­na­listes en herbe « ont fait preuve d’une grande matu­rité », com­mente Martine Kholy.

 

Les prix du concours Journalisme et société organisé par le Club de la presse de Grenoble ont été remis à leurs quatre lauréats ce vendredi 23 mars.Les jeunes collégiens récompensés © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les jeunes col­lé­giens récom­pen­sés.© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Dans la caté­go­rie jour­na­listes audio­vi­suel et vidéo, Martin Bodrero a expli­qué son tra­vail sur le repor­tage Lassina, oublié des atten­tats. Ce der­nier y traite le sort des loca­taires de cet immeuble du 48 rue de la République à Saint-Denis délo­gés par le Raid lors des atten­tats du 18 novembre 2015 pour débus­quer les ter­ro­ristes liés aux atten­tats de Paris. C’est jus­te­ment cet oublié qui accom­pa­gnait le réa­li­sa­teur lors de cette remise de prix qui a déclaré : « C’est grâce aux médias que mon his­toire est connue ».

 

 

La déportation d’une jeune fille juive et le cyberharcèlement d’une journaliste

 

Quid de la caté­go­rie presse écrite où il y a eu le plus de pré­ten­dants ? C’est le web-docu­men­taire de la jour­na­liste de France 24 Stéphanie Trouillard, inti­tulé Si je reviens un jour sur l’his­toire de Louise Pikovsky, une jeune fille juive dépor­tée, qui l’a emporté.

 

Quant au coup de cœur du jury, il a été attri­bué à une tri­bune de Julie Hainaut, jour­na­liste free lance parue dans Libération sur le cybe­rhar­cè­le­ment dont elle a été l’ob­jet après la paru­tion de l’ar­ticle titré La Première Plantation, ou l’art de se plan­ter.

 

La table ronde qui a suivi la remise des prix. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La table ronde qui a suivi la remise des prix. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Un article dans lequel la jour­na­liste rap­por­tait les pro­pos dou­teux et cho­quants du pro­prié­taire de ce bar lyon­nais sur la colo­ni­sa­tion. Ces écrits lui ont valu d’être har­ce­lée sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter ainsi que sur le web, notam­ment par un site néo-nazi, la contrai­gnant à dépo­ser trois plaintes.

 

C’est d’ailleurs les réseaux sociaux en rela­tion avec le métier de jour­na­liste qui ont été au centre de la table ronde qui a suivi cette remise du prix du Club de la presse. Un évé­ne­ment qu’il espère bien recon­duire en 2019.

 

 

Joël Kermabon

 

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
2732 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Excusez-moi mais cette remise de prix me pose pro­blème, même si je connais au moins un des lau­réats. Je suis très contente que leurs oeuvres aient été récom­pen­sés, mais …
    Il faut croire que la dénon­cia­tion des dis­cri­mi­na­tions et des inéga­li­tés ne doivent pas concer­ner l’at­ti­tude du pré­fet aux ordres et du conseil dépar­te­men­tal !
    Des exemples ?
    Comment jus­ti­fier le fait de pri­ver de tra­vail des étran­gers en ne renou­ve­lant pas leur titre de séjour, même s’ils sont en CDD ou en CDI ? ils sont étran­gers non UE
    Comment jus­ti­fier le fait de ne don­ner aucune aide à des familles avec enfants ? ils sont étran­gers et peuvent cre­ver la bouche ouverte ?
    Comment jus­ti­fier le fait de ne pas vou­loir pro­lon­ger le contrat de mineurs en contrat jeunes majeurs pour les lycéens étran­gers et les expul­ser de leur héber­ge­ment ? pour per­mettre au pré­fet de signer une Obligation de quit­ter le ter­ri­toire fran­çais ? Empêcher ces jeunes d’é­tu­dier, ce n’est pas de la dis­cri­mi­na­tion ?
    Il y en a tel­le­ment d’autres !

    sep article